menu

Xkelet, un plâtre imprimé en 3D grâce à votre smartphone

Publié le 8 mars 2022 par Philippe G.

Avec de nombreuses applications dans le secteur médical, l’impression 3D offre aux praticiens et aux patients de nouvelles opportunités. Pour soulager les personnes victimes de fracture, la start-up espagnole Xkelet a développé une nouvelle application. Quiconque a déjà dû porter un plâtre peut en témoigner, un plâtre engendre de nombreux inconvénients : démangeaison, lourdeur, non étanche.. Pour y remédier, l’entreprise espagnole a mis au point une technologie, primée par la compétition de design Red Dot en 2021, visant à remplacer les plâtres traditionnels, du moins lorsqu’il s’agit de traiter des entorses ou des fractures mineures.

Contrairement aux dispositifs existant actuellement, le plâtre imprimé en 3D par Xkelet est étanche, ne démange pas, s’enlève facilement et est réutilisable. Facile à fabriquer, la jeune entreprise explique utilisé un matériau plastique conforme à la norme ISO 10993-1, une évaluation dédiée aux dispositifs médicaux (DM), pour la conception du plâtre. De plus, la société précise que le plâtre imprimé en 3D pèse moins de 100 grammes. Si le nouveau DM de Xkelet se distingue des plâtres traditionnels par les bénéfices qu’il offre, il se différencie également par sa méthode de conception. La start-up espagnole a développé un nouveau logiciel permettant de scanner n’importe quelle partie du corps à partir d’un iPhone. 

Xkelet

Crédits photo : Xkelet

L’application Xkscan

Comme dans de nombreuses situations, les principaux bénéfices offerts par la fabrication additive résident dans la personnalisation et le gain de temps. Pedro V. Hernandez, responsable marketing chez Xkelet, confie : « Il faut entre trois et cinq minutes entre le moment où un patient entre dans le cabinet, celui où son problème est détecté et celui où ses membres sont scannés. Le balayage prend un maximum de 15 secondes. Le programme génère ensuite un fichier qui est prêt à être envoyé à l’imprimante 3D en cinq minutes. Il faut entre 30 et 70 minutes pour que la pièce soit imprimée avec les caractéristiques spécifiques à l’utilisateur. » Pour ce faire, l’application utilise des algorithmes capables de concevoir et de générer automatiquement les modèles des dispositifs médicaux.

À la portée de tous les professionnels de santé, l’application Xkscan a vocation à simplifier la production de plâtres et a offrir aux patients un certain confort durant la période de guérison. Disponible sur les appareils iOS, il ne serait pas surprenant de voir ce type de logiciel associé à l’impression 3D à l’avenir. Ensemble, ils permettent d’obtenir un flux de travail optimisé, tant en termes de temps que de qualité, tout en réduisant les coûts de fabrication.

Que pensez-vous de l’application développée par Xkelet ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks