menu

Les imprimantes 3D les moins chères du marché

Publié le 3 février 2022 par 3Dnatives

La démocratisation de l’impression 3D a entraîné un développement fulgurant du nombre de machines disponibles sur le marché mais surtout une forte compétitivité en termes de prix. Il est aujourd’hui possible d’acheter une imprimante 3D pour une centaine d’euros, là où il fallait compter 2 000€ il y a quelques années. Il est désormais plus facile de s’équiper d’une imprimante 3D de bureau et se lancer dans l’aventure sans débourser une fortune. Mais comment trouver la bonne imprimante 3D pas cher ? On vous propose une sélection de machines, principalement FDM et SLA, à des prix bas (moins de 500€), classées par ordre de prix croissant. Sachez qu’il existe de multiples modèles : notre liste n’est pas exhaustive !

La da Vinci Nano par XYZprinting

Parmi les fabricants d’imprimantes 3D pas chères, XYZprinting fait partie des sociétés les populaires. Au sein de la gamme de l’entreprise asiatique, constituée de plus de 20 imprimantes 3D, on retrouve la da Vinci Nano, une machine FDM de bureau lancée en 2017. Compatible avec les filaments PLA et PETG exclusifs de XYZprinting, elle dispose d’un volume d’impression de 120 x 120 x 120 mm. Dotée d’un boitier fermé, qui offre une sécurité accrue en empêchant la déformation des pièces, la da Vinci Nano offre une vitesse d’impression de 70mm/s. L’imprimante 3D fonctionne avec le logiciel XYZmaker Suite et accepte les formats STL, 3W, OBJ, 3MF et bien d’autres. La machine est disponible sur le site du fabricant à partir de 149 €.

Crédits photo : XYZprinting

La Voxelab Aquila

Commercialisée par le fabricant d’imprimantes 3D chinois Voxelab, l’imprimante 3D Aquila est basée sur la technologie FDM. Livrée partiellement assemblée, elle serait facile à installer. Compatible avec les thermoplastiques standards, comme le PLA, l’ABS ou le PETG, la machine offre un volume d’impression de 220 x 220 x 250 mm. Simple d’utilisation, la machine serait selon le fabricant très silencieuse durant le processus d’impression, avec un son estimé à 50 décibels. L’Aquila s’adresse particulièrement aux débutants en matière d’impression 3D et a vocation à les initier à la technologie. La machine fonctionne avec les logiciels Cura, Simplify 3D et VoxelMaker et comme de nombreuses imprimantes 3D, prend en charge les formats STL et OBJ. Pour ceux qui souhaiteraient aller plus loin, des versions améliorée de l’Aquila existent. Sur le site du fabricant, pour les Français, la machine est commercialisée à un prix de 160 euros, sans compter les frais de livraison. 

Crédits photo : Voxelab

Une imprimante 3D pas chère à assembler

Anet Technology est une entreprise chinoise fondée en 2015 qui propose des imprimantes 3D à bas prix, que ce soit des machines résine ou FDM. Parmi sa gamme, vous avez sûrement déjà entendu parler de la Anet A8, une imprimante 3D en kit facile à assembler et utiliser. Offrant un volume de 220 x 220 x 240 mm, elle permet à tous les débutants de s’initier rapidement à l’impression 3D. On peut également évoquer la gamme Anet ET, notamment le modèle Anet ET4 qui a été lancé en août 2019. Elle est dotée d’un système de détection de fin de filament, d’un écran tactile et d’un volume d’impression plus généreux (440 x 340 x 480 mm). La machine Anet ET4 est disponible à partir de 189 dollars sur le site du fabricant, soit environ 167 €.

imprimante 3D pas chère

Crédits photo : Anet Technology

L’imprimante 3D Mini Delta V2 de Monoprice

L’imprimante 3D Mini Delta V2 de Monoprice fait partie des imprimantes 3D pas chères les plus populaires. Comme vous l’avez peut-être deviné, la V2 est une mise à jour de la Mini Delta, déjà très populaire. Monoprice a par exemple mis à jour le système de mise à niveau automatique pour accélérer le démarrage du processus d’impression. Dotée d’un écran tactile adoptif et d’une interface utilisateur simplifiée, la Mini Delta V2 dispose d’un volume d’impression de 110 x 120 mm. Elle est tout comme sa prédécesseur compatible avec le PLA, ABS, Wood Fill, Copper Fill, Steel Fill et Bronze Fill et peut imprimer à une vitesse allant jusqu’à 170 mm/sec. Enfin, l’imprimante 3D fonctionne avec Cura. La Mini Delta V2 est disponible à partir de 170 € sur le site du fabricant. 

Crédits photo : Monoprice

Photon Mono, une imprimante 3D résine pas cher

Anycubic fait partie des fabricants d’imprimantes 3D low-cost les plus populaires du marché. Il a développé une large gamme de produits, que ce soit des modèles FDM ou des petites machines du bureau SLA. Le fabricant a récemment présenté la Mega X, une solution FDM permettant de créer des pièces de 300 x 300 x 305 mm avec une vitesse d’impression suggérée de 60 mm/s. On se concentrera toutefois sur sa gamme Photon qui s’appuie sur un procédé de photopolymérisation. L’une des machines les plus abordables est la Photon Mono qui intègre un écran LCD monochrome pour concevoir des pièces de 130 x 80 x 165 mm.  Le temps d’exposition est réduit à une seconde et le fabricant affirme que son écran est 4 fois plus durable qu’un écran LCD classique.  La Photon Mono est disponible à partir de 199 dollars sur le site d’Anycubic soit 175 euros.

Crédits photo : Anycubic

Les imprimantes 3D les moins chères de Creality

Lorsque l’on parle d’imprimantes 3D bon marché, le nom de l’entreprise chinoise Creality revient régulièrement. La société propose de nombreuses machines basées sur plusieurs procédés, et nous avons choisi d’en mettre trois d’entre elles en avant. La première et la moins chère est la Halot ONE, une imprimante 3D en résine basée sur la technologie LCD. Avec un volume d’impression de 127 x 80 x 160 mm, la machine peut être achetée pour 200 €. Vient ensuite l’une des solutions les plus populaires de Creality, l’Ender 3 v2. Capable d’imprimer avec une grande variété de matériaux, dont l’ABS, le PLA et le bois, elle offre un volume d’impression de 300 x 300 x 400 mm, dispose d’une buse remplaçable de 0,4 mm et est commercialisée au prix de 230 €. Enfin, il convient également de mentionner la CR-10 Smart, l’une des plus récentes machines de la série CR lancée par Creality, dont le prix est plus élevé, à savoir 425 €.

À gauche, l’imprimante 3D Halot One. A droite, l’Ender-3 V2. (Crédits photo : Creality)

La X-ONE2 de QIDI Tech

Vous avez peut-être déjà entendu parler de QIDI Tech en raison de ses imprimantes 3D pas chères. Après le succès de la X-Pro, le fabricant chinois d’imprimantes 3D résine FDM et LCD revient sur le devant de la scène avec la X-ONE2. Basée sur la technologie FDM, la machine gagne actuellement en popularité sur plusieurs sites, comme Amazon, grâce à son prix de 288 €. Dotée d’un cadre entièrement en aluminium, qui offre plus de stabilité que le plastique, elle a un volume d’impression de 300 x 250 x 300 mm. Tout comme la X-Pro, elle intègre un turbofan qui fait circuler l’air autour de la buse ainsi qu’un lit d’impression stable et chauffé. La machine est pour le moment compatible avec le PLA, le TPU et l’ABS, mais QIDI précise que d’autres filaments seront bientôt disponibles.

Crédits photo : QIDI Tech

L’imprimante Tornado de Tevo

TEVO est lui aussi un fabricant chinois qui développe des imprimantes 3D accessibles pour tous les makers et passionnés d’impression 3D. L’un de ses modèles les plus populaires est la TEVO Tornado, une machine de bureau qui offre un généreux volume d’impression de 300 x 300 x 400 mm pour son prix (environ 290€). Elle est livrée presque entièrement assemblée et est compatible avec la plupart des filaments plastiques du marché, dont l’ABS grâce à la présence d’un plateau chauffant. La TEVO Tornado possède un châssis en aluminium qui garantit sa stabilité ainsi qu’un extrudeur E3D montant jusqu’à 260°C.

imprimante 3D pas chère

Crédits photo : Tevo

La Mars 3 d’Elegoo

La Mars 3 est la dernière imprimante LCD 4K de la série Mars du fabricant chinois Elegoo. Par rapport à son prédécesseur, la Mars 2, la Mars 3 dispose d’une précision d’impression 30 % supérieure. Avec un volume d’impression de 143 x 89,6 x 175 mm, la Mars 3 d’Elegoo offre un plus grand volume d’impression que la majorité des imprimantes 3D résine avec une telle résolution. Équipé d’un système de refroidissement amélioré, la machine intègre un plateau de construction sablé permettant aux pièces d’adhérer et donc de ne pas tomber prématurément. La Mars 3 est disponible à partir de 339,99 €. Le plus : le logiciel CHITUBOX Pro Slicer est inclus dans le prix. 

