Accueil > Business > Nascent Objects mise sur l’électronique imprimé en 3D

Nascent Objects mise sur l’électronique imprimé en 3D

En pleine campagne de financement sur la plateforme Indiegogo, Nascent Objects est une startup californienne qui a pour objectif de réinventer la manière de fabriquer mais aussi de consommer les objets électroniques qui nous entourent.

La technologie mise au point par Nascent Objects repose sur l’intégration de circuits électriques directement au sein d’objets imprimés en 3D. Mais l’idée ne s’arrête pas là puisque la startup a imaginé toute une gamme de modules électroniques, capteur de température, accéléromètre, gyroscope, WiFi, caméra… qui viendront facilement s’intégrer sur un chassis, lui aussi imprimé en 3D.

Droppler, un moniteur de consommation d'eau et ses différents modules

Droppler, un moniteur de consommation d’eau et ses différents modules

« Aussi facilement que de changer les piles de sa télécommande, je pourrais transformer un produit, le faire passer d’un moniteur de consommation d’eau, à un ordinateur de bord ou bien un drone » explique Baback Elmieh, fondateur et CEO de Nascent Objects.

À la manière du téléphone modulable Ara de Google, Nascent Objects permettra de combiner plusieurs composants électroniques sur une base afin de constituer son propre object connecté. Avec déjà une douzaine de modules, le système permettra de créer une centaine de combinaisons possibles.

« Avec l’approche Nascent Modular, nous sommes entrés dans une nouvelle ère où les consommateurs n’auront pas à utiliser un produit par type d’utilisation. Nascent donne la possibilité à l’utilisateur de découvrir, d’améliorer et de transformer les produits en fonction de leurs besoins et sans avoir à payer pour un nouvel équipement ».

Passer d’un moniteur de consommation d’eau à une caméra de contrôle n’a jamais été aussi simple

Mais consciente de son retard sur le secteur de l’impression 3D, la startup a décidé de nouer un partenariat stratégique avec le constructeur d’imprimantes 3D EnvisionTEC. « Nous avons développé un brevet très innovant lié à l’impression 3D mais nous ne sommes pas une société d’impression 3D, dans le sens où nous n’avons pas vocation à imprimer des prototypes ou des pièces, » confie Baback Elmieh.

« Ce que nous proposons, c’est de transformer les produits électroniques grand public en un système durable, réutilisable et qui pourra franchir les barrières liées à la fabrication d’un produit électronique grand public. L’impression 3D apparait aujourd’hui comme la meilleure manière de le faire. »

La startup présente un premier exemple de produit modulaire sur sa page de crowdfunding avec une caméra de sécurité (dénommée Coucou) capable de se transformer en enceinte WiFi (Red) ou en moniteur de consommation d’eau (Droppler).

Avec une dizaine de jours restants, la firme a déjà collecté près de 84% de son objectif de crowdfunding de $70,000. La somme viendra principalement finaliser les développements des trois premiers produits (Coucou, Red et Droppler) mais aussi imaginer de futurs objets connectés.

Plus d’informations sur le site de Nascent Objects ICI

Quel avenir pour les modules électroniques imprimés en 3D de Nascent Objects ? Partagez votre opinion en commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.


À propos Alex

Consultant en impression 3D, j’ai co-fondé 3Dnatives en 2013 pour promouvoir cette révolution en marche. J’accompagne les entreprises sur les transformations liées à l’impression 3D et j’interviens lors de conférences dédiées au sujet (TEDx, 3D Printshow, 3D Print Lyon, Essec, HEC). Diplômé de l'Université Paris Dauphine et du King's College London en Mathématiques Appliquées vous pouvez me suivre sur twitter @martelalexandre