menu

Lab 3Dnatives : Test de l’imprimante 3D HeyGears UltraCraft Reflex

Publié le 22 mai 2024 par Elliot S.

Imaginées par des fabricants historiques ou des acteurs en devenir, il est toujours aussi intéressant de découvrir les dernières innovations qui voient le jour sur le marché de l’impression 3D. Aujourd’hui le Lab 3Dnatives s’intéresse au modèle UltraCraft Reflex Combo, une nouvelle machine résine dévoilée par le constructeur HeyGears. 

Et si le nom de HeyGears ne vous dit rien, c’est bien normal malgré ses 10 années d’existence. Et pour cause, ce fabricant originaire de Shenzen en Chine s’est jusqu’à présent concentré principalement sur son marché domestique, et qui plus est, sur le créneau des imprimantes 3D résine pour le secteur dentaire. 

S’inscrire !

HeyGears Ultracraft reflex et son module "PRM"

L’imprimante 3D UltraCraft Reflex, récemment dévoilée par HeyGears est une imprimante résine de bureau

Avec ce nouvel ajout à son catalogue, HeyGears vient clairement cibler une audience d’utilisateurs plus large, et souhaite par ce biais se faire un nom sur la scène internationale. Sur le papier, la UltraCraft Reflex se positionne comme une imprimante 3D offrant une expérience d’impression 3D simplifiée, permettant une qualité d’impression accrue et disposant d’un écosystème complet du slicing au post-traitement, le tout pour un prix abordable de moins de 3 000 €. 

Alors, est ce que l’imprimante 3D UltraCraft Reflex de HeyGears répond à ses promesses ? Pourrait-elle devenir un acteur reconnu sur le marché de l’impression 3D résine ? Découvrez notre test complet dans cet article.

Déballage du Combo UltraCraft Reflex de HeyGears 

Le pack UltraCraft Reflex Combo est composé de 3 machines au total : l’imprimante 3D, la machine de nettoyage et la machine de post-polymérisation. Chaque équipement est livré dans un carton distinct et vient composer le kit. En déballant les différents équipements, l’uniformité esthétique démontre que ceux-ci ont été conçus et réfléchis pour faire partie du même écosystème. 

Pour notre test, nous avons également reçu le pulsing release module (PRM, disponible à l’achat séparément pour 778,80€), un compresseur qui permet de réduire l’adhérence au niveau du film NFEP, ainsi que différentes résines d’impression.

Heygears ultracraft reflex combo

Le « Combo » comprend l’imprimante 3D ainsi que les machines de post-traitement spécialement développées pour l’accompagner

Au déballage, on découvre une imprimante 3D résine de bureau relativement compacte avec des dimensions extérieures de 400 x 420 x 573 mm et un volume d’impression de 192 x 121 x 220 mm. Malgré son format modeste, l’imprimante 3D pèse tout de même 25 kg (comparable à celle des imprimantes 3D de la même catégorie) laissant espérer qualité et solidité de construction. Chacune des machines vendues par le fabricant chinois est livrée avec un manuel de prise en main, illustré et en anglais. 

En façade, on retrouve un écran de contrôle tactile couleur de 7 pouces. Le large capot en plastique orange, caractéristique des machines résine afin de filtrer les rayons UV, s’ouvre manuellement par un débattement vers le haut. On retrouve également le bac de résine (aussi appelé VAT) ainsi que le plateau d’impression perforé avec son système d’attache rapide. Sur le flanc droit de la machine, un port USB sert à lancer des impressions sans utiliser les fonctionnalités de mise en réseau tandis que l’arrière dispose du port d’alimentation de la machine, de la fiche d’alimentation et de l’entrée d’air du PRM et du port RJ45 de l’imprimante. 

Bien que l’imprimante ne vienne pas livrée par défaut avec un filtre interne à charbon actif pour purifier l’air dans l’imprimante, un port USB présent à l’intérieur de la machine permettra d’en ajouter un. Le fabricant nous a d’ailleurs annoncé qu’un filtre interne est actuellement en développement.  

HeyGears Ultracraft reflex plateau d'impression

Le plateau d’impression de la HeyGears UltraCraft Reflex est simple à manipuler grâce à un système d’attache rapide

HeyGears fournit également un ensemble d’accessoires livrés dans un contenant plastique hermétique ainsi qu’un film NFEP de rechange. Ces accessoires comprennent une spatule métallique pour retirer les impressions, une paire de pinces coupantes pour retirer les supports, des filtres pour retirer les résidus d’impression éventuelles dans la résine, des cartes plastifiées pour mélanger la résine dans le VAT et le nettoyer, un ensemble de clefs allen (ou six-pans), des gants et un outil pour retirer les résidus d’impression dans le VAT (auquel il faudra néanmoins ajouter un manche imprimé en 3D dont le fichier tranché est disponible sur Blueprint studio, le slicer propriétaire d’HeyGears). Un équipement complet bien qu’on aurait apprécié quelques accessoires supplémentaires comme une paire de pinces à bec fin ou une pince à épiler pour faciliter le retrait des supports. 

Installation de l’écosystème HeyGears 

Une fois tous les cartons déballés, nous disposons les machines sur un plan de travail pour procéder à leur initialisation. Nous commençons par l’imprimante elle-même dont l’installation est rendue aisée par le manuel et le guide étape par étape sur l’écran intégré.

L'imprimante 3D gère automatiquement le remplissage de résine

Grâce à son capteur de niveau, ses résines propriétaires et sa vanne, l’imprimante remplit automatiquement le bac de résine et assure constamment un niveau suffisant de matériau

Ces étapes comprennent, dans l’ordre de réalisation, le nivellement de la machine (assisté par un niveau à bulle virtuel), la configuration du réseau Wi-Fi, l’installation du module de détection de niveau de résine, la mise en place du plateau d’impression, l’insertion d’une cartouche de résine et enfin le nivellement du plateau d’impression. 

L’imprimante 3D dispose d’un système d’auto-calibration du plateau éliminant ainsi toute intervention manuelle pour régler le parallélisme la position initiale de l’axe Z. Les cartouches résine propriétaires (HeyGears a opté pour une machine fermée avec des matériaux propriétaires) disposent d’une puce RFID ce qui permet à l’imprimante de reconnaitre le matériau dès son installation et le capteur de niveau couplé à la vanne assurent le remplissage automatique du bac de résine (VAT). 

Les machines de post-traitement sont fonctionnelles dès la première mise en route mais le téléchargement de l’application mobile Blueprint Go et l’appairage des machines à son compte sont nécessaires pour les connecter au Wi-Fi. 

Les manuels papiers fournis avec chaque machine ainsi que les instructions figurant sur l’écran de l’imprimante 3D résine et sur l’application mobiles pour les machines de post-traitement rendent la mise en route de chaque machine fluide et simple. De plus, des guides vidéo sont disponibles sur le site du fabricant pour faciliter la prise en main.

Changement de film adhésif sur l'écran LCD

Le changement du film adhésif de protection de l’écran LCD est une étape minutieuse effectuée pour adapter le flux d’air du PRM

Seul point noir au tableau, l’installation d’un adaptateur de flux d’air pour le pulsing release module. Cette étape requiert de retirer le film adhésif qui protège l’écran pour en poser un nouveau, une opération minutieuse qui peut s’avérer compliquée pour un néophyte. 

Blueprint Studio, le logiciel de tranchage conçu par HeyGears 

HeyGears a développé son propre logiciel de tranchage, Blueprint. Le fabricant a conçu le slicer avec la volonté de proposer une interface simple et accessible aux utilisateurs de tous niveaux. Disponible en anglais et en mandarin, il propose toutes les fonctionnalités nécessaires pour préparer vos impressions 3D, comme la manipulation des modèles, le placement automatique des supports, l’évidemment, la découpe, et aussi une fonctionnalité d’impression en un clic pour simplifier le processus de tranchage.  

À noter que Blueprint intègre aussi des algorithmes intelligents en arrière-plan pour améliorer les résultats d’impression comme l’extinction de pixels individuels afin de réduire l’adhérence des larges surfaces planes, l’anti-aliasing, la WDR Fusion+ (plage dynamique étendue) et l’algorithme PICK (détection des supports pour les sous-exposer afin de faciliter leur retrait). 

La HeyGears Ultracraft reflex en cours d'impression

L’algorithme PICK développé par HeyGears permet un retrait plus simple des supports

Enfin, la connectivité au cloud permet d’envoyer les fichiers à l’imprimante 3D et aux machines de post-traitement pour bénéficier d’un paramétrage automatique des équipements en fonction des modèles imprimés et des matériaux utilisés. 

Malgré les fonctionnalités avancées et la simplicité d’utilisation de Blueprint Studio, la compatibilité avec des formats de modèle 3D plus récents comme le 3MF reste encore indisponible pour le moment. Le logiciel, disponible en téléchargement pour Mac OS et Windows requiert tout de même une configuration matérielle moderne (un ordinateur plus ancien aura donc du mal à exécuter l’application) et des ralentissements peuvent être observés lors de l’utilisation. Nous avons aussi rencontré quelques difficultés concernant la manipulation plus avancée des supports. L’ajout de géométries de blocage de supports (cubes, cylindres ou pyramides utilisées pour empêcher la génération automatique de supports) n’étant pour le moment pas possible, il faudra avoir recours à la génération de support manuel. Ayant communiqué ces points à HeyGears, le fabricant nous a annoncé que le logiciel va bientôt connaître de nouvelles mises à jour et que ces améliorations sont à prévoir.

Blueprint one click slice

La fonctionnalité one-click slice de Blueprint, le slicer propriétaire développé par HeyGears permet de rendre le tranchage plus accessible aux néophytes

Premières impressions 

L’UltraCraft Reflex est une imprimante 3D résine basée sur la technologie MSLA. Contrairement aux imprimantes résines SLA ou DLP, elle utilise donc une source lumineuse UV LED, dans ce cas il s’agit d’une LED COB (chip on board) qui permet une meilleure uniformité d’éclairage et un écran de masquage LCD, qui dispose d’une résolution 6K sur le UltraCraft Reflex. L’imprimante 3D offre ainsi une précision XY de 33 microns selon le fabricant.

Écran LCD masquant la source UV LED COB

L’imprimante 3D utilise un écran LCD pour masquer sélectivement une source lumineuse UV LED COB

L’autre point fort de l’UltraCraft Reflex réside dans son système innovant « PRM » (Pulse Release Module). Selon HeyGears, le module permet de réduire considérablement la force de décollement entre la pièce et le plateau d’impression, jusqu’à 50%. Cela se traduit par plusieurs avantages majeurs : 

  • Réduction du nombre de supports nécessaires : diminution du temps de préparation et de post-traitement, et économie de résine. 
  • Minimisation des risques de déformation des pièces : fini les impressions ratées à cause de supports mal placés ou trop rigides. 
  • Meilleure finition des pièces : moins de marques et de traces sur la surface des impressions. 

Lors de notre test, nous avons eu l’opportunité de tester une variété de matériaux parmi les résines propriétaires du fabricant, notamment PAP10, une résine destinée à la production de miniatures, la PAU10, un matériau haute performance universel et la PAT10, une résine transparente.

Mesure du niveau sonore

L’imprimante, couplée au PRM, peut s’avérer bruyante. Un point à prendre en compte lors de l’installation dans un environnement calme

Malgré deux ratés d’impression avec la résine transparente (l’un d’eux dû à une densité de supports insuffisante), l’ensemble de nos impressions avec la UltraCraft Reflex de HeyGears se sont bien déroulées et offrent un niveau de détail important, permettant de conserver l’ensemble des détails des fichiers 3D originaux. 

Le PRM est efficace et permet de réduire considérablement la force de décollement nécessaire. Celui-ci se présente comme un système pneumatique (de type compresseur) qui génère de l’air pulsé pour faciliter le décollement des pièces du film NFEP. Cela se traduit par une meilleure finition des pièces et une réduction des risques de déformation. 

Cependant, le PRM n’est pas exempt de défauts. Son niveau sonore élevé peut s’avérer gênant si vous utilisez l’imprimante dans un environnement de bureau. Heureusement, le PRM n’est pas indispensable à l’utilisation de la machine et il est ainsi possible de l’activer ou de le désactiver selon vos besoins. 

Une attache de sac à dos produite sur la UltraCraft Reflex Un buste de viking Un jeu d'échec imprimé sur l'imprimante 3d HeyGears Une formule 1 miniature Une paire de lunettes imprimée en 3D Un ensemble de pièces imprimées avec la UltraCraft Reflex de HeyGears Hélice de drone imprimée avec la HeyGears UltraCraft Reflex Turbines imprimées en 3D

Inscrivez-vous et gagnez une imprimante 3D HeyGears Ultracraft reflex !

* Champ obligatoire






Conclusion

  • Contenu de l'imprimante 3D 9/10
  • Logiciel 9.5/10
  • Qualité d'impression 10/10
  • Prise en main 10/10
9.6 / 10

Points positifs : 

  • Facile à utiliser 
  • Prix abordable 
  • Eco-système synchronisé 

Points négatifs : 

  • Machine fermée 
  • Niveau sonore (notamment le PRM) 
  • Logiciel de tranchage perfectible

L’UltraCraft Reflex est une imprimante 3D résine prometteuse qui offre un excellent rapport qualité/prix pour sa catégorie. Avec sa prise en main simplifiée, elle est accessible aux débutants comme aux utilisateurs expérimentés. Son prix abordable la rend accessible à un large public, et son écosystème synchronisé avec des machines de post-traitement dédiées offre une expérience utilisateur fluide et intuitive. 

Le système fermé utilisant des cartouches de résine propriétaires pourra limiter le choix de matériaux et augmenter les coûts d’impression, bien que le portefeuille matériaux devrait rapidement s’étoffer et que le prix des cartouches soient relativement abordables (entre 70 et 120 €) en comparaison aux standards du marché. Le niveau sonore, notamment généré par le PRM, pourra également être gênant dans certains environnements. Le logiciel de tranchage Blueprint Studio, bien que largement fonctionnel, reste perfectible et manque de certaines fonctionnalités avancées déjà présentes dans d’autres logiciels. Des points qui pourraient être toutefois facilement corrigés sur les prochaines versions du logiciel. 

L’UltraCraft Reflex est donc une très bonne option pour les utilisateurs qui recherchent une imprimante 3D résine facile à utiliser et produisant des impressions de haute qualité. Si vous êtes sensible au bruit ou si vous avez besoin d’une grande liberté dans le choix de vos matériaux, il sera important de prendre en compte ces limitations avant de faire votre choix. HeyGears propose toutefois une machine prometteuse, disponible au prix de 1 606,80 € pour l’imprimante seule ou 2 770,80 € pour l’écosystème complet, et confirme qu’il faudra bien compter sur lui pour les années à venir sur le marché de l’impression 3D résine. Il sera intéressant de suivre de près les nouvelles annonces du constructeur dans les mois à venir.

Pour en savoir plus sur l’imprimante 3D UltraCraft Reflex et l’ensemble des produits commercialisés par HeyGears, rendez-vous sur leur site internet ICI.

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks