menu

Un luthier français casse les codes grâce à la conception générative

Publié le 11 mars 2022 par Mélanie W.
violon conception générative

Ce n’est pas encore la fête de la musique mais nous avons voulu vous faire part du projet de Kevin Baslé, luthier français installé au Royaume-Uni : à l’aide du logiciel Fusion 360 et de la conception générative, il a imaginé un violon électrique en bois des plus originaux. Après avoir validé un prototype imprimé en 3D, le luthier a entièrement fraisé l’instrument en adoptant une forme tout à fait particulière qui le rend beaucoup plus léger. L’expérience du violoniste reste inchangée, résultat d’une combinaison parfaite entre savoir-faire traditionnel humain et technologies digitales.

Exercer le métier de luthier est rare en France – on ne comptait même pas un millier de luthiers sur le territoire il y a cinq ans. C’est un travail exigeant, le plus souvent de passion, qui fait appel à des compétences particulières et surtout des jours de travail. Il laisse pourtant la place parfois à de nouvelles technologies ; les violons imprimés en 3D sont de plus en plus nombreux, comme d’autres instruments. C’est en tout cas une branche que souhaitait explorer Kevin Baslé pour proposer quelque chose de nouveau et d’unique à ses clients. Il s’est donc rapproché d’Autodesk pour imaginer un concept de violon électrique. 

Grâce à la conception générative, Kevin Baslé a imaginé une nouvelle forme de violon (crédits photo : Autodesk)

A la différence des violons acoustiques, le son d’un violon électrique ne dépend pas de sa forme ni de son volume. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles ces instruments électriques ont souvent un design plus fantaisiste et original et qu’ils peuvent être fabriqués avec une diversité de matériaux. Kevin voulait quant à lui travailler sur un matériau qu’il connaît bien, le bois. Le luthier avait besoin d’une méthode pour équilibrer les coûts, les délais et la partie “jouabilité” de son instrument. Il explique : “Nous avons commencé à réfléchir à la modélisation d’un violon électrique à l’aide de l’IA, qui n’avait pas encore fait ses preuves dans l’industrie du violon. Il devait fonctionner comme un instrument de musique, bien sûr, mais le design pouvait être complètement différent. Quelque chose auquel nous n’avions jamais pensé auparavant.

Des contraintes à respecter

Pour notre luthier français, il était impératif que l’expérience du violoniste soit identique. Il fallait également qu’il puisse acheter des accessoires standard comme une mentonnière, le cordier, l’épaulière ou les chevilles, l’objectif étant d’adapter l’instrument à son style de jeu et ses préférences. Kevin Baslé a donc exploré les possibilités de la conception générative, en collaboration avec Autodesk. Peter Storey, ingénieur de recherche chez Autodesk, l’a accompagné sur ce projet : « Nous avons exploré le strict minimum nécessaire au fonctionnement d’un violon : les endroits où les cordes et les raccords standard s’attachent et les endroits que le violoniste tient normalement en jouant. Nous avons commencé à modéliser uniquement ces parties dans Fusion 360. »

La phase de design ne comprenait donc que les pièces essentielles de l’instrument si bien qu’il pouvait être aussi léger que possible. L’algorithme de design génératif permet également de moduler la conception en fonction des préférences du violoniste en question. Le résultat final est un modèle qui imite les formes et lignes organiques de la nature. Pour s’assurer du bon fonctionnement de ce design, Peter Storey a imprimé en 3D un premier prototype. Celui-ci a permis de valider le résultat et de passer à l’étape de fraisage. Kevin Baslé n’avait plus qu’à ajouter son savoir-faire à l’instrument.

Une fois le prototype imprimé en 3D validé, l’étape de fraisage pouvait commencer (crédits photo : Autodesk)

La valeur ajoutée de la conception générative

Le luthier voit de nombreux avantages à cette méthode de conception. Elle permet tout d’abord de réduire le temps de fabrication de ces instruments électriques mais aussi de créer sans contraintes. Un point particulièrement intéressant pour un artisan. Enfin, le logiciel Fusion 360 a aussi permis de minimiser les coûts. Kevin conclut : « Fusion 360 est un outil professionnel important à avoir pour la fabrication de ce violon car c’est un logiciel abordable qui me permet de faire un produit fini de haute qualité, et de garder le prix bas. »

Le violon est aujourd’hui disponible à 3 600 livres soit environ 4 300 euros. Vous pouvez retrouver plus d’informations sur ce projet ICI. Que pensez-vous du recours à la conception générative dans la fabrication d’un violon électrique ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks