menu

La première école au monde imprimée en 3D

Publié le 2 juillet 2021 par Philippe G.

Si vous vous intéressez un petit peu à l’impression 3D et ses nombreuses applications, vous n’êtes pas sans savoir que la fabrication additive est désormais une technologie utilisée pour la construction de bâtiments. Au Malawi, pour la première fois de l’histoire, une école a été imprimée en 3D. C’est l’entreprise danoise COBOD qui, dans le cadre de son projet commun avec 14Trees, une filiale de Lafarge Holcem, a imprimé l’école en 3D. Et si pour le moment, en Afrique, seul le Malawi bénéficie d’une infrastructure construite grâce à la fabrication additive, de nouveaux projets de ce genre devraient voir le jour dans plusieurs pays africains souffrant de manque d’infrastructure.

Si COBOD a décidé d’importer sa technologie en Afrique, et plus précisément au Malawi, ce n’est pas un hasard – le continent souffre d’un énorme déficit en matière d’écoles. D’après les chiffres de l’UNICEF, il manque de plus de 35 000 salles de classe au Malawi et pour les construire, il faudrait environ 70 ans. Mais selon 14Trees, grâce à l’impression 3D et aux technologies comme celle de COBOD, un nombre suffisant d’école pourrait être imprimé en seulement 10 ans. Et l’impression en 3D de cette première école donne beaucoup d’espoir aux Malawites. Représentant le directeur de l’éducation, de la jeunesse et des sports au Malawi, Juliana Kuphanga Chikandila, explique : “Je suis très impressionnée par le nouveau bâtiment – sa durabilité et sa conception offrent l’espace et les installations dont les élèves ne disposaient pas auparavant. Cette école attirera davantage d’élèves, et les apprenants qui l’avaient quittée reprendront leurs études.”

Des écoliers malawites en cours dans la première école imprimée en 3D (crédits photo : Bennie Khanyizira)

Les avantages de l’impression 3D dans le secteur de la construction  

Pour imprimer l’école, l’entreprise COBOD a utilisé l’imprimante 3D BOD2. Construite sur un système de portique modulaire, la BOD2 offre aux utilisateurs la possibilité de modifier la taille de l’imprimante 3D. La machine a permis d’imprimer l’école, qui mesure 56 mètres carrés, en seulement 18 heures. En plus de ce court temps de construction, le fait d’optimiser l’utilisation des matériaux a permis aux entreprises d’économiser de l’argent, et de surtout réduire l’empreinte carbone de la construction. 

Ce n’est pas la première fois que les imprimantes 3D de l’entreprise COBOD participent à un tel projet. La société a déjà construit plusieurs bâtiments grâce à la machine BOD2, à l’instar de la première maison imprimée en 3D en Floride et de l’immeuble résidentiel en Allemagne. Et comme vous vous en doutez, COBOD et ses partenaires ne souhaitent pas s’arrêter là. Miljan Gutovic, responsable de la région d´Europe, Moyen-Orient et Afrique du groupe LafargeHolcim, conclut : “Je suis très fier de la façon dont nos collègues de 14Trees ont déployé une technologie d’impression 3D de pointe pour répondre à un besoin d’infrastructure si essentiel. Maintenant que nous avons prouvé le concept au Malawi, nous sommes impatients d’étendre cette technologie à toute la région, avec des projets déjà en préparation au Kenya et au Zimbabwe.

école imprimée

Des Malawites assistant à la construction de l’école (crédits photo : COBOD)

Que pensez-vous de la première école imprimée en 3D ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Crédits photo de couverture : Bennie Khanyizira

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you