menu

Quelles sont les imprimantes 3D résine disponibles en 2022 ?

Publié le 19 mai 2022 par Alex M.

La stéréolithographie, plus connue sous l’abréviation SLA, fut la première technologie d’impression 3D imaginée dès 1986 par l’américain Chuck Hull, fondateur par la suite du géant 3D Systems. Le procédé, qui repose sur la photo-polymérisation d’une résine sensible aux UV à l’aide d’un laser, a depuis inspiré de nouvelles techniques comme le DLP qui utilise un vidéo-projecteur au lieu d’un laser, ou la technologie LCD qui, comme son nom l’indique, a recours à un écran LCD comme source de lumière UV. D’autres procédés comme le MovingLight (de Prodways) ou encore le Digital Light Synthesis de Carbon sont aussi à mentionner, l’objectif étant d’accélérer le processus d’impression. Longtemps réservée aux industriels et laboratoires, la technologie SLA est devenue au fil des années de plus en plus accessible, tant au niveau du prix que de sa prise en main. Les fabricants tendent à améliorer les performances des machines, côté vitesse et volume d’impression. L’équipe de 3Dnatives vous a sélectionné quelques imprimantes 3D résine disponibles en 2022, que ce soit des machines de bureau ou professionnelles. Elles sont triées par ordre alphabétique, selon le nom des fabricants.

La ProJet 6000 HD de 3D Systems

Fondée en 1983, la société 3D Systems, qui se concentre sur diverses technologies, propose avec la ProJet 6000 HD une imprimante 3D résine qui promet la plus haute qualité et précision des pièces imprimées en 3D de petites et moyennes tailles. 3D Systems propose une large gamme de résines SLA qui offrent la consistance et les propriétés mécaniques requises pour tout matériau. Le volume d’impression est de 251 x 250 x 250 mm et l’épaisseur minimale de la couche est de 50 micromètres. Le prix de la ProJet 6000 HD varie entre 100 000 et 250 000 euros.

La Photon M3 d’Anycubic

En présentant la Photon M3 courant 2022, le fabricant chinois Anycubic a dévoilé une imprimante 3D d’entrée de gamme de haute qualité. Avec un volume d’impression de 180 x 163 x 102 mm et une vitesse d’impression atteignant les 50 mm/h, la machine se distingue des autres imprimantes 3D résine. Grâce à son plateau d’impression à motif en damier en alliage d’aluminium gravé au laser, l’adhérence est améliorée lors de l’impression. De plus, l’imprimante 3D dispose d’un écran tactile LCD de 5 pouces, visant à offrir une meilleure expérience utilisateur. Pour ceux qui veulent imprimer des produits de plus grande taille, la Photon M3 est disponible en 3 tailles différentes, la M3, la M3 Plus et la M3 Max.

La MAX Mini du fabricant Asiga

Fondée en Australie en 2011, Asiga est spécialisée dans la technologie Digital Light Processing, un développement supplémentaire de la stéréolithographie, utilisant un projecteur vidéo au lieu d’un laser. L’Asiga MAX Mini est la plus petite solution de la gamme d’imprimantes 3D du fabricant avec un volume d’impression de seulement 51 x 32 x 75 mm. Elle est disponible en 2 versions de différentes longueurs d’onde de LED, 385 ou 405 nm. Elle est idéale pour des applications dans la dentisterie, mais aussi dans l’audiologie et la joiaillerie. En plus des matériaux Asiga, la machine est compatible avec tous les matériaux tiers correspondants. Actuellement, la MAX Mini est disponible à partir de 7 192 €.

 

imprimante 3D résine

B9 Core 550 par B9Creations

La marque américaine B9Creations dispose d’une large gamme d’imprimantes 3D résine. Nous évoquerons ici la B9 Core 550, une version améliorée de la B9 Core 530. L’imprimante est basée sur la technologie DLP et fonctionne avec un projecteur vidéo qui solidifie la résine liquide. Elle est destinée aux professionnels et son prix est d’environ 9 955 euros. Le B9 Core 550 a une épaisseur de couche de 10 microns, une résolution XY de 50 microns et un volume d’impression de 96 x 54 x 127 mm. Parmi les autres facteurs d’intérêt, citons un grand écran tactile amélioré sur le panneau avant et une connexion WiFi, Ethernet et USB. La compatibilité est un point clé, car la machine est compatible avec des résines d’autres fabricants sur le marché.

La M3 de Carbon

En 2022, le célèbre fabricant d’imprimantes 3D Carbon dévoilait la M3. Destinée au prototypage et à la fabrication haut de gamme, la machine est une version actualisée de la M2. Tout comme sa petite soeur, elle est basée sur la technologie CLIP. En revanche, la M3 est à la différence de la M2 équipée d’un écran tactile entièrement intégré, qui facilite grandement l’ensemble du processus de travail et offre également un certain nombre de nouveaux paramètres possibles. En utilisant l’écran tactile, les couleurs de l’affichage peuvent maintenant être modifiées selon les préférences de l’opérateur. En outre, le niveau sonore peut également être réglé pour s’adapter au volume des sons environnants la zone de production. Par rapport aux versions précédentes, la M3 permet également d’obtenir une finition de surface beaucoup plus lisse et cohérente sur les produits finis. En outre, la M3 est équipée d’un système de chauffage infrarouge de la résine, ce qui permet de mieux gérer et contrôler la chaleur pendant l’impression.

La Halot One Plus de Creality

Conçue par Creality, l’imprimante 3D Halot One Plus est plus puissante, plus simple d’utilisation et plus performante que ses prédécesseur. Elle dispose d’un axe Z avec deux rails linéaires, qui,  associé à une tige filetée en forme de T, garantit un mouvement précis et régulier. Dotée d’un écran LCD mono de 7,9 pouces, l’imprimante 3D permet de réaliser des impressions de qualité aux détails très fins. Avec un volume d’impression de 172 x 102 x 160 mm, la machine intègre un écran tactile de 5 pouces offrant un bon aperçu de l’impression et facilitant la prise en main de la machine. En outre, il est possible d’utiliser l’application Creality Cloud et de choisir entre 14 langues différentes.

L’imprimante 3D XFAB 3500HD 

Développée par le fabricant DWS, la XFAB 3500 HD est venue compléter la gamme XFAB et a vocation à fournir des modèles destinés aux domaines de la bijouterie et des accessoires de mode. Basée sur le procédé SLA, elle permet de faire du prototypage rapide mais aussi de réaliser des pièces fonctionnelles, aux gémonies complexes. Son volume d’impression est de  140 x 140 x 180 mm et la machine est compatible avec l’ensemble des matériaux proposés par DWS. L’imprimante 3D est fournie avec la version professionnelle du logiciel Nauta. En termes de dimension, la machine mesure 400 x 606 x 762 mm et pèse 40 kg.

Xtreme 8K de EnvisionTec

EnvisionTec est un fabricant historique sur le marché de l’impression 3D résine, particulièrement connu pour la technologie DLP. Il a été racheté par Desktop Metal en 2021 et est depuis derrière la marque ETEC. Parmi la gamme de solutions proposées, on retrouve l’imprimante Xtreme 8K, une machine conçue pour des volumes de production. Basée sur le procédé DLP, elle offre un volume généreux de 450 x 371 x 399 mm et utilise un projecteur 4K pour davantage de précision. Elle est compatible avec une large variété de plastiques, que ce soit des matériaux hautes températures, des élastomères ou encore des plastiques durs. Ainsi, elle répond à divers besoins industriels.

Focus 8.9 de Flashforge

Compacte et pratique, la Focus 8.9 de Flashforg propose un volume d’impression de 192 x 120 x 200 mm et une vitesse d’impression de 10-50 mm/H. C’est une solution particulièrement adaptée pour le secteur dentaire, que ce soit pour concevoir des guides chirurgicaux, des protège-dents ou encore des gouttières. Elle est basée sur la technologie DLP. Enfin, elle offre un écran tactile de 3,5 pouces et une connectivité en Wifi, améliorant l’expérience de l’utilisateur.

Les imprimantes 3D résine de Formlabs

Formlabs est l’un des pionniers de la stéréolithographie de bureau, réputé notamment pour sa Form 2. En avril 2019, elle annonçait l’arrivée de deux nouvelles machines, la Form 3 et la Form 3L, reposant sur un tout nouveau procédé d’impression dénommé Low Force Stereolithography (LFS). L’objectif principal de Formlabs était d’accroître le volume d’impression : la Form 3 peut créer des pièces de 145 × 145 × 185 mm tandis que la Form 3L peut aller jusqu’à 300 × 335 x 200 mm, soit 5 fois plus que sa grande sœur. Les deux imprimantes seraient également plus rapides et plus précises, offrant une épaisseur de couches minimale de 25 microns grâce à un laser d’une puissance de 250mW. La Form 3 est disponible à partir de 3 299€ et la Form 3L à partir de 9 399€.

En 2022, le fabricant américain est revenu sur le devant de la scène avec la Form 3B+ et la Form 3BL. Avec un volume d’impression de 145 x 145 x 185 mm, la Form 3B+ est destinée au secteur médical. Offrant une précision allant jusqu’à 25 microns, elle permet de concevoir des pièces aux détails fins et dotées de surfaces lisses. Également dédiée au domaine de la santé, la Form 3BL a été imaginée pour pouvoir travailler en continu avec un minimum d’interventions. La machine intègre un volume d’impression de 335 x 200 x 300 mm ainsi que des capteurs optiques pour offrir des conditions d’impression optimales. En France, la Form 3B+ est disponible à partir de 4 033 euros tandis que la Form 3BL est vendue à un prix de 11 500 euros. 

imprimantes 3D résine

L’Orange 4K et Longer3D

Lancée fin 2020, l’imprimante 3D Orange 4K est venue compléter la gamme Orange du fabricant chinois Longer3D. La machine LCD est dotée d’un écran LCD de 5,5 pouces et offre un volume d’impression maximal de 120 x 68 x 190 mm. Avec une vitesse d’impression atteignant les 60 mm/h, la Orange 4K est disponible en deux modèles différents, la version Color et la Version Mono. Et selon les dires de Longer3D, les deux sont en mesure de réaliser des impressions extrêmement détaillées. Compatible avec différents slicers, comme Chitubox, LongerWare et Lychee Slicer,  l’imprimante 3D résine intègre un système de détection de la température afin de prévenir des trop grosses chaleurs. Garantie 12 mois et livrée sans résine, la Orange 4K est commercialisée à un prix de 380 euros (499 dollars) sur le site du fabricant. 

La NXE400 de Nexa3D

Lancée en 2019 par le fabricant américain Nexa3D, la machine professionnelle NXE400 a un volume d’impression de 270 × 160 × 380 mm soit 16 litres. Elle s’appuie sur la technologie LSP – pour Lubricant Sublayer Photo-curing en anglais – qui est un type de stéréolithographie masquée (mSLA) et se veut plus rapide que les solutions du marché. Selon le fabricant, la NXE400 offrirait un volume d’impression 2,5 plus important et une vitesse de fabrication multipliée par 6,5. Elle est compatible avec des matériaux de type PP, de l’ABS et des matériaux fonctionnels de qualité technique.

L’Origin One d’ORIGIN

Développée par le fabricant Origin, l’imprimante 3D Origin One est basée sur une technologie de résine nommée photopolymérisation programmable (P³). Cette méthode permet d’optimiser le processus d’impression en temps réel en gérant plusieurs paramètres, comme la projection de la lumière et le contrôle de la température. Les utilisateurs de la machine peuvent ainsi créer des pièces d’une taille inférieure à 50 µm avec des matériaux de haute précision et obtenir des résultats qualitatifs. L’imprimante 3D a un volume d’impression de 192 mm x 108 mm x 350 mm et est compatible avec les matériaux proposés par Origin. Pesant 72 kg, la machine a des besoins énergétiques minimes, ce qui permet aux fabricants de maximiser leur capacité de production.

La Phenom Prime de Peopoly

Développée par Peopoly, la Phenom Prime est l’imprimante 3D en résine la plus performante de la gamme Phenom. Basée sur la technologie MSLA (Mask Stereolithography), cette machine est capable de produire des pièces d’une dimension maximale de 276 × 155 x 400 mm. L’imprimante 3D est dotée d’un écran monochrome qui offre un taux de transmission de la lumière nettement plus élevé, réduisant ainsi le temps d’exposition de plus de 70 %. En plus d’avoir une durée de vie 3 fois plus longue que sa version précédente, la Phenom Prime se distingue par sa vitesse de fabrication, principalement dû à la technologie MSLA. La machine intègre également un système de refroidissement, améliorant la qualité des pièces imprimées. 

Liquid Crystal Magna de Photocentric

L’imprimante 3D Liquid Crystal Magna est l’une des machines les plus récentes de la société britannique Photocentric, initialement spécialisée dans la création de résines pour imprimantes 2D, et ce, jusqu’en 2015. Cette nouvelle imprimante utilise la technologie LCD. Ce qui est particulièrement intéressant est qu’elle est dotée d’un volume d’impression très généreux de 510 mm x 280 mm x 350, ce qui en fait donc l’une des plus grandes machines résine du marché avec la Form 3L. La Liquid Crystal Magna a une épaisseur de couche de 100 microns et, selon le fabricant, est parfaite pour le développement de petites séries.

liquid crystal magna

La Prusa SL1, première imprimante résine du célèbre Prusa

En septembre 2018, le fabricant Prusa, connu pour ses imprimantes 3D FDM open-source, a fait son entrée sur le marché de la stéréolithographie en présentant la SL1. Cette machine open-source propose un volume d’impression de 120 x 68 x 150 mm et a recours à un écran LCD pour durcir la résine couche par couche, en 6 secondes seulement. Elle est dotée d’un réservoir de résine comprenant un film FEP transparent et flexible, facilitant le changement de bac. Livrée avec une machine de post-traitement, la Prusa SL1 est disponible à partir de $1 599 ce qui en fait l’une des imprimantes 3D résine les moins chères de notre sélection.

imprimantes 3D résine

Shape 1+ Dental par RAYSHAPE

Lancée par le fabricant asiatique RAYSHAPE, la Shape 1+ Dental est une imprimante 3D DLP résine spécialement conçue pour le secteur de la dentisterie.La machine dispose d’un volume d’impression de 144 x 81 x 200 mm et d’une vitesse d’impression de 40 mm de hauteur/heure, des caractéristiques permettant un traitement immédiat en clinique. Imaginée pour répondre aux besoins des professionnels de santé, la Shape 1+ Dental est adaptée à plus de 20 applications dentaires. Elle est compatible avec les résines dentaires ShapeMaterials de RAYSHAPE, ainsi qu’avec d’autres matériaux tiers. Prête à l’emploi, l’imprimante 3D intègre un moteur de lumière DLP à longue durée de vie, de sorte que les utilisateurs n’aient pas besoin de prêter attention à la réparation ou au remplacement périodique des composants. Vous trouverez de plus amples informations sur la Shape 1+ Dental ICI.

La gamme d’imprimantes dentaires SprintRay Pro S

La gamme d’imprimantes dentaires Pro S a été imaginée pour améliorer la productivité des cabinets médicaux. Conçue exclusivement pour les professionnels dentaires, la Pro S se veut simple d’utilisation et facilement intégrable à un espace de travail. Il s’agit d’un outil rapide et polyvalent qui permet de produire des applications dentaires adaptées à tous les types de traitements. Compatible avec une large gamme de matériaux, la gamme d’imprimantes dentaires SprintRay Pro S se distingue également par sa vitesse d’impression. En outre, l’imprimante est dotée de capteurs garantissant le bon déroulement du processus d’impression 3D.

La Slash 2 PRO d’Uniz

Lancée en 2019 par le fabricant Unis, la Slash 2 PRO fait partie des meilleures imprimantes 3D résine de bureau. Elle utilise un écran LCD ultra-haute résolution et un rétroéclairage par LED UV pour polymériser la résine photosensible couche après couche avec précision et vitesse. La Slash 2 Pro intègre un écran 4K qui garantit une une précision de 49,8 microns. Son volume d’impression est de 192 x 120 x 200 mm, ce qui permet d’imprimer simultanément plusieurs pièces différentes ou de produire en masse une seule pièce.

La Nobel Superfine de XYZPrinting

L’imprimante Nobel Superfine est une imprimante 3D résine fabriquée par XYZPrinting, un fabricant basé à Taiwan. Basée sur le procédé DLP, l’imprimante 3D dispose d’une calibration automatique et d’une connectivité Wi-Fi, qui permet de contrôler à distance les processus d’impression. Grâce à sa précision, cette imprimante 3D en résine convient aux professionnels de la bijouterie et du dentaire. En effet, Nobel Superfine peut imprimer en 3D des moules, mais aussi des prototypes tels que des bagues, des diadèmes, des bracelets ou des broches. En outre, cette imprimante 3D haute résolution en résine est compatible avec différents matériaux de XYZPrinting, notamment l’acrylique et les résines coulables. Son volume d’impression est de 64 x 40 x 120 mm.

Inkspire de Zortrax

Tout comme Prusa, le fabricant polonais Zortrax a présenté sa première imprimante 3D résine, baptisée Inkspire. Il a opté pour la technologie LCD afin d’allier rapidité et précision ; Zortrax affirme que son imprimante 3D résine est 8 fois plus rapide et 9 fois plus précise que ses concurrentes. Elle offre un volume d’impression relativement restreint de 74 x 132 x 175 mm et une épaisseur de couche de 25 microns minimum. Elle peut être accompagnée d’un nettoyeur ultrasons, Zortrax Ultrasonic Cleaner, pour faciliter les étapes de post-traitement. L’imprimante Inkspire est disponible à partir de 2 028€.

imprimantes 3D résine

Comparez des dizaines d’imprimantes 3D sur le comparateur 3Dnatives

Vous possédez une imprimante 3D SLA ou DLP ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article et retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Les 7 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. […] L’objectif de la campagne de Milkshake3D est largement atteint et vous pouvez obtenir l’imprimante à partir de 3500€. Elle sera livrée à partir d’août de cette année. Elle occupera sans hésiter une place dans notre classement des meilleures imprimantes de résine ! […]

  2. Pailley dit :

    Dommage manque la Elegoo Mars (techno LCD), produit similaire à la Photon avec prix mini…. incontournable machine et grande communauté d’utilisateurs.

  3. lignier dit :

    besoin d’informations sur les imprimantes Envisiontec DLP et la technologie cDLM qui permet d’imprimer des protos ou pièces finies avec une très bonne résolution et une rapidité impressionnante, vous pouvez contacter Altair Consulting SA distributeur officiel sur la Suisse.

  4. weldone dit :

    article publié le 4 février 2021 mais il y a un commentaire du 25 octobre 2019. on peut m’expliquer?

  5. Alex M. dit :

    Bonjour Weldone. L’article a été mis à jour le 4 février – mais publié il y a déjà plusieurs mois.

  6. Arkhenos dit :

    Déçu, pas de Elegoo Mars 2 et surtout de Elegoo Saturn..

  7. Heu…. non je suis pas d’accord :'(

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks