menu

Une technique d’impression 3D 100 fois plus rapide

Publié le 24 janvier 2019 par Mélanie R.

L’Université du Michigan (UM) aux États-Unis a dévoilé une nouvelle méthode de fabrication additive qui promet d’être 100 fois plus rapide que les techniques actuelles. Elle a été baptisée “Rapid, continuous additive manufacturing by volumetric polymerization inhibition patterning” et repose sur le principe de photopolymérisation. Toutefois, au lieu de s’appuyer sur une seule source lumineuse, cette technique en utilise deux, une pour solidifier la résine et l’autre pour freiner cette solidification. Cela permettrait d’avoir un meilleur contrôle sur le processus et solidifier les polymères de façon optimisée, réduisant alors le temps de fabrication.

Les technologies de fabrication additive sont l’avenir de l’industrie manufacturière, raison pour laquelle de nombreux acteurs tentent d’améliorer leurs processus, comme l’entreprise Carbon avec sa technologie Digital Light Synthesis qui se veut 25 à 100 fois plus rapide que les systèmes concurrents. L’automatisation de ces processus commencent également à apparaître, même si nous sommes encore loin de la personnalisation de masse souhaitée. Timothy Scott, professeur agrégé de génie chimique à l’UM, explique : “On ne peut utiliser l’approche conventionnelle que si on possède des centaines de machines.”

impression 3D rapideDeux sources lumineuses pour mieux contrôler la solidification de la résine

Pour tester leur processus, les chercheurs de l’Université ont imprimé en 3D le bloc M qu’on voit sur la photo ci-dessous ; celui-ci a été imprimé tout en étant extrait du bac de résine. Cette technique permet de surmonter un des défis posés par la photopolymérisation : en effet, traditionnellement, la résine se solidifie sur la fenêtre de projection en raison de la pénétration de l’oxygène. Cela vient alors interrompre le processus de solidification et donc l’impression en cours. 

En créant une surface relativement grande où la solidification ne peut pas avoir lieu, des résines plus épaisses peuvent être utilisées, permettant alors la production d’objets plus durables. « Vous pouvez obtenir des matériaux beaucoup plus solides et plus résistants à l’usure« , a déclaré Scott. 

impression 3D rapide

Une partie du succès de cette nouvelle technique d’impression 3D réside dans la composition chimique de la résine. Elle possède en effet deux agents, un photoactivateur et un photoinhibiteur, qui permettent donc de contrôler la phase de solidification du matériau.

impression 3D rapide

Actuellement, les chercheurs de l’Université du Michigan ont déposé 3 brevets pour protéger cette méthode. Vous pouvez retrouver l’ensemble de l’étude ICI et dans la vidéo ci-dessous :

Que pensez-vous de cette méthode d’impression 3D rapide ? Partagez votre opinion en commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you