menu

Thangs est-il le moteur de recherche le plus puissant pour trouver son fichier 3D ?

Publié le 24 août 2020 par Mélanie R.
thangs

Physna vient d’annoncer le lancement de Thangs, le premier moteur de recherche géométrique au monde pour les modèles 3D. Quelques jours seulement après sa sortie, la plate-forme est déjà considérée comme la communauté en ligne la plus puissante pour les créateurs de modèles 3D. Physna, spécialisé dans la technologie d’apprentissage profond de la géométrie, souhaitait démocratiser l’accès aux modèles 3D et créer un index mondial des objets physiques. La société a donc intégré ses algorithmes d’intelligence artificielle propriétaires dans Thangs, disponible gratuitement, afin de révolutionner le flux de travail de l’impression 3D. Au lieu de rechercher du texte ou des images, Thangs utilise des algorithmes d’apprentissage approfondi pour indexer des modèles 3D basés sur les polygones, ou triangles, qui composent leurs volumes.

Fondée en 2015 par Paul Powers et Glenn Warner, Physna utilise des algorithmes propriétaires et une technologie d’apprentissage géométrique avancée pour codifier des modèles 3D en données détaillées. Le modèle numérisé qui en résulte permet à Physna de montrer des différences et des similarités spécifiques et précises entre les modèles, y compris ceux incomplets ou avec des formats de fichiers différents. Il offre aux utilisateurs la possibilité de visualiser tous les composants d’ensembles complexes, ainsi que les pièces contenues dans d’autres pièces. La technologie d’IA de Physna permet de faire rapidement des prévisions de production, d’estimer les coûts, les matériaux et de trouver les meilleurs fournisseurs. Le logiciel peut prédire les performances des pièces à partir de données antérieures et de modifications de conception, et découvrir les défauts de conception avant la production même des modèles. La puissante technologie qui se cache derrière le logiciel a attiré plusieurs acteurs influents de l’industrie : cet été, Dennis DeMeyere, ancien directeur technique de Google Cloud, et Jason Warner, directeur technique de GitHub, ont rejoint l’entreprise. Avec des collaborateurs aussi expérimentés à bord, on imagine assez facilement une plate-forme qui mêle à la fois les principales fonctionnalités de Google avec celles de GitHub. C’est ainsi qu’est né Thangs le 18 août dernier.

thangs 1

Thangs, le Google de l’impression 3D ?

Sur le marché de la fabrication additive, il existe déjà quelques moteurs de recherche pour trouver plus facilement le fichier 3D adapté à son besoin – on pense à des outils comme Yeggi qui rassemble plus de 2,3 millions de modèles. Ces moteurs ont leur limite et nous ne pouvons pas réellement les comparer à un Google de l’impression. Il semblerait que Thangs veuille prendre cette direction et devenir la référence pour les fichiers 3D. La plateforme s’appuie en effet sur des algorithmes pour permettre aux utilisateurs de trouver des pièces en fonction de leur relation (potentielle) avec d’autres pièces. Grâce au moteur d’apprentissage géométrique de Physna, elle peut lire et comprendre l’ADN physique des objets d’une manière qui était impossible auparavant. En comprenant la structure physique des modèles 3D à travers une variété de types de fichiers, Thangs révèle des informations approfondies sur les conceptions 3D, y compris les assemblages complexes et les imbrications à l’intérieur des pièces.

À première vue, Thangs peut ressembler à Thingiverse ou à n’importe quelle autre base de données de modèles 3D. En effet, l’utilisateur vient chercher son modèle parmi toute une base de données, accessible au public. Ce qui diffère est que Thangs montre un historique graphique et collaboratif de chaque modèle, et peut vous dire si un modèle fait réellement partie d’un autre modèle. Lors de son lancement, la plateforme comptait déjà plus d’un million de modèles 3D indexés – on imagine assez facilement que beaucoup d’autres sont à venir à l’avenir.

thangs

Thangs propose également des outils de collaboration pour permettre aux concepteurs 3D, professionnels et amateurs, de s’associer plus facilement aux autres et de travailler ensemble sur leurs créations. Les dossiers partagés automatisent le contrôle des versions et apportent de la clarté aux collaborations complexes. Tout comme sur une plateforme sociale, les utilisateurs de Thangs peuvent commenter les modèles 3D, les « liker » pour les enregistrer sur leur profil et recevoir des notifications lorsque d’autres utilisateurs interagissent avec leurs propres conceptions.

Paul Powers, PDG de Physna, ajoute : « Thangs est le premier produit ouvert de Physna et utilise une partie de la même technologie puissante au cœur de nos offres d’entreprise actuelles. Celles-ci sont largement reconnues comme leader technologique de la recherche et de l’analyse 3D, et nous démocratisons certaines de leurs capacités grâce à Thangs. Ce dernier est conçu pour être suffisamment puissant pour un ingénieur en CAO aérospatiale de premier plan, tout en étant suffisamment simple pour être utilisé par n’importe qui. La réalité est tridimensionnelle, et il est temps que l’ère numérique le soit aussi. Thangs donne à chacun non seulement l’accès aux données 3D, mais aussi l’utilité de celles-ci en utilisant une des technologies les plus avancées disponibles aujourd’hui. » Vous pouvez vous rendre sur la plateforme ICI et en savoir plus dans la vidéo ci-dessous :

Thangs pourra-t-il devenir le Google de l’impression 3D ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK