Accueil > Business > Startup 3D du mois : OWA 3D au service de l’économie circulaire
owa 3D

Startup 3D du mois : OWA 3D au service de l’économie circulaire

Avec l’arrivée récente de géants comme HP, General Electric ou bien Michelin, 2017 apparaît comme une année pleine de promesses et de challenges pour l’impression 3D. Le dynamisme du marché et les avantages offerts par la technologie poussent également de nombreuses jeunes startups à se lancer dans l’aventure. Pour mettre en avant les meilleures pépites et suivre les tendances du secteur, 3Dnatives vous donne rendez-vous chaque mois pour suivre LA startup 3D du moment !

owa 3DCe mois-ci, on a rencontré OWA 3D, une startup un peu particulière puisqu’elle est intégrée au sein du groupe français Armor. Celle-ci propose depuis quelques mois une nouvelle offre de matériaux d’impression 3D plus respectueuse de l’environnement qui tend à réduire la pollution liée à l’utilisation accrue de plastiques dans le monde. Rencontre avec Pierre-Antoine Pluvinage, Responsable Développement.

3DN : Qu’est ce que OWA 3D et comment est né le concept ?

OWA 3D c’est prendre en compte la fin de vie du produit ! Eh oui ! Cela s’appelle la responsabilité du producteur. Même si le responsable du déchet est son détenteur final, nous avons voulu aller plus loin et proposer aux utilisateurs de nos produits une solution de collecte et de traitement des produits en fin de vie. Pour l’impression 3D, les déchets correspondent aux chutes de filaments, aux bobines vides mais aussi aux pièces imprimées en 3D inutilisées. Nous avons créer la marque OWA pour répondre à ces enjeux de société.

La marque est née avec les cartouches d’imprimantes papier que le groupe Armor produit depuis plus de 20 ans. Cette logique s’est étendue aux consommables d’impression 3D. Nous voulions apporter à l’industrie de l’impression 3D des matériaux d’impression de qualité, techniques et sur mesure afin de répondre aux besoins des utilisateurs professionnels.

Nous souhaitions également favoriser autant que possible la réutilisation de plastique. Nous sommes partis d’un double constat : dans le domaine de la cartouche d’encre, seulement 20% sont réutilisées en tant que cartouches. Mais 100% deviennent des déchets car la réutilisation a ses limites. La solution est la valorisation matière.

owa 3D

Le filament PS : premier filament issu du recyclage de pot de yaourts de la gamme OWA

L’autre constat est que dans la consommation mondiale de plastique (plus de 350 millions de tonnes en 2015), à peine 5% sont valorisés. Cela sous-entend une collecte et un tri préalable pour permettre leur valorisation qualitative. Aujourd’hui, 2/3 de nos ressources sont dans nos poubelles !

Nous voulons donc travailler avec les fabricants d’imprimantes, les revendeurs spécialisés et aussi les utilisateurs industriels pour répondre à leurs attentes afin de développer de nouvelles applications d’impression 3D, avec des matériaux adaptés en prenant en compte cet aspect environnemental.

3DN : Quel est votre rôle chez OWA ?

Je suis en charge du développement de l’activité 3D Printing chez Armor et des partenariats stratégiques. Cette startup interne au groupe est née il y a deux ans, puisant d’un côté dans l’expérience d’Armor dans les technologies d’impression (transfert thermique, jet d’encre et laser), le recyclage et la valorisation matière, et d’un autre côté dans sa stratégie d’innovation et d’investissements dans les nouvelles technologies (film solaire ASCA / film collecteur de courant En’Safe).

L’équipe Armor 3D Printing est également constituée d’un directeur général en charge de l’activité Office Printing Armor, d’un responsable RDI (Recherche Développement et Innovation) et son équipe R&D/Production, d’un responsable commercial en charge du circuit de distribution, et d’un responsable webmarketing. C’est une équipe rapprochée à taille humaine avec une capacité de réactivité et d’adaptation, avec le soutien d’une ETI industrielle nantaise.

