menu

Creality 3DPrintMill, l’imprimante 3D au tapis roulant pour une fabrication en continu

Publié le 15 décembre 2020 par Mélanie R.
3DPrintMill

Créée en 2014, l’entreprise Creality se concentre sur la conception, la recherche et la production d’imprimantes 3D et de produits liés à l’impression 3D. Elle couvre une gamme de technologies telles que le dépôt de matière fondue et l’impression 3D résine. La plupart d’entre vous ont sûrement déjà entendu parler des solutions FDM abordables de Creality, elles font d’ailleurs partie de 3 gammes distinctes : Ender, CR et CP. Le dernier né de la série CR n’est autre que la 3DPrintMill, un croisement entre une imprimante 3D traditionnelle et un tapis roulant. Créée en collaboration avec Naomi Wu, cette imprimante 3D est la concrétisation de sa vision, épaulée par l’investissement en R&D et l’expertise en ingénierie de l’équipe Creality.

La société basée à Shenzhen a récemment lancé une campagne Kickstarter, qui a atteint son objectif de 1 000 000 HK$ (environ 130 000 USD) en seulement 24 heures ! Elle a affirmé que lorsque la 3DPrintMill atteindra 5 millions de dollars US de financement participatif, la machine entière, les fichiers de CAO, la nomenclature, le micro-logiciel et les schémas seront disponibles en open-source. En d’autres termes, n’importe qui aura accès au code source pour créer sa propre version, l’itérer et l’améliorer. Quelles sont donc les caractéristiques de 3DPrintMill ?

creality

Pourquoi ajouter un tapis roulant à son imprimante 3D ?

Vous vous demandez peut-être quel est l’intérêt de combiner une imprimante 3D et un tapis roulant. Creality explique que la 3DPrintMill permet d’imprimer des pièces en continu et sans surveillance. En d’autres termes, lorsque les pièces sont imprimées en 3D, le tapis chauffant, qui fait office de plateau d’impression, avance : les pièces se détachent naturellement et tombent dans un bac. Cela réduit la nécessité de retirer les pièces imprimées du plateau avant de commencer une autre tâche d’impression. La 3DPrintMill peut traiter une bobine entière de 1, 5 ou 10 kilos de filament plastique pour fabriquer des pièces sans aucune surveillance humaine. Le tapis roulant a été fabriqué en nylon et devrait durer des années en cas d’utilisation régulière.

De plus, l’ajout du tapis roulant crée un axe Z théoriquement infini. Par conséquent, en inclinant le lit de 45 degrés, le dos de l’objet imprimé pourra avancer pendant que l’imprimante continue d’imprimer sur le tapis. L’impression la plus longue à ce jour est une barre de 6 mètres de long, réalisée continuellement.

Les spécificités de la 3DPrintMill

Cette imprimante 3D mesure 535 x 656 x 410 mm et pèse 16,5 kg, avec un volume d’impression de 200 x 170 x ∞ mm. Basée sur la technologie FDM, le diamètre de la buse mesure 0,4 mm, offrant une précision d’impression de ± 0,1 mm et pouvant atteindre une température de 240 degrés. De plus, le tapis peut atteindre une température de 100 degrés, ce qui rend cette imprimante 3D compatible avec le PLA, le TPU et le PETG. La machine comprend un slicer dédié, appelé Crealitybelt, pour préparer les modèles à l’impression.

La 3DPrintMill comprend également un système de reprise d’impression et de détection de fin de filament. Si une panne de courant vient à arrêter votre imprimante 3DPrintMill, sachez que vous pouvez reprendre l’impression là où vous l’avez laissée lorsque le courant est rétabli. Le capteur de filament sera également capable de détecter la fin de la bobine, interrompant automatiquement l’impression pendant que vous chargez un nouveau filament. La machine reprendra là où elle s’était arrêtée, généralement sans aucune marque discernable sur l’impression.

Le fabricant explique que toute personne qui aime bien l’impression 3D mais qui n’apprécie pas le processus de mise à niveau des plateau et le détachement des pièces créées sera satisfaite de la machine 3DPrintMill. Elle peut également être intéressante pour toute personne qui utiliserait une ferme d’imprimantes 3D traditionnelle mais qui veut s’affranchir des coûts de main-d’œuvre associés au changement constant des plateaux, au détachement des pièces et à la reprise du processus. Bien entendu, il convient parfaitement à toute personne dont la dextérité est compromise, dont les mouvements sont limités ou qui réalise des projets scolaires avec des enfants. Vous pouvez trouver plus d’informations ICI.

Que pensez-vous de l’imprimante 3DPrintMill ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube et suivez-nous sur Facebook et Twitter.

Les 2 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Arty Chow dit :

    Lol. Inutile. Merci Naomi Wu pour cette idée débile !

  2. Zyphos dit :

    Ce n’est pas inutile.
    On peut y imprimer:
    – des profilés (longueur infinie)
    – des pièces très longues
    – différentes pièces en séries (sans devoir intervenir).
    – des pièces avec des corniches (Overhangs) de plus de 45°.
    De plus les pièces se décollent toute seule.

    « Créée en collaboration avec Naomi Wu, cette imprimante 3D est la concrétisation de sa vision, épaulée par l’investissement en R&D et l’expertise en ingénierie de l’équipe Creality. » C’est un beau menteur ce Naomi Wu, c’est du copié-collé !

    C’est d’ailleurs une pâle copie de la Blackbelt (imprimante hollandaise de 2017) vendue à partir de 9500€ (aie)
    https://blackbelt-3d.com/
    https://www.kickstarter.com/projects/814534542/blackbelt-3d-printer?lang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you