menu

La startup Arevo imprime en 3D un vélo à partir de fibres de carbone

Publié le 21 mai 2018 par Mélanie R.
arevo

Arevo est une startup américaine qui vient tout juste de dévoiler un nouveau vélo qui serait doté d’un cadre imprimé en 3D à partir de fibres de carbone. Il aurait été créé pour montrer les possibilités qu’offre leur technologie de fabrication additive. Arevo est en effet connu pour sa plateforme d’impression 3D robotique à six axes qui lui permet de concevoir des pièces composites. Elle en profite également pour annoncer une levée de fonds de $12,5 millions et l’arrivée de son nouveau CEO, Jim Miller.

L’impression 3D fait bouger le secteur du vélo avec plusieurs initiatives qui montrent bien comment les technologies 3D peuvent aider à concevoir des pièces finies personnalisées plus efficaces. On pense au pneu de BigRep, imprimé en 3D pour être increvable, ou encore au vélo électrique de Volkswagen, Kinazo. Cette fois-ci la startup américaine a voulu s’appuyer sur un matériau plus léger mais encore plus solide, la fibre de carbone.

arevo

Généralement, les vélos conçus traditionnellement à partir de fibres de carbone sont plus chers car les fabricants doivent déposer des couches individuelles imprégnées de résine autour du moule du cadre; ce travail réalisé à la main serait aussi beaucoup plus long. Le cadre serait ensuite cuit dans un four pour faire fondre la résine et lier ensemble les couches de fibres de carbone. La fabrication additive permettrait de réduire ces délais mais aussi les coûts de production, deux avantages clés pour la startup.

La technologie développé par Arevo combinerait impression 3D, logiciel en ligne et matières premières personnalisées. Elle utiliserait une tête d’impression fixée sur un bras robotisé pour imprimer en 3D le cadre du vélo. La tête viendrait déposer la fibre de carbone et fondre un matériau thermoplastique pour lier les couches entre elles, le tout en une seule étape. Un processus qui permettrait à Arevo de fabriquer des cadres de vélo pour $300 seulement. Le co-fondateur de la startup, Hemant Bheda, explique également qu’ils ont pu créer le cadre en 18 jours seulement, un délai qui s’élève à 18 mois avec des méthodes de fabrication traditionnelles. Le vélo serait également plus solide grâce à un design simplifié qui supprimerait le maintien du siège entre la selle et la roue arrière.

arevo

L’impression 3D du cadre

Un investissement pour accélérer la commercialisation de la technologie

Arevo en a profité pour annoncer sa levée de fonds réussie de $12,5 millions menée par Asahi Glass. Ce financement devrait aider la startup à aller au delà du processus de R&D et à se concentrer sur la commercialisation à grande échelle de sa technologie.  Le nouveau CEO, Jim Miller, affirme : « Arevo est actuellement à un point d’inflexion passionnant dans son activité. Nous disposons de la technologie, de l’équipe et des outils nécessaires pour commercialiser notre logiciel et notre procédé de fabrication afin de construire des pièces de haute résistance que l’industrie manufacturière n’a pas été capable de concevoir et de fabriquer auparavant. » La technologie d’Arevo pourrait facilement être étendue à d’autres secteurs que celui du vélo; on pourrait imagier des pièces imprimées en 3D pour le secteur aérospatial étant donné qu’elle offre un large volume d’impression. Vous pouvez retrouver davantage d’informations sur le site officiel de la startup.

Que pensez-vous de ce vélo imprimé en 3D et de la technologie d’Arevo? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you