menu

WEBINAIRE : Impression 3D et développement durable, mythe ou réalité ?

Publié le 17 mars 2020 par Mélanie R.
impression 3D développement durable

Comme vous le savez, 3Dnatives organise des webinaires 3D tous les mois afin de couvrir différentes thématiques de secteur de la fabrication additive. Avec l’annulation des évènements de l’impression 3D et les récentes décisions prises par le gouvernement, il est plus que jamais important de pouvoir créer un lien différent, continuer les échanges et le partage de bonnes pratiques entre les acteurs du secteur et les utilisateurs. C’est pourquoi nous vous donnons rendez-vous le mardi 31 mars à 11h avec les groupes ARMOR et Alstom pour comprendre le véritable lien qui existe entre fabrication additive et développement durable : est-elle une méthode de production plus verte ? Peut-elle permettre à des industriels de réduire leur impact environnemental ? Pierre-Antoine Pluvinage, Business Developer Director d’ARMOR 3D et Aurélien Fussel, expert en fabrication additive chez ALSTOM, répondront à toutes vos questions ! Les inscriptions au prochain webinaire sont ouvertes !

Quand on parle d’écologie et d’impression 3D, on constate que de nombreuses initiatives ont déjà été lancées dans le but de réduire nos déchets, mieux les recycler et leur donner de la valeur. Les projets autour de l’économie circulaire se développent rapidement, avec de plus en plus d’industriels qui mettent la main à pâte. On vous présentait récemment celui de KLM en vidéo : la compagnie aérienne a décidé de recycler les bouteilles en plastique de ses avions pour les transformer en filament d’impression et ainsi fabriquer diverses pièces détachées pour la maintenance de sa flotte. Le groupe ARMOR s’est d’ailleurs lancé dans la fabrication additive de la même façon, en proposant un premier filament d’impression 3D provenant du recyclage de ses cartouches d’encre. Depuis, il a développé la marque KIMYA qui offre des matériaux sur-mesure aux industriels, dont Alstom. 

Alstom utilise la fabrication additive depuis quelques années pour concevoir pièces détachées et pièces finies

Spécialisé dans le secteur des transports, plus particulièrement du ferroviaire, le groupe français s’est tourné vers la fabrication additive pour concevoir des pièces détachées et des pièces finies. Équipées de plusieurs machines dans le monde entier, Alstom peut ainsi produire à la demande, localement et à priori réduire ses délais et coûts de fabrication. Ces pièces imprimées en 3D doivent surtout répondre à des contraintes feu fumée importantes ; les matériaux utilisés sont donc clés. En travaillant avec KIMYA, le groupe industriel peut obtenir des matériaux sur-mesure, adaptés à ses contraintes. Il pourrait ainsi diminuer son impact environnemental en produisant uniquement ce dont il a besoin et en recyclant certains déchets issus de l’industrie ferroviaire.

C’est donc tout l’enjeu de ce prochain webinaire 3D : comprendre comment la fabrication additive peut impacter le développement durable et comment cela s’applique à des industries comme le ferroviaire. On vous donne rendez-vous le 31 mars prochain à 11h ! Le webinaire, animé par Mélanie Renard, rédactrice en chef de 3Dnatives, abordera les points suivants : 

  • 11:00 – 11:10 : Accueil des participants, sondage et introduction
  • 11:10 – 11:20 : Kimya, une offre durable
  • 11:20 – 11:30 : La rencontre avec Alstom
  • 11:30 – 11:45 : Impression 3D et développement durable dans l’industrie ferroviaire
  • 11:45 – 12:00 : Q&A

Inscrivez-vous sans plus tarder et rejoignez-nous le mardi 31 mars à 11H !

N’hésitez pas à proposer des sujets pour nos futurs webinaires dans les commentaires de cet article. Vous pouvez également visionner tous les précédents webinaires organisés par 3Dnatives sur notre page dédiée.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK