menu

L’impression 3D par Stéréolithographie, on vous explique tout !

Publié le 14 juillet 2016 par Susana SANCHEZ RESTREPO
Stéréolithographie

La Stéréolithographie est considérée comme le procédé à l’origine de l’impression 3D, avec le premier équipement breveté en 1984 par Charles Hull et la première machine commerciale développée par 3D Systems en 1988. Que trouve-t-on derrière cette technique?

Le procédé de Stéréolithographie, plus connu sous le nom de SLA (stereolithograph apparatus), utilise le principe de photopolymérisation pour fabriquer des modèles 3D à partir d’une résine sensible aux UV. Celle-ci est solidifiée par le passage d’un laser couche après couche. Elle permet d’obtenir une surface d’impression parmi les plus qualitatives des technologies d’impression existantes.

D’un point de vue historique, la Stéréolithographie est considérée comme le procédé à l’origine de l’impression 3D, toutefois quelques jours avant son créateur américain, un trio de chercheurs français composé de Jean-Claude André, Olivier de Witte, et Alain le Méhauté imaginaient un brevet similaire pour le compte du groupe Alcatel. Un brevet tombé depuis en désuétude…

Les imprimantes 3D SLA sont caractérisées par leur matériau d’impression liquide et par la présence d’un capot de protection anti-UV (en général de couleur orange, vert, rouge ou jaune). Elles offrent un volume de production relativement restreint en comparaison à d’autres technologies d’impression même si certaines machines comme la Mammoth de chez Materialise permet de réaliser des pièces de plus de 2 mètres de long.

La Form 2 de Formlabs, une imprimante 3D reposant sur la technologie SLA

Fonctionnement de l’impression 3D par Stéréolithographie

Comme pour toute technique d’impression 3D, un fichier numérique est nécessaire et peut s’obtenir via un logiciel de CAO  comme SolidWorks, Sculpt ou Maya par exemple. Ce fichier, souvent au format STL, est transmis à la machine, où un second logiciel (appelé slicer) réalise une découpe du modèle en fines couches d’impression d’une épaisseur fixe. Une fois le fichier découpé, les instructions sont alors envoyées à l’imprimante 3D.

Parmi les différents composants d’une machine de Stéréolithographie, on retrouve un bac de résine, une plate-forme mobile (axe Z), un système de raclage (axe X), un laser à rayons UV, une optique de focalisation et un miroir galvanométrique (axes X et Y).

Le faisceau laser balaie la surface de la résine liquide selon le modèle 3D numérique fourni à l’imprimante. Une fois la première couche de matériau solidifiée, la plate-forme descend d’un niveau, correspondant à l’épaisseur d’une couche d’impression, et une nouvelle section est alors solidifiée. Il y a autant de cycles d’impression que de couches nécessaires à l’obtention du volume complet de la pièce.

Sur certains modèles de machines SLA (comme chez Formlabs par exemple), la production de la pièce se fait à l’envers. La plate-forme est immergée dans le bac de résine après chaque couche solidifiée tandis que le laser agit de bas en haut.

La technologie SLA utilise un matériau sous forme de résine liquide

Une fois l’impression finie, une étape de nettoyage de la pièce, à l’aide d’un solvant (en général de l’alcool isopropylique aussi appelé isopropanol), est nécessaire afin d’enlever l’excédent de résine non-solidifiée. À la différence d’autres techniques comme le Frittage Sélectif par Laser (SLS) ou le Dépôt de Matière Fondue (FDM), un post-traitement au four UV est généralement nécessaire pour finaliser le processus de photo-polymérisation et accroître au maximum la résistance du matériau.

Aussi, comme pour la technologie FDM, le SLA recourt à l’utilisation de supports lors de l’impression de formes complexes. À la manière d’un échafaudage, ceux-ci permettent de « supporter » les parties qui s’élancent dans le vide. Une fois l’impression terminée, les supports sont supprimés manuellement.

La technologie de Stéréolithographie offre un rendu de surface légèrement vitreux mais globalement supérieur aux procédés FDM ou SLS (pour une même épaisseur de couche). Il n’est d’ailleurs pas rare que les différentes strates d’impression soient à peine visibles. Toutefois peu de coloris sont disponibles en SLA.

L’impression 3D SLA a donné naissance à de nombreuses technologies

Suite à la tombée des premiers brevets relatifs à la Stéréolithographie, de nombreux acteurs ont travaillé pour améliorer la technologie. On pourra ainsi citer le procédé DLP, qui utilise un vidéo-projecteur à la place du laser afin de couvrir une surface plus large, avec à la clef une vitesse d’impression accrue. Le français Prodways a également mis au point une technique appelée MovingLight qui vient déplacer rapidement ce vidéo-projecteur, permettant d’accélérer davantage la production de pièces. Le britannique Photocentric utilise de son côté un écran LCD comme source de lumière UV.

Plus récemment, c’est le fabricant Carbon3D qui dévoilait son procédé CLIP (pour Continuous Liquid Interface Production) qui vient contrôler très finement la quantité d’oxygène lors de la réaction de photo-polymérisation, avec à la clef, une vitesse d’impression 25 à 100 fois plus rapide. Autre initiative intéressante, ONO levait $2,3 millions de dollars pour un système utilisant la lumière UV générée par votre smartphone pour solidifier la résine.

Un exemple de pièces réalisées sur une imprimante 3D SLA. Notez l’aspect vitreux.

Parmi les principaux fabricants d’imprimantes 3D SLA, on retrouve bien évidemment 3D Systems, à l’origine de la technologie, ainsi que d’autres acteurs industriels comme EnvisionTEC, DWSlab ou Asiga. Avec la tombée des brevets, des fabricants de machines SLA low-cost ont également fait leur apparition comme B9Creator ou Formlabs. Basée à Boston, la startup Formlabs lançait en 2011 une campagne de crowdfunding sur Kickstarter, levant la jolie somme de 3 millions de dollars, lui permettant de produire la Form 1, première imprimante 3D SLA de bureau, commercialisée sous la barre des $5,000.

Le prix des imprimantes 3D par Stéréolithographie varient ainsi de 1000€ pour les versions low-cost jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros pour les machines professionnelles équipées d’un large volume de fabrication. Retrouvez à cette occasion notre sélection d’imprimantes 3D résine ICI.

Les applications offertes par la Stéréolithographie

La SLA est plus souvent utilisée pour le prototypage, dans tous les domaines de l’industrie grâce à sa rapidité, mais, selon la qualité de l’imprimante, il est aussi possible d’obtenir des pièces immédiatement fonctionnelles. Le SLA est également utilisé pour la réalisation de moules d’injection ou de fonderie en particulier dans l’univers de la joaillerie et du dentaire.

La fonte à cire perdue est un exemple de procédé de fabrication indirecte ayant recours à la Stéréolithographie. Cette technique millénaire repose désormais sur l’impression 3D d’une réplique fidèle du modèle final (aussi appelé master en joaillerie) dans une cire calcinable. Une fois la forme imprimée, celle-ci est enveloppée dans un matériau réfractaire, créant ainsi le moule. Un métal en fusion est alors coulé dans le moule et vient remplacer la cire. Une fois débarrassé du moule, la pièce en métal est alors disponible.

Découvrez nos autres dossiers consacrés aux technologies d’impression 3D ICI

Les 44 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Bonjour ! Dans votre article sur la stéréolithographie, vous citez à la fin la marque EOS. A ma connaissance, ils n’ont pas de machine de stéréo. Ils font de la fusion laser système DMLS ou SLS.
    http://www.eos.info

    @ bientôt

    Bertrand de Shapelize

    1. Alex dit :

      Merci Bertrand pour ton commentaire. Effectivement, les machines de stéréolithographie de EOS sont les STEREOS 300/400/600. En 1997, EOS a délaissé le brevet à la société 3D Systems (qui a donc eu le monopole de la technologie) et s’est focalisée sur des machines par frittage laser.

      @ très vite sur 3Dnatives

  2. Jules dit :

    C’est vraiment impressionnant ce que l’on peut faire de nos jours !!

  3. […] En outre, un dérivé de l’ABS, sous forme liquide, est utilisé dans les procédés SLA et […]

  4. […] aux principales technologies derrière l’impression 3D, allant de la stéréolithographie (SLA), du frittage laser (SLS), du procédé E-Beam (EBM), du dépôt de matière fondue (FDM), du […]

  5. […] d’impression 3D beaucoup plus rapide que les technologies déjà existantes, tels que la stéréolithographie, le frittage de poudre ou le dépôt de matière fondue. L’équipe du professeur Yong Chen de […]

  6. […] couches pour créer un objet 3D. La Form 1 repose elle sur une technologie dénommée « stéréolithographie« , basée sur l’utilisation d’un laser pour durcir une résine liquide […]

  7. […] en terme de résolution et de précision, est principalement lié aux nouvelles avancées de la stéréolithographie, une technologie d’impression 3D mise au point par 3D Systems et que l’on retrouve […]

  8. […] offre s’adresse aux marchés des résines liquides, regroupant les technologies de stéréolithographie, de DLP ou de […]

  9. […] aux principales technologies derrière l’impression 3D, allant de la stéréolithographie (SLA), du frittage laser (SLS), du procédé E-Beam (EBM), du dépôt de matière fondue (FDM), du […]

  10. […] TOP 5 : Lors de la 2014 Game Developers Conference, le studio Valve (à l’origine des titres Half-Life notamment) a dévoilé un prototype de manette de sa future console de jeux vidéos. On y apprend que la manette a été imprimée en 3D à partir de la technologie de Stéréolithographie : […]

  11. […] porte dans le monde de l’industrie et du développement de produits. Le procédé utilisé fut la stéréolithographie (SLA), qui fonctionne à partir d’un laser UV et d’un bac de résine liquide qu’il vient […]

  12. […] ont recours à plusieurs technologies de fabrication additive, dont la plus ancienne appelée stéréolithographie, mais aussi à des procédés de frittage sélectif de poudre ou de dépôt de filament […]

  13. […] l’arrivée de sa nouvelle imprimante 3D, la Form 1+. Fonctionnant sur le procédé de Stéréolithographie, la machine est une update majeure de la Form 1, sa grande soeur et l’unique modèle […]

  14. […] avec la société belge i.Materialse, à partir d’une imprimante 3D fonctionnant par stéréolithographie et utilisant une résine liquide comme matière première. Une étape de peinture du cadre a […]

  15. […] libre, des scanners 3D mais aussi plusieurs modèles d’imprimantes 3D fonctionnant par stéréolithographie ou […]

  16. […] Il existe aussi des méthode par le laser et par stéréolithographie. […]

  17. […] est une imprimante 3D au format réduit fonctionnant par DLP, un procédé dérivé de la stéréolithographie. Avec un volume d’impression de 10cm cubes, elle est actuellement en cours de financement sur […]

  18. […] se compose de 85 figurines transparentes imprimées en 3D via un procédé de stéréolithographie, mais aussi d’un projecteur permettant aux figurines de défiler devant la […]

  19. […] à $13,4 milliards (10,5 Mi €) en 2018, avec des technologies comme la photo-polymérisation (procédés SLA ou DLP) ou le « material jetting » (procédés PolyJet et MultiJet) qui […]

  20. […] physique appelée « absorption à deux photons ». À la manière de la stéréolithographie, le procédé vient durcir des polymères sensibles à la lumière grâce à des rayons […]

  21. […] se déroulait en mai dernier à San Francisco, Ember est une imprimante 3D fonctionnant par DLP, un procédé dérivé de la stéréolithographie, qui promet de révolutionner le paysage actuel de l’imprimante 3D de […]

  22. […] Rapide chez Reebok, à partir de procédés aussi variés que l’impression 3D full-color, la stéréolithographie, le frittage de poudre ou la technologie PolyJet de chez Stratasys, afin de combiner plusieurs […]

  23. […] petit rappel s’impose avant de commencer sur les bases de la stéréolithographie. Le procédé, plus communément appelé SLA repose sur le principe de photo-polymérisation, […]

  24. […] Liquid Interface Production », s’inspire en grande partie de la stéréolithographie, un procédé additif déjà bien connu reposant sur la photopolymérisation d’une résine […]

  25. […] pour « Continuous Liquid Interface Production », qui s’inspire en grande partie de la stéréolithographie. En contrôlant l’oxygène présent lors de l’impression 3D, l’équipe de Carbon3D a […]

  26. […] du film ont été imprimés dans une résolution de 100 microns sur une Form 1+ de chez Formlabs, une imprimante 3D fonctionnant par stéréolithographie visant à solidifier une résine liquide. Une fois l’ensemble des éléments du décor […]

  27. […] format STL est né en référence à la Stéréolithographie, la première technologie d’impression 3D à l’utiliser et constitue le format le plus répandu au sein de la communauté 3D Printing. […]

  28. […] une imprimante 3D fonctionnant par DLP (pour Digital Light Processing). À la différence de la Stéréolithographie, la technologie DLP utilise un projecteur plutôt qu’un laser afin de durcir les différentes […]

  29. Aymane Belamallem dit :

    si la 4 eme révolution industrielle il y a la machine vapeur il y a Electricité et bien recement l’informatique et le numirique et bien voici l’ipression 3D

  30. […] de Birmingham pour présenter la Liquid Crystal, une toute nouvelle imprimante 3D fonctionnant par stéréolithographie, pour un prix de seulement […]

  31. […] cette semaine la NX1, une nouvelle imprimante 3D reposant sur une technologie proche de la stéréolithographie. La firme a en effet mis au point un procédé intitulé « Lubricant Sublayer […]

  32. […] repose sur un nouveau procédé breveté d’impression proche de la stéréolithographie (SLA) et dénommé Lubricant Sublayer Photocuring (LSPc). Une technologie qui permet à […]

  33. […] avec l’impression 3D par stéréolithopgrahie, ce nouveau matériau pourrait trouver des applications dans de nombreux secteurs comme la […]

  34. […] misant sur des technologies d’impression plus avancées comme la stéréolithographie ou le DLP, ou bien en proposant des versions améliorées de ses machines, XYZprinting veut […]

  35. […] se sont associés à la marque GoPro pour filmer l’impression 3D d’une guitare en stéréolithographie. Le groupe y interprète également le titre « One Born Every Minute » à […]

  36. […] disposition 6 imprimantes 3D avec 5 technologies différentes : du FDM pour le plastique, de la photopolymérisation de résines ou d’hydrogels, de la micro-extrusion pour les bio-matériaux, du jet d’encre pour des […]

  37. […] l’aide d’une lumière UV. Le procédé se distingue des technologies FDM ou SLA par l’utilisation d’une tête d’impression venant projeter la matière aux […]

  38. […] 1993, il rejoint la société Laser 3D pour y imaginer des imprimantes 3D par stéréolitographie. En 1997, il crée sa propre société, Optoform, où il développe de nouveaux procédés. Il la […]

  39. […] des mois de travail, Paco a imprimé plusieurs biches de 30 cm en résine par stéréolitographie. Le matériau utilisé est connu par son rendu lisse, son post-traitement rapide et des tailles […]

  40. […] cm. Les murs, le toit, les colonnes et le socle ont été imprimés en résine type ABS par stéréolitographie avec les imprimantes EnvisonTec. Les petites statuettes présentes sur le fronton et les autres […]

  41. […] En outre, un dérivé de l’ABS, sous forme liquide, est utilisé dans les procédés SLA et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you