menu

Lab 3Dnatives : Test du Pro Bundle de chez Ultimaker

Publié le 6 janvier 2021 par Alex M.
pro bundle ultimaker

Faisant partie des pionniers du secteur, Ultimaker s’affiche aujourd’hui comme l’un des fabricants leaders de l’impression 3D FDM, avec des milliers de machines installées aussi bien dans les usines de grands groupes industriels, de startups technologiques, de garages de makers mais aussi au sein des ateliers de l’armée. Avec plusieurs générations de machines à son actif, Ultimaker propose aujourd’hui une gamme de 3 imprimantes 3D : l’Ultimaker S5 qui représente le modèle le plus évolué du constructeur, l’Ultimaker S3 qui s’apparente à la petite soeur de la S5 ainsi que l’Ultimaker 2+ Connect, le modèle d’entrée de gamme qui correspond à une version rajeunie de l’imprimante 3D qui a fait le succès de la marque ces dernières années.

En plus de cette gamme, le fabricant hollandais propose désormais un pack professionnel appelé Pro Bundle qui se veut une version améliorée de l’imprimante 3D Ultimaker S5. Ultimaker a ainsi imaginé deux nouveaux équipements, la Material Station et le Air Manager, qui ont pour objectif d’améliorer la qualité des pièces et plus globalement l’expérience Ultimaker. Le coût du pack complet, incluant l’imprimante 3D S5 ainsi que les deux équipements, est de 10 422€ TTC (au lieu de 6 594€ TTC pour l’imprimante 3D seule).

Après avoir testé et accordé une très bonne note à l’imprimante 3D Ultimaker S5 (à retrouver ICI) il y a quelques mois, 3Dnatives revient aujourd’hui avec le test du Pack Pro Bundle. Alors comment fonctionne la Material Station et le Air Manager ? Quelles sont les améliorations apportées par le Pro Bundle ? Retrouvez nos réponses dans le test ci-dessous.

pro bundle ultimaker

À droite, le pack Pro Bundle Ultimaker avec le Air Manager, l’imprimante 3D S5 et la Material Station. À gauche, l’imprimante 3D S5 seule.

1. Déballage et installation du Pro Bundle Ultimaker

Concrètement, le Air Manager et la Material Station se présentent comme deux unités à connecter respectivement au-dessus et en-dessous de l’imprimante 3D Ultimaker S5. Les dimensions de l’imprimante 3D passent ainsi de 520 mm à 1370 mm de haut, la largeur et la profondeur restant relativement inchangées.

La mise en place des deux unités est relativement intuitive, le fabricant fournit à cette occasion un guide d’installation pour chaque équipement, disponible en français. Pour le Air Manager, le capot monté sur charnière vient se clipser au dessus de l’imprimante 3D, fixé à l’arrière par des supports de fixation et laissant passer le câble d’alimentation de l’extrudeur ainsi que les deux tubes bowden. Un point intéressant noté pendant l’installation du Air Manager est la possibilité de brancher si nécessaire une extraction déportée pour une utilisation dans un environnement industriel par exemple. La Material Station vient se placer de son côté sous l’imprimante 3D à laquelle il faudra connecter les deux tubes bowden de l’unité aux feeders de l’imprimante 3D.

Pour l’alimentation, l’imprimante 3D S5 vient dorénavant se brancher à la Material Station, elle-même branchée au secteur. Le Air Manager se connecte lui à l’imprimante 3D. De manière générale, la consommation électrique de la Material Station étant relativement faible, il pourra être utile de la laisser allumer en permanence (tout en coupant l’alimentation de l’imprimante 3D S5) afin d’assurer un stockage optimal des bobines. Les 3 équipements sont reliés entre eux via des câbles UMB permettant un échange d’informations. En effet, certaines données comme la durée de vie du filtre du Air Manager, la nature des bobines installées ou une estimation de la consommation de filaments seront remontées sur l’écran de contrôle de la S5 ou directement au sein de Cura. À ce titre, il sera important de vérifier, et installer si nécessaire, la dernière version du firmware sur l’imprimante 3D S5.

pro bundle ultimaker

Le Air Manager offre deux fonctions à la S5 : une enceinte désormais fermée et un système de filtration de l’air

2. Le Air Manager pour des impressions régulées et filtrées

Le Air Manager se présente visuellement comme un large capot vitré équipé d’un système de filtration, offrant deux fonctions additionnelles à l’imprimante 3D Ultimaker S5. La première fonction du Air Manager est la possibilité d’obtenir désormais une enceinte d’impression réellement close pour la S5 (la partie supérieure de l’imprimante 3D n’est effectivement pas fermée), garante d’une température constante au sein de la chambre d’impression et avec à la clef de meilleurs résultats d’impression en perspective. Le ventilateur du système de filtration est par ailleurs équipé d’une sonde de température, et viendra réguler de manière automatique la température de l’enceinte dans le cas où celle-ci serait trop haute.

La deuxième fonction du Air Manager réside dans la filtration des particules ultra-fines rejetées lors de l’extrusion des filaments thermoplastiques. Le filtre inclus avec le Air Manager, relativement massif, est un filtre à « haute efficacité » de type EPA (et non HEPA, pour « très haute efficacité », que l’on retrouve parfois au sein de certaines modèles d’imprimantes 3D sur le marché). Ce filtre offre un taux de rafraichissement de l’air de 1-50 m3/h avec une efficacité de l’ordre de 95% selon le fabricant.

Au niveau de l’entretien, le constructeur conseille de changer le filtre après 1 500 heures d’utilisation, une notification sur l’écran de contrôle de l’imprimante 3D viendra d’ailleurs vous le rappeler. L’autre point intéressant est le faible niveau sonore du système de filtration, qui se situe sous la barre des 49dB (imprimante 3D en fonctionnement incluse).

3. La Material Station pour une meilleure gestion des matériaux

De son côté, la Material Station est une unité de stockage « intelligente » des filaments. Capable de stocker jusqu’à 6 bobines, cet équipement vient simplifier l’expérience de chargement/déchargement des bobines tout en contrôlant le niveau d’humidité qui peut présenter un réel risque pour les matériaux d’impression, notamment pour des filaments sensibles comme le PVA ou les polyamides.

Le premier point fort de la Material Station est ainsi de réguler l’hygrométrie au sein de l’équipement. Concrètement, des perles de silicone viennent absorber l’humidité ambiante tandis qu’une résistance vient chauffer l’unité dès lors que le taux d’humidité atteint les 30%, afin de l’extraire sous forme de vapeur. Ce processus est bien évidemment entièrement automatisé. On peut ainsi envisager de stocker des filaments sensibles la veille d’une impression afin de s’assurer des conditions optimales d’extrusion mais aussi de « sauver » une bobine qui serait restée un peu trop longtemps à l’humidité ambiante.

pro bundle ultimaker

La Material Station accueille jusqu’à 6 bobines de filament

Au sein de la Material Station, chaque bobine est détectée grâce à un tag et à l’antenne NFC, permettant de savoir en temps réel le type de matériau installé et son coloris, une information qui s’affichera sur l’écran de contrôle de la S5 mais aussi au niveau du slicer Cura lors de la préparation des fichiers d’impression. Cette détection automatique ne fonctionne que pour les matériaux Ultimaker bien évidemment, même si la Material Station permet d’accueillir des filaments non-propriétaires.

Lorsque l’on installe une bobine au sein de la Material Station, le filament vient se pré-charger avec un système de LED de couleur pour indiquer le bon chargement du filament (blanc : pré-chargé, bleu : chargé). Un bouton, disposé au niveau de chaque emplacement de bobine permet d’éjecter celui-ci. L’unité est également équipée d’un système de gestion des filaments afin de remplacer de façon automatique une bobine vide sans perte de matériau.

Dans le cas de l’impression 3D d’une pièce volumineuse, il sera par exemple possible d’installer deux bobines du même matériau, avec un relais effectué automatiquement dès lors qu’une des deux bobines viendra à manquer. La Material Station permettra également d’estimer le niveau de consommation des bobines utilisées (à noter que cette estimation n’est pas liée au poids de la bobine mais au temps d’utilisation et restera approximatif).

La Material Station communique avec l’imprimante 3D S5 pour remonter les données matériaux

4. En conclusion

Bien que le Air Manager vient résoudre les deux limites de l’imprimante 3D S5, à savoir l’enceinte ouverte et non-filtrée, il ne s’agit pas d’une nouveauté en soit. D’autres fabricants ont déjà imaginé par le passé des capots filtrants additionnels pour leurs machines (bien que ces derniers restent plus standards et ne communiquent pas avec l’imprimante 3D). On pourra également regretter que le fabricant n’ait pas privilégié un filtre de type HEPA pour davantage d’efficacité, même si vous pourrez facilement vous en procurer chez le revendeur Ultimaker et le remplacer vous même. De son côté, la Material Station est une vraie innovation sur le marché de l’impression 3D et permettra de conserver dans des conditions optimales les bobines d’impression. La gestion intelligente de fin de filaments ainsi que les opportunités en termes de combinaison de matériaux en font un produit réellement complémentaire de la S5.

Pour conclure, le Pro Bundle permet à Ultimaker de continuer d’innover sur ses machines sans avoir à réinventer ou développer de nouveaux modèles d’imprimantes 3D. La simplicité d’installation, la communication entre les équipements et les avantages obtenus font du Pro Bundle un pack vraiment complet pour les utilisateurs qui impriment de nombreuses pièces pendant de longues heures pour lequel il faudra toutefois mettre le prix. Bien qu’inclus au sein du Pro Bundle, les deux équipements sont commercialisés à l’unité, au prix de 2 994€ TTC pour la Material Station et 834€ TTC  pour le Air Manager. Pour l’acquérir ou en savoir plus sur le Pro Bundle Ultimaker, rendez-vous sur le site de Makershop ICI.

Retrouvez l’ensemble de nos tests d’imprimantes 3D au sein du Lab 3Dnatives

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D