menu

Atropos, le robot qui permet l’impression 3D de composites de fibre de verre

Publié le 6 avril 2017 par Mélanie R.

Des ingénieurs de l’école Polytechnique de Milan ont récemment dévoilé Atropos, un bras robotique à 6 axes qui peut imprimer en 3D des composites de fibre de verre. Inspiré de la nature, il reproduit le comportement des vers à soie et des araignées.

Les ingénieurs ont utilisé le laboratoire de fabrication additive de leur école, le +LAb, afin de concevoir Atropos. L’équipe s’est beaucoup inspirée du monde naturel, notamment des araignées et des vers à soie pour recréer cette fibre de verre : Atropos imite la façon dont ils vont tisser leur toile ou cocon.

atropos

Atropos est capable d’imprimer des composites de fibre en continu et pourrait ainsi aider dans le processus de construction de structures complexes, sans avoir recours à des supports d’impression. En effet, le procédé développé permet de durcir le matériau dès qu’il sort de l’extrudeur grâce à une lumière UV.

« Si on regarde les résultats des tests que nous avons réalisés, nous sommes sûrs que cette technologie pourra être utilisée efficacement dans la fabrication de produits légers et performants pour des marchés sur lesquels ces caractéristiques sont essentielles. », explique un des chercheurs derrière le projet.

atropos

Le robot fonctionne avec le logiciel de modélisation Rhinoceros 3D qui permet de créer les designs à imprimer. L’éditeur d’algorithmes Grasshopper calcule ensuite le chemin et les mouvements qu’Atropos doit effectuer pour fabriquer le modèle.

Le bras commence à imprimer en 3D avec un plastique thermodurcissable, à l’inverse du plastique thermoplastique classique utilisé dans des méthodes plus traditionnelles. La fibre de verre est intégrée à l’impression. À l’heure actuelle, le procédé utilise cette fibre seulement, mais l’équipe travaille à l’introduction d’autres fibres dont la fibre carbone, un matériau plus solide que l’acier mais beaucoup plus léger.

atropos

Les ingénieurs de l’école Polytechnique de Milan veulent que leur procédé soit évolutif afin qu’il puisse être utilisé pour fabriquer à la fois des structures petites et précises mais aussi des produits complexes destinés à des ingénieurs et architectes.

atropos

Atropos peut créer des structures très précises

L’équipe du +Lab pense que cette technologie et ce design mobile ont leur place dans le secteur de la construction. Elle explique dans un communiqué de presse : « Ces caractéristiques, en plus de la facilité qu’on a aujourd’hui à redimensionner un objet, font de cette technologie quelque chose d’unique qui ouvre le champ des possibilités et qui crée de nouveaux scénarios de production. »

Quel est le futur de l’impression 3D dans le domaine de la construction? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you