menu

Du mobilier imprimé en 3D à partir de bouchons en plastique et de masques chirurgicaux recyclés

Publié le 24 mai 2021 par Mélanie R.
LF2L

Dans l’est de la France, le Lorraine Fab Living Lab (LF2L) participe activement au projet européen INEDIT qui a pour objectif  de concevoir du mobilier à partir de plastique recyclé. Il a misé sur la fabrication additive : en investissant dans une machine FDM, la Gigabot X plus précisément, le fablab conçoit ses premières pièces à partir de bouchons en plastique et de masques chirurgicaux recyclés. Il espère aussi créer une nouvelle dynamique autour du recyclage et créer un circuit court local pour récupérer les matériaux et les transformer. Un défi qui va au-delà de l’impression 3D.

Le projet européen INEDIT (open INnovation Ecosystems for Do It Together process) a commencé en 2019 et regroupe 14 participants, du laboratoire de recherche à la grande entreprise en passant par des PME et centres technologiques. D’une durée de 3 ans, il vise à construire l’entreprise européenne du meuble de demain en combinant une approche “Do It Yourself” (DIY) et “Do It Together” (DIT). Plusieurs méthodes de conception sont testées comme l’impression 3D de bois, la smartification, ou encore l’impression 3D de plastique recyclé. 

L’équipe derrière le projet (crédits photo : LF2L)

Construire des meubles avec des matériaux recyclés

Le fablab nancéien a donc investi dans une imprimante 3D américaine de re:3D, la Gigabot X. Elle est compatible avec des granulés plastiques ce qui permet d’élargir la gamme de polymères, du PLA standard aux matières recyclées. Pour l’instant, les équipes auraient testé des bouchons en plastique et des masques chirurgicaux recyclés afin de concevoir divers composants de meubles. Laurent Dupont, cofondateur et responsable scientifique du LF2L, à l’université de Lorraine, affirme : “Nous pouvons transformer l’imprimante 3D et l’adapter à notre guise pour les besoins de la recherche et du projet. Dans ce cadre de projet européen, on mobilise la capacité à tester tout ce qui est de l’ordre de la conception virtuelle par l’usage et mise en situation pour voir si cela est recevable par du public, mais aussi les professionnels designers, etc. À ce stade, on est sur des petits formats (70 cm x 30 cm x 40 cm), plutôt des éléments complémentaires à mettre dans les meubles. On est en train de fabriquer une machine plus grande. Mais il faut encore quelques mois de développement.”

A terme, l’objectif est de permettre à n’importe qui de fabriquer son meuble et d’imaginer facilement son agencement. A partir d’u scanner 3D et d’un casque de réalité virtuelle, le LF2L explique qu’une personne lambda pourrait développer son projet et le visualiser rapidement. Laurent Dupont ajoute : « On imagine aussi pouvoir, sur cette base, interagir avec des communautés de professionnels, des designers, des « makers » pour avoir des idées ou des préconisations. On pourrait aussi avoir accès à une base de données de meubles faciles à réaliser. Ensuite, l’objectif est de pouvoir faire de la fabrication sur-mesure. »

La Gigabot X est compatible avec des granulés plastiques (crédits photo : Université de Lorraine – Laboratoire ERPI – LF2L)

Un projet qui va au-delà de l’impression 3D

Ce projet implique forcément la récupération de ces matériaux recyclés : dans la ville de Nancy, il existe déjà un service de collecte de masques chirurgicaux usagés qui sont ensuite recyclés. L’équipe du LF2L souhaite reproduire ce système pour les bouchons en plastique ; elle a imaginé des conteneurs intelligents et connectés capables d’estimer le poids et ainsi déterminer le moment opportun de la collecte. Cela implique que les habitants jouent le jeu et n’y jettent pas autre chose. Comment s’assurer aussi que tous les bouchons soient faits avec le même plastique ? Il faudra donc résoudre tous ces défis pour pouvoir bâtir un circuit de production local plus efficace.

En tout cas, le LF2L espère pouvoir répondre à ces différentes questions d’ici le prochain Salon de l’habitat à Nancy qui aura lieu en février 2022. Il doit également présenter ses premiers résultats d’impression à la Commission Européenne fin avril. En attendant, vous pouvez retrouver davantage d’informations ICI.

*Crédits photo de couverture : LF2L

Que pensez-vous de l’initiative du fablab lorrain ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D