Le premier site d'information sur l'impression 3D

Accueil > Art/Design > Première mondiale : un pont imprimé en 3D en Espagne
pont béton imprimé 3D

Première mondiale : un pont imprimé en 3D en Espagne

Il y a quelques jours, le premier pont imprimé en 3D au monde était inauguré en Espagne. Fabriquée à partir de béton, la passerelle a été installée au-dessus d’un ruisseau dans le parc Castilla La Mancha à Alcobendas, au nord de Madrid.

Destiné aux piétons, le pont qui mesure 12 m de long et presque 2 m de large, a été déposé à l’aide de grues dans le parc de la capitale espagnole. L’architecture du pont a été conçue par l’Institut d’Architecture Avancée de Catalogne qui s’est basé sur une approche biomimétique, c’est-à-dire qu’elle utilise des techniques inspirées de la nature. Son design se fond totalement dans le décor. L’entreprise Acciona a été de son côté chargée de l’impression 3D qui a été réalisée en 8 parties.

bridge-overview

Grâce au recyclage des matières premières au cours du processus de fabrication, ainsi qu’à la durabilité globale de l’impression 3D, le pont n’a pratiquement rien coûté à la ville. La municipalité rapporte ainsi que la quantité de déchets (utilisés comme matériaux de construction), de ressources et d’énergie nécessaires à la réalisation de la structure en béton ont pu être considérablement réduites en comparaison aux techniques traditionnelles.

L’impression 3D de béton à grande échelle présente d’autres avantages comme la polyvalence et la liberté de construire des éléments aux formes complexes, offrant un design architectural robuste capable de supporter une grande résistance.

bridge_small

L’initiative est tout à fait novatrice : Alcobendas apparaît ainsi comme l’une des villes pionnières en matière d’utilisation de l’impression 3D à grande échelle alors qu’Amsterdam accueillera bientôt une première passerelle imprimée en 3D à base d’acier.

On peut espérer que la municipalité espagnole continuera ce type de projets dans les années à venir. Les développements futurs pourront aller de la conception et fabrication de biens publics ou de mobilier urbain comme des bancs, des cabines téléphoniques ou des poubelles, jusqu’à la préservation d’un patrimoine historique et d’un héritage culturel.

Pensez-vous que l’ingénierie civile devrait se tourner davantage vers la fabrication additive? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos melanie

Diplômée de l'Université Paris Dauphine, je suis passionnée par l'écriture et la communication. J'aime découvrir toutes les nouveautés technologiques de notre société digitale et aime les partager. Je considère l'impression 3D comme une avancée technologique majeure touchant la majorité des secteurs. C'est d'ailleurs ce qui fait toute sa richesse.
  • Olivier BERTRAND

    c’est bien laid.

  • Pingback: Ce qu'il ne fallait absolument pas louper en 2016 - 3Dnatives()

  • katharsis42France

    excellent

  • TeslaDonald

    Super, je fais des études en Génie Civil à Metz, et c’est clairement vers ce genre de méthodes que j’aimerai me tourner ! j’ai vu qu’ne France nous avions XtreeE dans le milieu, mais pas encore de chemin d’études pré défini pour s’approcher de ces modes de construction, dommage.