A partir du mois d’avril, nous allons avoir à Nantes un tout nouveau centre R&D et de production pour ces matériaux d’impression 3D de demain. Nous voulons y faire du co-développement avec nos partenaires pour trouver les meilleures solutions afin de répondre aux besoins des industriels.

owa 3D

Pierre-Antoine Pluvinage lors du dernier salon 3D Print de Lyon

3DN : Quelle est le catalogue de matériaux actuels ? Quels sont vos développements futurs ?

A ce jour nous avons 3 matériaux disponibles dans notre catalogue dont deux nouveaux qui vont sortir en février. Le premier est notre PS-R OWA. Un matériau de qualité, avec une très belle finition et un beau rendu, polyvalent qui allie facilité d’utilisation et propriété mécanique. C’est un filament découverte qui permet de s’initier à l’impression 3D ou de faire des impressions de type prototype. Il est fabriqué à partir du recyclage de PS servant à la fabrication de pots de yaourt ou de cartouches d’impression laser (pour le PS noir).

Notre prochain produit à paraître est le TPU-R OWA. C’est un semi-flexible de qualité, souple et à la fois très résistant. La soudure entre couches est très résistante. Cela en fait un produit technique, pour une utilisation industrielle, pour la fabrication de pièces et produits finis. Il est fabriqué à partir du recyclage de chaussures de ski. Imaginez vos produits aussi solides que vos chaussures de ski !

Nous allons également sortir un PLA-HI OWA, (HI pour High Impact). Il est bio-sourcé à 100%. C’est un filament facile d’utilisation comme le PLA, avec une très forte résistance mécanique. Ce matériau est issu d’une formulation interne. Il peut être utilisé pour la fabrication de pièces et produits finis dans le cadre d’une utilisation personnelle et professionnelle.

Nous avons d’autres développements en cours sur la base de différents matériaux recyclés, techniques de qualité, comme par exemple le PETG, et de nouveaux filaments bio-sourcés. Nous travaillons aussi sur d’autres matériaux avec des caractéristiques nouvelles dans l’impression 3D (technologie Lumintech©).

owa 3D

OWA prévoit de sortir d’ici quelques semaines un nouveau filament PLA-HI ainsi qu’un filament flexible

3DN : Quel rapport entre impression 3D et économie circulaire ?

Par définition, l’impression 3D doit permettre de répondre à cet enjeu de société qu’est la préservation et la réutilisation de nos ressources, propres à l’économie circulaire. Notamment grâce à la production locale (moins de transport), sur mesure, en utilisant les matériaux nécessaires (fabrication additive), et en petite série (ne nécessite pas la production de masse).

De plus les utilisateurs d’impression 3D plus sensibles et prédestinés à faire attention aux déchets produits avec les matériaux seront beaucoup plus exigeants sur le traitement des déchets. Cela répond aux principes de l’économie circulaire : c’est-à-dire ne plus penser linéarité des ressources (consommation puis destruction) mais leur circularité en prenant en compte à l’avance (éco-conception) leur traitement en fin de vie.

owa 3D

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Nous croyons beaucoup à l’esprit de l’impression 3D qui est né de l’esprit des makers. L’ouverture est importante pour permettre à cette technologie de progresser au services des utilisateurs. Nous vous invitons donc à nous rejoindre pour co-développer ensemble des matériaux, imprimantes et solutions à partager avec les utilisateurs d’impression 3D à travers les bénéfices de cette technologie. Plus d’informations sur le site de OWA : owa3d.com

Que pensez-vous des filaments OWA 3D ? Partagez votre opinion en commentaire de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos Alex

Consultant en impression 3D, j’ai co-fondé 3Dnatives en 2013 pour promouvoir cette révolution en marche. J’accompagne les entreprises sur les transformations liées à l’impression 3D et j’interviens lors de conférences dédiées au sujet (TEDx, 3D Printshow, 3D Print Lyon, Essec, HEC). Diplômé de l'Université Paris Dauphine et du King's College London en Mathématiques Appliquées vous pouvez me suivre sur twitter @martelalexandre