menu

#Startup3D : des vases aux façades, Concrete 3D mise sur l’impression 3D béton

Publié le 4 novembre 2021 par Mélanie W.
concrete 3D

Nous entendons de plus en plus souvent parler de projets où l’impression 3D béton est utilisée. La plupart d’entre eux sont des projets de construction et les exemples ne manquent pas à l’appel. C’est pourquoi on s’intéresse ce mois-ci à une jeune pousse autrichienne qui s’est spécialisée dans ce domaine : la startup Concrete 3D se consacre entièrement au processus d’impression béton. Elle permet à ses clients de produire des éléments de façade, des produits de structure et de génie civil et même des meubles individuels pour des maisons individuelles. Concrete 3D souhaite ainsi faire progresser l’utilisation du procédé et promouvoir les diverses possibilités de cette technologie. Nous avons rencontré Michael Gabriel, chef de division chez Concrete 3D, afin qu’il nous explique le potentiel de l’impression béton et les premiers projets de la startup.

3DN : Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre lien avec l’impression 3D ?

Bonjour, je m’appelle Michael Gabriel, je suis chef de division chez Concrete 3D. Je travaille dans le secteur de la fabrication additive depuis novembre 2020. Dans le cadre de mon travail, j’ai d’abord créé les modèles 3D ou les chemins d’impression, et j’en ai aussi imaginé moi-même. Cela m’a permis de me familiariser très rapidement avec l’imprimante 3D béton et la partie modélisation mais aussi de me rendre compte des défis posés par l’impression 3D béton.

Les deux directeurs généraux, Philipp Tomaselli (à gauche) et Markus Loacker (à droite), ainsi que le directeur de la division, Michael Gabriel (au centre) (crédits photo : Concrete 3D/Udo Mittelberger)

3DN : Quelle est la mission de Concrete 3D ?

En principe, la beauté de l’impression 3D est que les possibilités sont illimitées. Nous avons donc décidé de créer quatre sous-domaines dès le départ : éléments de façade individuels, systèmes d’encastrement en forme de C, meubles et accessoires et pièces préfabriquées ainsi que pièces semi-finies qui nécessiteraient beaucoup de coffrage de manière conventionnelle. Notre mission est d’introduire l’industrie 4.0 dans le secteur de la construction. Réutiliser le matériau uniquement là où il est nécessaire et revenir ainsi à des composants plus minces, ce qui permet non seulement d’économiser du poids mais aussi des ressources et de réduire considérablement les émissions de CO2. De plus, nous voulons offrir à nos clients du sur-mesure à un prix abordable.

3DN : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la technologie que vous utilisez ?

Nous utilisons actuellement un bras robotique à 6 axes équipé d’une buse et un matériau 2K pour créer nos pièces. Mais même dans ce domaine, nous ne voulons pas nous limiter à ce système. Le temps nous dira pour quelles applications une modification du système est judicieuse ou inévitable.

Le bras robotique à 6 axes crée l’objet à partir de béton, couche par couche (crédits photo : Dietmar Mathis)

3DN : Dans quels domaines d’application l’impression 3D béton est-elle utilisée ? Quels sont les premiers projets de Concrete 3D ?

Les domaines d’application sont innombrables. Je dis toujours « La seule chose qui limite les possibilités est notre propre imagination. » Nous travaillons actuellement sur la construction de façades, où nous avons pu présenter notre projet de référence à la presse en juillet dernier. 50 éléments d’environ 1,5 m2 chacun ont été produits, avec une vingtaine présentant une surface différente. Portraits, armoiries, motifs : beaucoup de choses ont été présentées pour permettre aux architectes et aux constructeurs de comprendre le produit.

Notre système d’évidement C-Form est un autre domaine d’application. Afin de remédier à la pénurie d’ouvriers qualifiés dans le secteur du bâtiment et de réduire les déchets de bois, nous produisons des encastrements sur mesure et les livrons directement. L’installation est rapide et facile. Le coffrage et le décoffrage, qui prennent beaucoup de temps, appartiennent au passé, car le coffrage C fait partie intégrante de la structure en tant que coffrage perdu. Le système a été testé chez nos partenaires, développé et amélioré en collaboration avec des chefs de chantier, des contremaîtres et des ouvriers qualifiés.

Les applications de l’impression 3D béton sont multiples (crédits photo : Dietmar Mathis)

Les meubles et les accessoires représentent également un vaste domaine d’application. Le béton est généralement considéré comme un matériau de construction très lourd. Grâce à l’utilisation de formes géométriques favorables, des meubles relativement légers peuvent également être créés à partir de béton non armé, dont les coûts de coffrage seraient inabordables de manière conventionnelle. C’est précisément dans ce domaine que nous pouvons proposer aux concepteurs le béton comme matériau de construction d’une manière totalement nouvelle et vous offrir ainsi encore plus de possibilités dans la réalisation de vos idées.

Enfin, il faut souligner qu’avec l’impression 3D, presque tout est possible, qu’il s’agisse de vases, de pièces semi-finies, de pièces préfabriquées, etc. La forme libre et la conception individuelle des surfaces sont un grand avantage.

3DN : Quels sont les défis de l’impression 3D béton ? Comment voyez-vous l’évolution future du processus ?

Le plus grand défi est certainement qu’il s’agit de béton non armé. On peut bien sûr y ajouter quelque chose, mais nous considérons que le développement doit se faire de manière à rendre le matériau encore plus stable et avec le moins d’efforts supplémentaires possible. Ce qui fonctionne pour une géométrie n’est pas nécessairement applicable à d’autres.

En outre, il existe actuellement de nombreux procédés d’impression 3D béton qui ont tous leurs avantages et leurs inconvénients. Nous verrons où cela mènera et si, en fin de compte, il y aura LE processus unique, mais je pense que cela pourrait être un mélange des précédents.

concrete 3D

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

L’impression 3D béton est non seulement une nouvelle possibilité pour les architectes et les constructeurs grâce à l’individualité et à la liberté de forme offertes, mais aussi pour tous les amateurs de béton qui souhaitent réaliser quelque chose d’abordable, sans coûts de coffrage élevés, du vase à la chaise en passant par des éléments de construction entiers. Vous pouvez trouver plus d’informations sur Concrete 3D ICI.

*Crédits photo de couverture : Concrete 3D/Udo Mittelberger

Que pensez-vous des travaux de Concrete 3D et de sa vision ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Jack Teste-Sert dit :

    Avec l’impression 3D en véton, je verrais bien des maisons à toits « PAGODE » à avancées débordant des murs pour remédier l’été aux canicules, et, les capteurs solaires souples sur la toiture mieux partiellement orientés au sommet l’été pour recevoir le soleil d’hiver !
    Cela pourrait même être une solution de réfection complète de toiture sur place si l’adjonction de tirant en carbone ou en acier inox bien intégrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you