Crédits photo : Elegoo

La Sonic Mini 4k de Phrozen

Fondée par un groupe de Taïwanais passionnés d’impression 3D en 2016, Phrozen propose des imprimantes 3D professionnels et de bureau. Après le succès de leurs premières imprimantes 3D LCD, connues sous le nom de « Phrozen Shuffle », ils ont créé une nouvelle génération d’imprimantes 3D LCD, la série Sonic. Au sein de cette gamme, la Sonic Mini 4k se démarque. Avec un niveau de précision s’élevant à 35 microns, l’imprimante 3D prend entre une et deux secondes pour solidifier une couche. Dotée d’un écran LCD monochrome de 6,1 pouces, la Sonic Mini 4k dispose d’un volume d’impression de 134 x 75 x 130 mm. Si vous êtes intéressé par la machine, son prix est d’environ 350 euros. 

Crédits photo : Phrozen

La Polaroid PlaySmart 

Polaroid, la société américaine d’appareils photo, a également développé une imprimante 3D baptisée Polaroid PlaySmart. Lancée en 2019, elle offre un volume d’impression de 120 x 120 x 120 mm et est basée sur une technologie d’extrusion. La PlaySmart peut imprimer avec trois matériaux différents : PLA, P-Wood et PETG. Dotée d’une caméra Wi-Fi, l’imprimante 3D permet à ses utilisateurs de visualiser en direct le processus d’impression. Toute petite, les dimensions de la machine sont de 30 x 27 x 32 cm et son poids est de seulement 1 kg. Conçue pour les débutants et passionnés d’impression 3D, la Polaroid PlaySmart coûte 375 €. 

Crédits photo : Polaroid

La Original Prusa Mini + 

L’imprimante 3D Original Prusa Mini + est la dernière machine de bureau du fabricant tchèque Prusa, connu pour la Prusa i3 mk2 et mk3s. Avec la Mini +, Prusa veut mettre à la disposition des utilisateurs une solution offrant les mêmes caractéristiques que les modèles précédents,  tout en étant disponible à un prix plus avantageux. Basée sur le procédé FFF, la Original Prusa Mini + dispose d’un volume d’impression de 180 × 180 × 180 mm et imprime avec une épaisseur de couche compris entre 0,05 et 0,25 mm. La machine, qui intègre des buses interchangeables et un écran LCD en couleur, peut être acheté soit en plug & play (disponible à partir de 419 €), soit en kit (à partir de 379 €). 

Crédits photo : Prusa

La Finder 2.0 de Flashforge

La Finder 2.0 du fabricant chinois FlashForge est conçue pour les novices en impression 3D et les éducateurs. L’imprimante 3D a également été conçue pour les enfants, et comprend une plateau d’impression amovible pour un nettoyage facile. Cette imprimante FDM permet de créer des objets avec du PLA biodégradable, et dispose d’un volume de construction de 140 x 140 x 140 mm. Elle est également dotée d’une connectivité WiFi et détecte automatiquement la fin d’une bobine. L’imprimante a une précision de 50 microns et un calibrage automatique. Elle est disponible sur le site du fabricant pour un prix de 394 €.

Crédits photo : Flashforge

La Sidewinder x2 d’Artillery

Version améliorée de la Sidewinder x1, la Sidewinder x2 est une imprimante 3D du fabricant chinois Artillery basée sur le procédé FFF. L’imprimante 3D, qui est livrée pré-assemblée, offre un volume d’impression de 300 x 300 x 400 mm. Avec une vitesse allant jusqu’à 150 mm/sec, la machine propose un épaisseur de couche compris entre 0,1 à 0,35 mm. La température de la buse peut monter jusqu’à 240 degrés Celsius. Compatible avec les filaments d’autres fabricants, la Sidewinder x2 est vendue à un prix de 446 €. Le fabricant propose également d’autres imprimantes 3D à prix avantageux dans sa gamme, comme l’Artillery Genius et la Genius Pro.

Crédits photo : Artillery

Magis de Dagoma, une imprimante 3D pas chère française

La Magis est la toute dernière version de l’imprimante 3D delta du fabricant français. Elle serait encore plus facile à utiliser que sa grande sœur, toujours avec ce système de bouton unique qui permet de lancer, arrêter et reprendre l’impression. Elle propose un volume d’impression de 180 x 200 x 200 mm et une précision de 100 microns. Elle intègre toujours son système de détection de fin de filament ainsi qu’un calibrage automatique du plateau d’impression. Plus de 50% des pièces de la petite machine de bureau sont imprimées en 3D. Vous la trouverez sur le marché à partir de 499€.

imprimante 3D pas chère

Crédits photo : Dagoma

La Bresser REX

Développée par Bresser, un fabricant allemand d’outils technologiques, l’imprimante 3D Bresser REX s’adresse aux personnes déjà initiées à l’impression 3D mais surtout aux débutants. Avec un volume d’impression de 150 x 150 x 150 mm, la machine est basée sur le procédé FFF. Dotée d’un plateau d’impression chauffant et flexible, la Bresser REX serait d’après le fabricant simple à utiliser, notamment grâce à son écran tactile intuitif. Compatible avec le PLA et l’ABS, l’imprimante 3D offre une précision d’impression de 0,1 mm. De plus, Bresser précise que grâce à son format compact, les dimensions de la machine sont de 400 x 380 x 405, et son poids relativement léger, elle pèse 9 kg précisément, il est possible de l’installer dans divers endroits. Enfin, grâce au filtre HEPA intégré à l’imprimante 3D, l’air ambiant est garanti de rester propre durant la totalité du processus d’impression. Pour ceux qui souhaiteraient acquérir la Bresser REX, elle est vendue neuve au prix de 489 euros par le fabricant. 

Quelle est votre imprimante 3D la moins chère préférée ? Laquelle conseilleriez-vous ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Les 17 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Alexandre Pineau dit :

    Qu’en est-il du kit reprap BCN3D+?

    1. 3Dnatives dit :

      Hello Alexandre. Vous parlez de la BCN3D+ en kit ? http://www.3dnatives.com/3D-compare/imprimante/bcn3d-kit
      Celle-ci est commercialisée au prix de 888€, un poil au dessus du TOP 10 de cette sélection 😉

      1. Alexandre Pineau dit :

        Effectivement, il me semblait qu’elle équivalait à la Up Mini en terme de prix!
        Bravo pour tous vos articles!

  2. hubert dit :

    483 x 508 x 533 mm ce ne serait les dimensions extérieures de la Mattel Thingmaker ?

    1. 3Dnatives dit :

      Bonjour, merci de votre vigilance. Les dimensions de l’imprimante Thingmaker sont 483*508*533 mm et non pas le volume d’impression.

  3. Matthieu Regnier dit :

    Bien joué pour les tailles d’impressions !

  4. Franck dit :

    Une Tevo Tarentula, dans l’esprit « Prusa i3 », une bonne imprimante, avec une communauté importante et active sur un groupe facebook (beaucoup de pièces modélisées en partage pour l’améliorer), et disponible entre 200 et 400€ selon les options (plateau large, sonde de nivelage, extrudeur compatible Flex, etc …)

  5. Delirium07 dit :

    C’est vrai qu’il y a quand meme pas mal d’autres imprimantes qui pourraient etre dans ce classement , même si on parle que d’acheter en France . Une Prusa I3 a 299 €, une Wanhao I3 V2 a 499 € , une Tevo Black widow a 650 € .. par exemple

  6. Abdelhamid Ben Aziza dit :

    quel st le matière première utilisé pour ces imprimantes ?

  7. El GueroLoco dit :

    La Tevo Tornado est aussi à considérée. J’ai la Tevo tarantula, la tornado et la Little Monster, mais la Tornado est de loin supérieure à la tarantula. Vitesse, volume d’impression, mais elle est légèrement plus couteuse. au Canada, environ 400$ vs 250$ pour la tarantula. La Tornado est un copie de la CR-10, qui est excellente aussi, mais je préfère la Tornado (Prix et moins de plastique colorés 🙂 ).

  8. C Terrier dit :

    Le modèle que vous mettez en illustration de l’Anet A8 lui ressemble beaucoup mais il dispose de 2 têtes d’impression (ce qui n’est évidemment pas le cas de l’A8)

  9. HUART Jean Claude dit :

    Bonjour
    quand est il de l’imprimante M3D pro à environ 500 dollars je ne la vois pas dans votre sélection alors que vous parlez de la M3D micro

  10. Deremiens dit :

    Bonjour, que conseilleriez-vous pour débuter avec des élèves ? À quoi faut-il absolument être attentif ?
    Merci d’avance

  11. duclos-bernard sebastien dit :

    bonjour, je souhaiterais reproduire des bâtiments industriel à l’echelle1/87 avec une imprimante 3d est il possible de le faire et quel machine me conseillerez vous .
    cordialement

  12. BENHAMOU dit :

    Bonjour
    Je recherche une imprimante et logiciel associé pour mon fils de 15 ans, intéressé à reproduire des maquettes d’architectes

  13. Taieb martine dit :

    Je souhaite des conseils pour offrir une imprimante 3D à ma petite fille qui a 13 ans très créative. Que faut-il avoir pour qu’elle puisse réellement créer des objets. Y a t il des formations en vidéo gratuites ou payantes et quel matériel est indispensable pour réaliser des objets intéressants.

  14. VILLA dit :

    Bonjour je suis artiste peintre et désir reproduire mes œuvres que me conseillez vous comme imprimante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks