menu

Choisir une imprimante 3D : un focus sur 5 modèles du marché

Publié le 10 novembre 2022 par Mélanie W.
imprimantes 3D

Le marché de la fabrication additive a connu une croissance rapide au cours des dernières années, avec davantage d’imprimantes 3D vendues et utilisées à travers le monde. En effet, selon un rapport de Grand View Research, alors que 2,2 millions d’imprimantes 3D ont été livrées en 2021, ces livraisons devraient atteindre 21,5 millions d’unités d’ici 2030. À ce titre, nous avons également assisté à une augmentation du nombre d’imprimantes 3D disponibles. Du FDM au SLS en passant par le DED et plus encore, il existe une variété de machines selon le procédé que vous recherchez. Cependant, il peut être difficile de savoir quelle imprimante 3D choisir. Pour vous aider à découvrir les solutions disponibles sur le marché, nous vous proposons de découvrir 5 machines tous les mois, actuellement disponibles dans notre comparateur qui répertorie des centaines de modèles, allant des imprimantes de bureau et RepRap/kit aux imprimantes professionnelles et industrielles. Jetez un coup d’œil à la sélection ci-dessous et voyez quelles sont les imprimantes 3D les plus populaires actuellement sur le marché !

Prusa I3 MK3S

Cette imprimante 3D, qui utilise la technologie FDM, vous permet non seulement une mise à niveau automatique, mais aussi une grande facilité d’assemblage. La machine est d’ailleurs l’imprimante 3D de bureau la plus populaire du marché. En 2019, la Prusa I3 MK3S a même été élue « meilleure imprimante de l’année » et a reçu un prix « Editors Choice » du guide DIGITAL FABRICATION dans le secteur « Personal 3D Printer ». En ce qui concerne le volume d’impression, l’utilisateur dispose d’une taille de 250 x 210 x 220 mm et d’un plateau magnétique et chauffant, ce qui signifie qu’il est particulièrement facile à remplacer. En outre, il faut savoir que cette imprimante 3D permet d’imprimer jusqu’à cinq matériaux différents en même temps. Ceci est dû à la mise à jour du MULTI-MATERIAL UPGRADE 2.0 ADDON.

 

imprimantes 3D

Crédits photo : Prusa

L’imprimante 3D Bean HR de Kudo3D

L‘imprimante 3D Bean HR de Kudo3D se distingue par une particularité qui correspond bien à son nom. Selon le fabricant, elle pourrait pourrait être considérée comme la plus petite imprimante 3D de bureau en résine au monde, avec un volume d’impression de seulement 6,8 x 12 x 16 cm et des dimensions de l’imprimante à peine plus grandes de 20 x 20 x 16 cm. L’imprimante est certifiée CE, FCC et PSE pour les microfabrications et pourrait donc être particulièrement utile pour des applications comme les bijoux ou les figurines, surtout si l’on considère que la résolution Z maximum est de 10 μm tandis que la taille du pixel XY est de 31 μm. L’imprimante peut imprimer à environ 10 mm/h pour une épaisseur de 30 μm et les résines sont polymérisées via un écran LCD mono 4K.

imprimantes 3D

Crédits photo : Kudo3D

NILS 480

Le fabricant polonais Sinterit est spécialisé dans la production d’imprimantes 3D SLS. En plus de leur gamme compacte d’imprimantes 3D, qui comprend les Lisa , Lisa X et Lisa PRO, le fabricant a également lancé une imprimante industrielle appelée NILS 480. Cette dernière dispose d’un volume d’impression de 200 x 200 x 330 mm, ce qui permet de pouvoir fabriquer des pièces plus imposantes. L’imprimante 3D SLS est compatible avec les plastiques de type PLA, TPU ou encore PET. En termes de dimensions, la machine mesure 1 285 x 1 250 x 1 840 mm pour un poids de 300 kg. De plus, elle est équipée du système laser Galvo, cela signifie que la plupart des travaux d’impression 3D peuvent être terminées en moins de 24 heures. D’ailleurs, l’imprimante 3D SLS de Sinterit offre un total de 32 paramètres qui peuvent être ajustés aux besoins de votre application personnelle en termes de caractéristiques d’impression. Ainsi, les utilisateurs peuvent bénéficier de la meilleure qualité et de la personnalisation en fonction du matériau utilisé et de la conception de la pièce. Parmi les autres options disponibles sur la machine, on y trouve une caméra de surveillance pour vérifier l’état de l’impression ainsi qu’un écran tactile pour gérer le processus de fabrication. Enfin, la NILS 480 se connecte via un câble Ethernet ou USB, une carte SD et en Wi-Fi, et est compatible avec les fichiers stl, 3mf, obj et 3ds. 

La DM P2500 de Digital Metal

Digital Metal, une société récemment acquise par Markforged, est à l’origine de la DM P2500, une imprimante 3D métal productive et efficace, dont le volume d’impression est de 250 x 217 x 70/186 mm. L’imprimante repose sur la technologie exclusive de Digital Metal, qui projette un liant de haute précision sur un lit de poudre métallique. En plus d’être rapide et rentable, c’est un choix durable. La quasi-totalité de la poudre de métal inutilisée est recyclée, créant ainsi peu de déchets. L’imprimante permet d’empiler les composants car il faut moins de 1 mm d’espace entre eux, ce qui élimine le besoin de supports parfois coûteux et encombrants. La DM P2500 offre également à l’utilisateur la possibilité de produire en série et en grande quantité, car elle présente une précision et une répétabilité élevées d’un composant à l’autre. De plus, la machine de Digital Metal fonctionne à température ambiante, ce qui élimine la nécessité d’attendre les cycles de chauffage et de refroidissement. Une autre caractéristique qui simplifie le processus est l’absence de besoin d’une atmosphère protectrice et la facilité de nettoyage. En termes de post-traitement, la qualité de surface est excellente. Dans l’ensemble, l’imprimante est un choix solide pour les besoins d’impression 3D métal.

imprimantes 3D

Crédits photo : Digital Metal

L’imprimante 3D M450 de Meltio

Meltio est une entreprise espagnole, plus précisément de Linares (Jaén), qui a été fondée en 2019 par une co-entreprise entre Additec et Sicnova. Ils ont présenté pour la première fois la M450 au Formnext 2019. Cette imprimante 3D utilise la technologie de dépôt de métal 3E développée par Meltio. La machine 3D est une imprimante professionnelle dont le volume d’impression est de 150 x 200 x 450 mm (13,50 cm3). Elle est compatible avec une grande variété de des métaux tels que les aciers inoxydables, les aciers doux, les alliages de titane, etc. La M450 possède une buse qui ne doit pas être changée, 3 têtes et 6 lasers intégrés. Vous pourrez ainsi connaître en temps réel le processus d’impression 3D métal et apportez les modifications que vous jugez nécessaires en contrôlant le processus. Les impressions réalisées avec cette imprimante atteignent une densité de 100% !

Et vous, quelle imprimante 3D utilisez-vous ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Les 2 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. mathias dit :

    Que vient faire une vieille Anet dans cette sélection de machines indus ?

  2. amundsen dit :

    Ce serait intéressant d’avoir un article sur les machines entre 1000 et 2000€. Elles sont souvent oubliées entre les petites machines pas chères mais pas terribles et les machines industrielles très chères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D