menu

Visite du FacLab, 1ères réalisations.. De la France au Togo

Publié le 15 juillet 2013 par 3Dnatives

Oui vous avez bien lu ! FacLab et non FabLab. Le concept du FacLab est très proche de celui du FabLab, l’unique différence est l’incubation du lab au sein même d’une université, et dans notre cas c’est l’université de Cergy-Pontoise.

A l’heure actuelle il s’agit du 1er et seul FacLab en France! Le lieu est ouvert à tous, gratuit d’accès et  la contribution consiste en ce que les Makers rendent leurs travaux de recherches accessibles aux autres membres via un wiki.

DOM2Nous y avons rencontré Julien Deprez (à droite sur la photo du haut) et Clément Chappert (à gauche), deux amis d’enfance qui se sont associés pour créer leur imprimante 3D  de fabrication française destinée au marché des particuliers, la DOM (Digital Objet Maker). Depuis plus d’un an, ils travaillent au FacLab de Cergy-Pontoise sur leur projet. Le financement de celui-ci est en cours via une levée de fonds sur le site de crowdfunding KissKissBankBank. A l’heure où nous écrivons cet article, ils ont rassemblé 156% de la somme qu’ils espéraient, bref une 1ère étape vers le succès!

Les 2 associés sont de vrais passionnés qui passent l’intégralité de leur temps libre à la FacLab afin de perfectionner leur imprimante. Je dis bien « temps libre » car l’impression 3D ne les fait pas (encore!) vivre, l’un est prof de techno et l’autre, chasseur de têtes.

Mais leur passion va au delà de l’impression 3D pour leur propre produit, puisqu’ils souhaitent apporter le fruit de leur recherche au groupe des Makers et aider à leur développement.

FaclabIls franchissent même une étape de plus vers l’aide à la communauté des Makers en passant au niveau international cette fois, sur le continent africain. Fin Juillet, ils vont tous deux partir 3 semaines au Togo afin d’aider des Makers de Lomé à perfectionner leurs imprimantes et les rendre opérationnelles. Le Fablab de Lomé s’est lui spécialisé dans l’upcycling ou le recyclage à valeur ajoutée d’anciennes tours d’ordinateurs converties en imprimantes 3D, l’idée semble prometteuse!

Ce voyage de Clément et Julien est fait à titre bénévole. Le déplacement de Julien est sponsorisé par la fondation African Architecture. Quant à Clément, il paye son voyage de sa poche par passion et pour accompagner son ami et associé. On leur souhaite pleine réussite pour épauler leurs compères de Lomé dans le lancement de l’impression 3D locale.

scan_dom

Voici une vue des différentes version de leur propre imprimante DOM 100% opérationnelle. Nous l’avons vue à l’oeuvre dans la fabrication d’une pièce pour ..une future nouvelle imprimante. La difficulté réside – comme souvent dans l’amorçage de l’impression – au niveau du calage du

differente_versionsplateau à la réception de l’objet, très handicapant puisque ce calage détermine la stabilité et donc la bonne réalisation de l’impression. Autant dire un vrai sujet  » d’optimisation (..)car pour l’instant personne n’a encore réglé le problème » souligne Julien.

 

3DN: »A votre avis, vers quoi le marché de l’impression 3 D évolue? »

les DOM Makers: »C’est difficile à dire, nous sentons que nous sommes au début de quelque chose de grand, nous voulons en être car c’est notre passion. Il y a beaucoup à faire encore dans l’amélioration des matériaux utilisés, par exemple imprimer avec des matériaux différents… Dans tous les cas il faudra notamment travailler au niveau local, c’est à dire investir dans la formation et dans des centres d’impression accessibles et proches  des gens. »

Clément et Julien collaborent aussi avec les étudiants de l’Ecole Nationale des Arts et Métiers pour mettre au point un extrudeur universel, qui permettrait alors d’imprimer en 3D via de multiples matériaux : chocolat, céramique, bois…
A noter : la Digital Object Maker est entièrement open source, la documentation pour la reproduire est partagée librement sur le site du FacLab.

La FacLab en images:

La devise déjà connue des Fablab

IMG_2638

Des pièces qui partent à Lomé d’autres sont des chutes et a droite un engrenage imprimé par la DOM

 IMG_2642 Engrenage-3D

La DOM en action

Dome-en-action La DOM en action

La grande soeur de la DOM qui a permis d’imprimer les première pièces et Julien entrain de regler la dernières née

Dom-sister Dom3

Nous vous tiendrons au courant de leur séjour à Lomé lors d’un prochain article.

Si vous voulez contribuer à leur projet de fabrication de la DOM n’hésiter pas à liker cet article pour informer vos amis et même à contribuer financièrement ICI !

Nous tenions encore à remercier Julien et Clément pour leur accueil, leur passion et leur sens réel du partage.

Pour rester informé, abonnez vous à notre flux RSS ou pages Facebook et [follow id= »3Dnatives » ]

 

Les 2 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. […] Clément CHAPPERT, co-fondateur de l’imprimante 3D DOM (Digital Object […]

  2. […] développait dès 2012 sa première imprimante 3D en kit dénommée DOM pour Digital Object Maker (voir notre interview des 2 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you