menu

TOP 5 des vidéos de la semaine : comment réduire le warping en impression 3D métal ?

Publié le 17 avril 2022 par Mélanie W.
warping

Cette semaine, découvrez comment l’université de Michigan a trouvé une solution pour réduire les phénomènes de warping en fabrication additive métallique. Elle a développé un logiciel de gestion thermique sur-mesure pour pallier ces défis. Nous reviendrons également sur la Personnalité de l’année 2022 du secteur de la fabrication additive médicale, récompensée le 29 mars dernier lors de la cérémonie des Awards ADDITIV. Puis, nous partirons à la rencontre de FabRx qui conçoit des médicaments imprimés en 3D pour tout type de patients. Enfin, on s’arrêtera à Poitiers pour découvrir la nouvelle formation créée par l’université de Poitiers et l’association AY128 qui vise à former des chirurgiens internes à l’impression 3D. On vous souhaite en tout cas un très bon dimanche à tous !

TOP 1 : La personnalité de l’année : Le 29 mars dernier, 3Dnatives organisait la première cérémonie des Awards ADDITIV médical, une soirée visant à récompenser les meilleures initiatives dans le secteur de la santé et de la fabrication additive. Parmi ces trophées, celui de la personnalité de l’année. L’objectif est de saluer le parcours et le travail réalisé par une personne du secteur, personne qui favorise le développement et déploiement des technologies 3D. Et cette première édition a été remportée par Sophie Brac de la Perrière, CEO et co-fondatrice de Healshape, une startup qui conçoit une bioprothèse mammaire naturelle, régénérative et imprimée en 3D pour les femmes ayant subi une mastectomie suite à un cancer du sein. Un grand bravo à Sophie et à son équipe ! 

TOP 2 : Impression 3D et industrie pharmaceutique : Basée au Royaume-Uni, l’entreprise FabRx entend bien changer l’industrie pharmaceutique en proposant des médicaments imprimés en 3D. C’est une technologie qui lui permet de concevoir des traitements sur-mesure, de mieux adapter les dosages et quantités et d’imaginer de nouvelles formes de médicaments. Nous avons rencontré son CEO et co-fondateur, Alvaro Goyanes, à qui nous avons posé quelques questions afin d’en savoir plus sur les possibilités offertes par la fabrication additive dans ce secteur d’activité  :

TOP 3 : Éoliennes et impression 3D : Vestas est un fabricant danois d’éoliennes, l’un des plus importants dans le monde. Le groupe a aujourd’hui plusieurs usines à travers le monde et a investi dans la fabrication additive depuis quelques années pour réduire son empreinte carbone et les défis logistiques qu’entrainaient les échanges entre une usine et l’autre. Il a donc équipé toutes ses usines de fabrication d’imprimantes 3D Markforged. Aujourd’hui, les équipes s’en servent pour valider des designs, tester des concepts, produire de l’outillage, etc. Elles ne sont plus dépendantes de fournisseurs extérieurs et peuvent réduire considérablement les délais de fabrication :

TOP 4 : Réduire le warping en impression 3D métal : Le warping est l’une des plus grandes préoccupations des utilisateurs de l’impression 3D, quel que soit le procédé employé et ce, même avec des métaux. Compte tenu du fait que de nombreuses applications de l’impression 3D métal sont centrées sur des secteurs à forte intensité industrielle – aérospatiale, automobile, biomédical – nombreux sont ceux qui s’efforcent de résoudre ce problème afin de garantir que les pièces fabriquées soient toujours utilisables. Aujourd’hui, des chercheurs de l’université du Michigan ont dévoilé leur propre projet. Dirigée par Chinedum Okwudire, professeur associé de génie mécanique, l’équipe a mis au point un logiciel basé sur un modèle thermique qui dirige les lasers de l’imprimante sur la séquence de balayage optimale pour réduire le warping : 

TOP 5 : La fabrication additive au service du médical : A Poitiers, l’association AY128 propose aux Usines une formation dédiée à l’impression 3D médicale. Les Usines sont un lieu qui accueille et donne vie à des projets d’entreprises pour stimuler et encourager la créativité et promouvoir le territoire. L’association travaille depuis peu avec l’Université de Poitiers et plus particulièrement avec le CHU de la ville pour proposer des formations de 4 jours aux internes spécialisés en chirurgie reconstructrice. Pendant 4 jours, ils apprennent à modéliser et à utiliser l’impression 3D afin de comprendre comment elle peut améliorer certains modes opératoires :

Etes-vous confrontés au warping en impression métal métallique ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks