menu

Le plastique PETG en impression 3D

Publié le 18 décembre 2019 par Mélanie R.
plastique PETG

Le plastique PETG, ou polyester glycolisé, est un thermoplastique répandu sur le marché de la fabrication additive, alliant à la fois la simplicité d’impression du PLA et la résistance de l’ABS. C’est un plastique amorphe, qui peut être recyclable à 100%, possédant la même composition chimique que le polytéréphtalate d’éthylène, plus connu son son acronyme PET. On y a ajouté du glycol afin de réduire son aspect cassant et donc sa fragilité. Nous vous proposons aujourd’hui de revenir sur les caractéristiques du plastique PETG en impression 3D, ses paramètres d’impression et ses principales applications.

Avant tout chose, il nous paraît important de revenir sur le PET lui-même. C’est un matériau très connu dans l’industrie car il est utilisé dans la fabrication de nos bouteilles et emballages alimentaires depuis les années 90, remplaçant le PVC. Il permet aussi la production de fibres synthétiques pour les vêtements. Il fait partie des polymères les plus employés du marché, représentant 18% de la production globale de plastiques dans le monde. Il est réputé pour sa bonne résistance aux chocs, sa transparence et sa stabilité dimensionnelle. En revanche, il a tendance à surchauffer lorsqu’il est imprimé en 3D – c’est pour cela qu’on aura plutôt tendance à utiliser le PETG. 

Le PETG provient du PET, utilisé majoritairement dans la production de bouteilles plastiques

Les caractéristiques du PETG en impression 3D

Le PETG est donc un copolymère, alliant les propriétés du PET et celles du glycol. L’ajout de ce dernier permet de réduire la surchauffe du PET et donc son aspect cassant. Parmi les principales caractéristiques du PETG en impression 3D, on retiendra donc sa dureté, sa résistance à l’impact et aux produits chimiques, sa transparence et sa ductilité. C’est un matériau facile à extruder qui présente une bonne stabilité thermique. Il est particulièrement apprécié pour sa compatibilité avec un contact alimentaire. Côté inconvénients, notez que le PETG nécessite un plateau chauffant pour éviter les effets de warping qu’on retrouve sur l’ABS – même si le taux de gauchissement est faible, il est préférable d’utiliser une feuille de BuildTak pour être certain que le matériau accroche. Sachez aussi qu’il est plus enclin aux rayures que le PLA. Enfin, il peut rapidement prendre l’humidité et se conservera mieux dans un environnement frais et sec. 

Côté paramètres d’impression, le PETG a une température d’extrusion comprise entre 220° et 260°C et on vous conseille de chauffer votre plateau – pas plus de 80°C. La vitesse d’impression est de 40-60mm/s. Si on se penche sur les supports d’impression, ils ne sont pas très adaptés car le PETG a un aspect collant ce qui les rendra difficiles à retirer. 

Le PETG est réputé pour sa dureté et son aspect transparent

Les principaux fabricants de filaments PETG

La plupart des fabricants de filaments proposent aujourd’hui du PETG : on pense à Formfutura, ColorFabb, 3DXTech, Innofil3D ou encore à des marques propriétaires comme Zortrax. Si on regarde les acteurs français, Kimya, Volumic et Nanovia proposent tous les trois des filaments PETG. Au niveau du format, on ne réinvente pas la roue : on trouve des bobines de 1,75 ou 2,85 mm de diamètre, avec différents poids selon les besoins. Notez que le PETG est souvent renforcé en fibres de carbone ce qui permet d’augmenter la rigidité de la pièce tout en optimisant le poids final de la pièce imprimée en 3D. L’entreprise Nanovia par exemple propose cette solution dans sa gamme de filaments ; elle a également développé un PETG renforcé en fibre d’aramide qui vient réduire l’aspect fragile du PETG tout en augmentant sa rigidité.

Enfin, côté prix, sachez qu’il est un peu plus cher que le PLA : il faut compter entre 30 et 35€ pour une bobine de PETG classique en 750 grammes – bien entendu, certaines marques seront plus ou moins chères. Un PETG renforcé en fibres de carbone fera augmenter le prix de votre bobine, disponible entre 55 et 70€.

Le PETG peut être renforcé avec des fibres de carbone (crédits photo : Fusion 3)

*Crédits photo de couverture : BlackBelt3D

Utilisez-vous le plastique PETG ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Guib'man dit :

    Je suis passé sur le PETG en remplacement de l’ABS il y a deux ans maintenant. Effectivement l’effet de warping à drastiquement diminué sur mes impressions et je confirme que le BuildTak est bien compatible avec le PETG, peut-être même un peu trop d’ailleurs. On arrive souvent à devoir s’acharner pour créer une « amorce de rupture » entre la pièce et le plateau (la meilleure solution étant d’être présent en fin d’impression pour enlever la pièce à chaud)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK