Accueil > Interview > Conseils d’experts : Comment choisir son filament ?

Conseils d’experts : Comment choisir son filament ?

Après un premier article dédié au choix d’une imprimante 3D, nous continuons aujourd’hui notre série « Conseils d’experts » afin d’en savoir plus sur les éléments à prendre en compte pour choisir un filament d’impression. Une décision qui peut s’avérer périlleuse tant le marché recèle de marques, de ColorFabb à FormFutura, en passant par eSun, NinjaFlex ou encore Proto Pasta. Pour vous éclairer, 3Dnatives est allée à la rencontre de trois profils très différents : un maker, un FabLab ainsi qu’un prestataire en impression 3D.

Alors quel matériau faut-il privilégier ? Faut-il mieux choisir un filament propriétaire ou une marque spécialisée ? Les filaments low-cost valent-ils le coup ? Ci-dessous, retrouvez les éléments de réponse de nos trois spécialistes.

Richard Rebillard, Makers à Cognac

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur en Biomécanique et Biomatériaux, Richard a travaillé 8 ans dans l’industrie du dispositif médical avant de sauter le pas et créer son entreprise avec la double casquette modélisme et prototypage rapide. Ce maker, membre actif du forum 3Dnatives, s’est rapidement fait la main sur deux machines : une Glacier Summit d’InDimension3 ainsi qu’une Robox de CEL.

« Si je devais conseiller un maker débutant pour le choix de son filament, je lui demanderais d’abord ce qu’il veut en faire et quelle machine il possède. Pour moi, le filament est le dernier maillon de la chaîne, et son choix est dépendant de bien d’autres paramètres, de la machine à la qualité de la pièce souhaitée, en passant par la taille de cette dernière. »

Richard Rébillard devant ses imprimantes 3D Robox et Glacier Summit

Richard considère que les différences ne sont pas énormes entre deux marques de filaments, et il encourage davantage à bien connaître ses machines pour tirer tout le potentiel du filament, « L’essentiel dans une pièces réussie passe par la qualité de l’imprimante mais aussi le codage du fichier STL. Une machine mal calibrée vous donnera un résultat catastrophique. Un mauvais filament vous donnera dans le pire des cas une pièce mal finie… »

Il déconseille toutefois les bobines low-cost qui selon lui peuvent traduire des défauts de fabrication (mélange de plastiques, diamètre irrégulier, mauvais conditionnement…). « Une marque avec des avis d’utilisateurs et une certaine renommée me parait être un minimum dans le choix. Et si je devais en citer, je dirais eSun pour de grosses bobines au prix intéressant, et ColorFabb pour une fabrication et un conditionnement parfait. »

eSun pour de grosses bobines au prix intéressant, et Colorfab pour une fabrication et un conditionnement parfait

eSun pour le prix et ColorFabb pour la qualité ?

Alexandre Vanhoutte, Responsable du Fablab73 à Albertville

Un fablab, c’est l’occasion de tester de nombreux outils mais aussi d’obtenir des conseils avisés d’utilisateurs expérimentés. On est ainsi allés poser nos questions à Alexandre Vanhoutte, Préisdent du Fablab73, également à l’origine du salon Alpes 3D Print, qui se déroulait en mai dernier.

Pour Alexandre, trois critères sont importants dans la sélection d’un filament. En premier il s’agit de son imprimabilité, qu’il restreint à trois points importants : son faible warping (i.e. la tendance des pièces à se décoller), un diamètre régulier et l’absence de bulles d’air.

Dans un deuxième temps, il faut avoir une bonne compréhension du filament que l’on souhaite acquérir. Quelles sont ses propriétés ? Mais aussi quelle est sa performance en comparaison aux autres filaments du marché ? Enfin, le dernier critère est d’ordre esthétique, qui bien que personnel est peut-être le plus important « Des couleurs vives avec un aspect mat de préférence ».

article_conseil-filament2

Alexandre Vanhoutte du FabLab73

« Par le projet même du FabLab (associatif, collaboratif), nous aimons tester des nouveaux matériaux. Par expérience, nous avons pu nous rendre compte que la qualité du filament jouera beaucoup, avec les réglages, sur la qualité visuelle et technique de l’impression ».

C’est pourquoi, Alexandre estime que le prix de la bobine n’est pas à prendre en compte, mais qu’il faut davantage se faire sa propre opinion et tester différentes paramètres sur sa machine pour obtenir un résultat satisfaisant. « Le choix du filament se fera par une bonne connaissance de sa propre machine ». 

Frédéric Guyot, fondateur de LaFabrique3D

La Fabrique 3D est un service d’impression 3D basé en banlieue parisienne qui s’est aussi récemment lancé dans la vente d’imprimantes 3D professionnelles. Pour choisir ses filaments, Frédéric anticipe au maximum le besoin de ses clients et estime que le prix n’est pas le critère principal. « Nous choisissons nos filaments en fonction des demandes de nos clients. Tant que cela est possible nous travaillons avec des matériaux premium. Leur imprimabilité, leurs couleurs et la qualité visuelle sont meilleurs qu’avec des filaments premiers prix. »

article_conseil-filament

Frédéric Guyot de l’entreprise LaFabrique3D

Pour les débutants, Frédéric conseille sans hésitations « de commencer avec du PLA, c’est un matériau fiable, facile à imprimer qui conserve fidèlement les cotes, de plus il ne dégage pas de produit nocif comme l’ABS ». Il invite également les non-initiés à se pencher sur les forums dédiés à l’impression 3D et à bien vérifier la compatibilité des filaments avec l’imprimante 3D utilisée.

À l’inverse, pour les initiés et les pièces techniques, il privilégie « l’ABS ou le Nylon, plus délicat à imprimer, exigeant un plateau chauffant, une forte température d’extrusion ainsi qu’une aération pour évacuer les vapeurs toxiques. Le PETG, un plastique alimentaire, sera utilisé pour les pièces en contact avec des aliments, il résiste également aux hydrocarbures. Le Flex, flexible comme son nom l’indique est un matériau intéressant mais plus difficile à imprimer. »

Plus globalement, Frédéric estime que les filaments low-cost sont à éviter, « préférez les matériaux Premium, plus cher mais avec une imprimabilité meilleure, une petite économie peut vous faire perdre beaucoup de temps et peut vous couter cher en cas de ratage. »

Merci à nos 3 experts pour leurs retours ! Et vous, quel est votre conseil pour bien choisir un filament pour imprimantes 3D ? Partagez votre opinion en commentaire de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Pour aller plus loin, comparez des dizaines de filaments pour imprimantes 3D au sein du comparateur 3Dnatives


À propos Alex

Consultant en impression 3D, j’ai co-fondé 3Dnatives en 2013 pour promouvoir cette révolution en marche. J’accompagne les entreprises sur les transformations liées à l’impression 3D et j’interviens lors de conférences dédiées au sujet (TEDx, 3D Printshow, 3D Print Lyon, Essec, HEC). Diplômé de l'Université Paris Dauphine et du King's College London en Mathématiques Appliquées vous pouvez me suivre sur twitter @martelalexandre