Le premier site d'information sur l'impression 3D

Accueil > Classement > TOP 10 des imprimantes 3D de résine
imprimantes 3D de résine

TOP 10 des imprimantes 3D de résine

La stéréolithographie, plus connue sous l’abréviation SLA, fut la première technologie d’impression 3D imaginée dès 1986 par l’américain Chuck Hull, fondateur par la suite du géant 3D Systems. Le procédé, qui repose sur la photo-polymérisation d’une résine sensible aux UV à l’aide d’un laser, a depuis inspiré de nouvelles techniques comme le DLP, le MovingLight (de Prodways) ou plus récemment CLIP de chez Carbon3D.

Longtemps réservée aux industriels et laboratoires, la technologie SLA est devenue au fil des années de plus en plus accessible, tant au niveau du prix que de sa prise en main. L’équipe de 3Dnatives vous a sélectionné un TOP 10 des imprimantes 3D de résine les plus abordables du marché.

1. La Form 2

La Form 2 représente la dernière génération d’imprimantes 3D SLA de la marque américaine Formlabs, reconnue comme pionnière de la stéréolithographie de bureau. Elle succède au modèle Form 1 (et sa version améliorée Form 1+, son test est à retrouver ICI) qui avait vu le jour sur Kickstarter en 2012.

Avec une chambre de fabrication de 145 x 145 x 175 mm, elle affiche plusieurs caractéristiques intéressantes comme une connexion WiFi, un système de balayage du bac de résine après chaque couche, une application mobile pour recevoir des notifications ou bien des cartouches intelligentes permettant le suivi de consommation. La Form 2 est actuellement disponible pour un prix de 3 999€. Plus d’informations au sein du comparateur 3Dnatives ICI.

imprimantes 3D de résine

La Form 2 de chez Formlabs : 3 999€

2. XYZprinting Nobel

Le fabricant taïwanais XYZprinting est aujourd’hui l’un des premiers vendeurs mondiaux d’imprimantes 3D personnelles en concurrence directe avec Ultimaker ou MakerBot. Déjà présent sur le secteur de l’impression FDM low-cost, il s’est récemment lancé sur la résine avec la Nobel 1.0.

L’imprimante 3D Nobel 1.0 propose un volume d’impression 3D de 128 x 128 x 200 mm, et inclut un mécanisme intelligent de remplissage de la cuve de résine. Les fichiers STL se chargent à l’aide d’une clé USB ou via un cable USB relié à l’ordinateur. La Nobel 1.0 est disponible pour un prix de seulement 1 899€. Plus d’infos sur le site de XYZprinting ICI.

imprimantes 3D de résine

La Nobel 1.0 de chez XYZprinting : 1 899€

3. B9 Creator

La marque américaine B9 Creator propose son imprimante 3D éponyme en deux versions : Plug&play ou bien en kit pour les adeptes du DIY. L’imprimante repose sur la technologie DLP et fonctionne à l’aide d’un vidéo-projecteur qui vient flasher et solidifier la résine liquide.

La B9 Creator propose des caractéristiques techniques comparables aux modèles du marché, avec une épaisseur de couche minimale de 5 microns, une résolution XY de 50 microns et un volume de fabrication (variable en fonction de la résolution) de 104 x 75 x 203 mm. Le modèle en kit est vendu au prix de $3,490 (environ 3 070€). Plus d’infos sur le site de B9 Creator ICI.

imprimantes 3D de résine

La B9 Creator de la marque éponyme : 3 070€

4. Liquid Crystal

La société Photocentric, déjà présente depuis 2002 sur le marché des résines pour l’industrie du timbre ou de la flexographie, dévoilait en octobre dernier la Liquid Crystal, une imprimante 3D résine low-cost disponible pour un prix mini de 1 020€, soit près d’un quart du prix d’une Form 2 !

La Liquid Crystal repose sur un procédé innovant utilisant un écran LCD pour photo-polymériser la résine liquide. À la clef, un gain de temps et des coûts de production réduits. L’imprimante propose également un volume généreux de 200 x 100 x 200 mm. Plus d’infos au sein du comparateur 3Dnatives ICI.

imprimantes 3D de résine

La Liquid Crystal de Photocentric 1 020€

5. Ember Autodesk

La Ember constitue le premier pas de la marque Autodesk sur le marché des imprimantes 3D. Un pari initié par son CEO en personne, Carl Bass et présenté initialement lors de la Maker Con 2014 de San Francisco. Surfant sur le mouvement open-source, Autodesk en a également profité pour ouvrir entièrement les plans de sa machine.

Commercialisée pour un prix de $5,995 (soit environ 5 359€), l’imprimante 3D Ember fonctionne via un procédé DLP pour créer des objets à la vitesse de 15 mm/heure (en résolution 35 microns) et d’un volume maximal de 64 x 40 x 134 mm. Plus d’infos sur le site d’Autodesk ICI.

imprimantes 3D de résine

La Ember de chez Autodesk : 5 359€

6. Moonray

Après une campagne de crowdfunding financée avec succès sur Kickstarter en avril 2015, la MoonRay est aujourd’hui passée en phase de commercialisation pour un prix de $3,499 (soit 3 123€). L’imprimante développée par la firme SprintRay fonctionne sur un procédé DLP qui utilise un projecteur développé sur mesure et d’une durée de vie de 50,000 heures.

Du côté des performances, la MoonRay affiche une une épaisseur minimale de couche de 20 microns pour une résolution horizontale (XY) de l’ordre de 100 microns et un volume de fabrication intéressant de 127 x 81 x 229 mm. Plus d’informations sur le site de SprintRay ICI.

imprimantes 3D de résine

La MoonRay de chez SprintRay : 3 123€

7. GiziMate

La GiziMate a été développée par le constructeur Gizmo3D, basé à Brisbane en Australie, qui propose à son actif 3 modèles d’imprimantes 3D DLP : la GiziPro, la GiziMax et la GiziMate, chacune se distinguant par un volume de fabrication différent ainsi qu’un pack d’options associées.

Par défaut, la GiziMate est équipée d’une chambre de fabrication de 130 x 200 x 113 mm. Elle comporte notamment un projecteur orienté vers le bas en opposition aux principaux modèles du marché. La pièce est peu à peu immergée au sein du bac de résine et possède l’avantage de minimiser la création de supports et permet l’impression de pièces plus fines. La GiziMate est vendue au prix de $3,600 (soit à peu près 3 208€). Plus d’infos ICI.

imprimantes 3D de résine

La GiziMate par Gizmo3D : 3 208€

8. Morpheus 3D

Comme un grande majorité d’imprimantes 3D, la Morpheus 3D a vu le jour grâce une campagne de crowdfunding. La société à l’origine de l’imprimante, OWL Works 3D, a souhaité développer avec la Morpheus 3D une machine permettant de réaliser des pièces de grandes dimensions.

La Morpheus 3D offre ainsi un très beau volume de 300 x 180 x 300 mm, et recourt à un écran LCD pour solidifier la résine couche par couche (et non voxel par voxel). Autre avantage, l’imprimante 3D accepte de nombreuses résines sur le marché. La Morpheus 3D est disponible en pré-commande pour un prix sous la barre des $5000 (4 456€). Plus d’infos ICI.

imprimantes 3D de résine

La Morpheus 3D de chez OWL Works 3D : moins de 4 456€

9.CoLiDo DLP 1.0

Spécialisé sur la technologie FDM, avec près de 7 modèles d’imprimantes 3D, le fabricant Colido a lancé officiellement sa première imprimante 3D DLP lors du salon CES 2016 de Las Vegas.

Basée à Hong-Kong, la marque propose avec la CoLido DLP 1.0 une machine offrant un volume de 100 x 76 x 150 mm, équipée d’un bac de résine 4 fois plus large que ses concurrents ainsi qu’un système de remplissage automatique de la résine. La DLP 1.0 est commercialisée au prix de 3 890€. Plus d’infos sur le site de CoLiDo.

imprimantes 3D de résine

La Colido DLP 1.0 de chez Colido : 3 890€

10. Projet 1200

Mise au point par le géant américain 3D Systems, présent sur plusieurs technologies différentes, la ProJet 1200 est une imprimante 3D Micro-SLA spécialement imaginée pour les joailliers et les prothésistes dentaires à la recherche de précision.

Avec ses dimensions compactes, la ProJet offre un volume de fabrication restreint de 43 x 27 x 150 mm pour une épaisseur minimale de couche de 30 microns et une résolution de 585 DPI. L’imprimante 3D est commercialisée pour un prix de 4 800€. Plus d’informations sur le site de 3D Systems.

imprimantes 3D de résine

La ProJet 1200 de chez 3D Systems : 4 800€

Comparez des dizaines d’imprimantes 3D sur le comparateur 3Dnatives

Vous possédez une imprimante 3D SLA ou DLP ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos Alex

Consultant en impression 3D, j’ai co-fondé 3Dnatives en 2013 pour promouvoir cette révolution en marche. J’accompagne les entreprises sur les transformations liées à l’impression 3D et j’interviens lors de conférences dédiées au sujet (TEDx, 3D Printshow, 3D Print Lyon, Essec, HEC). Diplômé de l'Université Paris Dauphine et du King's College London en Mathématiques Appliquées vous pouvez me suivre sur twitter @martelalexandre