Accueil > Imprimantes 3D > Startup 3D du mois : ONO utilise votre smartphone pour démocratiser l’impression 3D
ONO

Startup 3D du mois : ONO utilise votre smartphone pour démocratiser l’impression 3D

Ce mois-ci, la startup 3D mise à l’honneur est italienne : ONO a été créée par Pietro Gabriele et Filippo Moroni qui ont imaginé une imprimante 3D reposant sur votre smartphone ! Dévoilé à l’occasion de la Maker Faire New York 2015, le concept (à l’époque dénommé OLO) connaissait alors son moment de gloire !

Avec une campagne Kickstarter largement réussie (plus de $2 321 811 collectés), le duo souhaite rendre accessible la technologie au plus grand nombre en facilitant son utilisation. Nous sommes allés à la rencontre des 2 fondateurs pour en savoir plus sur leur produit.

3DN : Pouvez-vous vous présenter et votre lien avec l’impression 3D?

Je suis Pietro et je suis entrepreneur. J’ai un peu touché à tout, j’ai même été gérant d’un club de jazz. J’ai appris comment transformer une idée en business rentable à travers mes propres expériences, positives et négatives. J’ai essayé de partager cette expérience avec ceux qui ont des connaissances techniques et des idées innovantes afin qu’ensemble, nous puissions apporter ces dernières au reste du monde. Ma relation avec l’impression 3D est relativement jeune.

Je m’appelle Filippo et je suis un designer avec une formation en ingénierie et prototypage. J’ai commencé à faire de la fabrication numérique il y a maintenant 15 ans chez Solido3D. Toutes ces connaissances m’ont permis de développer mes idées et de les partager.

ONO

Pietro et Filippo

Pietro et moi-même sommes très complémentaires : j’ai une formation plutôt technique qui permet de développer notre idée et Pietro a la fibre commerciale pour l’amener sur le marché. Nous avons découvert le potentiel de l’impression 3D et nous avons vu avec ONO une opportunité pour que tout le monde puisse découvrir cette technologie.

3DN : Comment vous est venue l’idée d’ONO ?

Nous avons tout d’abord essayé de comprendre pourquoi la technologie n’était pas plus répandue et nous avons découvert que les obstacles les plus importants étaient l’accessibilité de la technologie sur un marché plus large et la phase d’apprentissage nécéssaire pour réaliser une bonne impression 3D. Donc nous avons cherché à transformer un smartphone en imprimante 3D.

On a fait le design de notre tout premier prototype en 8 heures seulement. Il est d’ailleurs assez similaire de celui de notre produit final. A partir de ce prototype, nous avions notre point de départ pour créer le système autour de l’imprimante, des résines jusqu’au logiciel.

ONO

3DN : Pouvez-vous nous expliquer la technologie derrière l’imprimante 3D?

La technologie est assez simple. La seule partie mouvante est un moteur qui lève et abaisse le plateau d’impression qui est complètement dans le noir pendant une impression. La sélection des matériaux, le design et la précision des composants ont pris beaucoup de temps à élaborer mais la technologie au coeur de la machine est très simple. Comme nous voulions qu’ONO soit l’imprimante 3D la plus répandue dans le monde, nous avons gardé en tête nos consommateurs et conçu l’ensemble pour qu’il soit très facile d’utilisation. L’application a été créée pour que vous puissiez imprimer en quelques étapes très simples. En plus, l’imprimante en tant que telle est très facile à installer, elle n’est composée que de quelques pièces qu’il suffit d’emboiter.

Le vrai secret est la résine utilisée. Les autres imprimantes fonctionnent avec une résine qui est solidifiée grâce à une lumière UV (semblable au procédé de stéréolithographie). Du coup, elles sont obligées d’être plus chères pour être rentables parce qu’il faut qu’elles utilisent des lasers ou des projecteurs d’UV. Notre résine brevetée, la Daylight resin, se durcit avec une lumière blanche visible à l’oeil humaine, la même que celle qui provient de votre écran de téléphone. Cela nous permet d’optimiser une technologie que tout le monde possède déjà sur son téléphone et donc de supprimer la partie la plus chère de l’imprimante.

L’imprimante est facile à installer

3DN : Comment voyez-vous ONO 3D dans 10 ans?

Nous avons déjà quelques projets sur lesquels nous travaillons sur le court et moyen terme. Les recherches sur la résine progresseront continuellement ce qui contribuera au développement de nouveaux matériaux et applications. Le premier objectif est d’avoir une résine complètement biologique qui serait plus sûre d’utilisation, même pour les enfants. Nous voulons vraiment amener nos imprimantes dans les écoles. Pour faire avancer la technologie, il nous faut des regards jeunes pour dépasser les limites et les amener à un autre niveau. Le but d’ONO n’est pas simplement de vendre des imprimantes mais d’offrir l’opportunité à tous de libérer leur créativité et faire progresser la technologie.

Le premier projet pour les deux prochaines années est le ONOtab qui reposera sur le même concept qu’ONO mais pour des tablettes. Ensuite, nous développerons ONOpro qui ne dépendra plus des appareils de nos clients mais qui sera doté d’un écran haute résolution intégré, conçu spécifiquement pour nos résines. Cela nous ouvrira des possibilités sur des marchés professionnels comme la bijouterie, la micro mécanique et la dentisterie.

ONO

Au fur et à mesure qu’ONO se diffuse dans le monde, nous nous apercevons que ce n’est pas seulement une imprimante mais une plateforme de distribution. Si tout le monde à une ONO, l’application peut être utilisée pour vendre et livrer des produits de différents distributeurs.

Notre but à long terme sur les 3 à 5 prochaines années est d’apporter l’impression 3D au milieu industriel en utilisant ces résines sur des écrans bien plus larges. Cela pourrait bien changer la donne!

 3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs?

ONO n’est pas seulement un produit c’est une histoire : celle d’une nouvelle façon de développer la technologie en la rendant simple et accessible. Nous espérons que notre idée influencera une nouvelle génération de créateurs, que notre histoire va inspirer les plus jeunes et que notre technologie les aidera à croire en leur potentiel !

Découvrez ONO en vidéo :

Plus d’informations sur le site de ONO.

ONO peut-elle démocratiser l’impression 3D ? Partagez votre opinion en commentaire de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos melanie

Diplômée de l'Université Paris Dauphine, je suis passionnée par l'écriture et la communication. J'aime découvrir toutes les nouveautés technologiques de notre société digitale et aime les partager. Je considère l'impression 3D comme une avancée technologique majeure touchant la majorité des secteurs. C'est d'ailleurs ce qui fait toute sa richesse.