menu

Xube, l’imprimante 3D capable de concevoir des objets en 20 secondes

Publié le 29 décembre 2020 par Mélanie R.
xube

La startup allemande Xolo vient de dévoiler sa nouvelle imprimante 3D qui s’appuie sur la fabrication additive volumétrique, une méthode bien plus rapide que les procédés résine classiques. Baptisée xube, la machine serait en effet capable de concevoir des pièces en seulement 20 secondes pour les plus petites et 5 minutes pour les plus volumineuses. Une rapidité qui est directement liée à la technologie utilisée : l’impression 3D volumétrique, appelée ici xolographie, ne s’appuie pas sur une conception couche par couche ou sur un laser. En effet, elle vient projeter un motif dans un bac rempli de résine photopolymère transparente plusieurs fois sous tous les angles. Pour l’instant, xube n’est qu’un outil de recherche mais qui sait, elle pourrait être commercialisée d’ici peu si les résultats sont satisfaisants.

L’impression 3D volumétrique pourrait devenir une méthode de fabrication d’avenir de par sa rapidité. Expliquons le principe : c’est une méthode qui permettrait de créer une pièce d’une seule traite, à l’inverse des procédés que l’on connaît aujourd’hui qui viennent ajouter le matériau couche par couche. Ici, on vient décomposer un modèle 3D en images sous différents angles que l’on viendra ensuite projeter dans le bac de résine. C’est comme si ces images venaient frapper la résine à des endroits précis pour construire la pièce voulue. Aujourd’hui, quelques instituts, universités et fabricants s’intéressent à l’impression 3D volumétrique mais pour l’instant, ce sont simplement des projets de recherche. La startup Xolo pourrait toutefois changer la donne.

Le procédé de xolographie

Comment fonctionne la machine xube ?

Le fabricant allemand a développé sa machine xube qui s’appuie donc sur la xolographie. Concrètement, celle-ci s’appuie sur deux types d’énergie lumineuse qui vont réagir différemment au contact de la résine utilisée. Le procédé viendra projeter des “feuilles” dans la cuve de résine, une projection qui se fait sous différents angles. Une première feuille de lumière est donc projetée à travers la résine et active des molécules appelées photo-initiateurs bicolores dissous dans le matériau liquide. Puis, la deuxième lumière est projetée, celle-ci provoquant la photopolymérisation de la résine là où les molécules ont été activées. La feuille de lumière est ensuite déplacée vers une nouvelle position en décalant le volume de résine sur une étape linéaire, et le processus recommence. En fait, le X de xolographie rappelle ce croisement entre les deux sources lumineuses.

Côté caractéristiques de la machine, le volume d’impression reste assez limité (50 x 70 x 90 mm) ce qui n’est pas si surprenant pour une imprimante 3D résine. Ce qui est surtout très intéressant est la vitesse d’impression offerte : selon Xolo, la machine xube pourrait produire des petites pièces en 20 secondes seulement et des plus grandes structures en 5 minutes ! En général, il faut compter plus d’une heure pour obtenir une pièce sur une imprimante 3D résine classique – et encore, tout dépend de la taille. Côté applications, la machine serait idéale pour créer des pièces dans l’urgence, mais aussi des structures très précises que ce soit pour le médical (le dentaire en particulier) ou le design (décoration, art, etc.).

Exemples de pièces imprimées en 3D sur la xube (crédits photo : Xolo)

On ne sait pas encore si xube sera commercialisé et si oui, quand elle le sera. Elle pourrait en tout cas devenir la première imprimante 3D volumétrique accessible à tous. Reste à savoir son prix. En attendant, retrouvez davantage d’informations sur le site de la startup allemande ICI.

Que pensez-vous de la machine xube ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Vincent Raquin dit :

    C’est très intéressant. Cela permet d’envisager à terme plusieurs sources lumineuses travaillant simultanément, et provenant de différents côtés de la pièce, pour permettre de réduire encore plus le temps d’impression.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you