menu

Plus de volumes et de matériaux spécifiques pour le marché de la fabrication additive

Publié le 12 juin 2024 par Mélanie W.
tendances fabrication additive

L’entreprise Protolabs a publié il y a quelques jours un rapport qui met en lumière les dernières tendances du marché de la fabrication additive, que ce soit en termes d’usages, d’innovations ou encore de chiffres clés. Un rapport qui montre que le marché de l’impression atteindrait une valeur de 28,07 milliards de dollars en 2024 et de 57,1 milliards en 2028, soit 10,5% plus rapidement que les estimations faites dans le passé. Une bonne nouvelle pour le secteur qui a connu quelques perturbations ces dernières années. L’étude montre également que la production en série est désormais une utilisation des technologies 3D courante et actée – ce qui n’est plus trop une surprise finalement. Enfin, parmi les tendances qui ressortent le plus, on peut notamment le développement de l’intelligence artificielle, de nouveaux matériaux, mais aussi la combinaison entre la fabrication additive et soustractive.  

Alors que le secteur a connu des baisses de régime ces derniers temps, il semblerait que sa croissance soit toujours positive, portée notamment par des verticales toujours dynamiques et pleines d’opportunités. On peut citer par exemple le médical. L’étude de Protolabs révèle que 77 % des participants affirment que le médical est le marché qui a le plus grand potentiel d’impact, avec une prédominance de l’impression 3D SLA qui permet d’obtenir des détails très fins et fidèles. A noter également que le secteur de l’agriculture a connu une forte hausse en termes d’utilisation de la fabrication additive – principalement FDM – et que le secteur des transports est celui qui crée le plus de pièces finies imprimées en 3D.  

Les secteurs d’activité où la fabrication additive devrait avoir le plus d’impact (crédits photo : Protolabs)

Si on se penche désormais sur les applications de la fabrication additive, le rapport de Protolabs est clair : la tendance est à la création de pièces finies dans des volumes plus importants. Si le prototypage reste élevé (67 %), 76 % des participants déclarent avoir imprimé en 3D plus de 10 pièces, un chiffre qui n’était que de 36 % en 2020. L’étude montre que de plus en plus de professionnels se tournent justement vers la fabrication additive, quel que ce soit le procédé, pour créer des pièces en volume alors qu’avant, le moulage par injection était privilégié.  

Une multitude de facteurs vont bien évidemment jouer sur le choix de la méthode de fabrication – on pense au post-traitement, au logiciel mais aussi à tout le processus de certification et de normalisation. Celui-ci est particulièrement contraignant dans l’aérospatiale, le médical et l’automobile. Mais les choses bougent, on sent bien que le marché souhaite standardiser au maximum le procédé, le matériau, etc.  

Les tendances du marché de la fabrication additive

Une grande partie du rapport de Protolabs est consacré aux tendances du secteur et les différents développements qui risquent de le faire évoluer. L’un des points mis en avant est tout le travail réalisé autour des matériaux pour l’impression 3D. L’offre s’est nettement étoffée ces dernières années, avec des solutions qui répondent à des contraintes spécifiques, souvent par marché.  Adam Hecht du studio de design 3DP DIVE a déclaré : « Les entreprises conçoivent des mélanges spécifiquement adaptés à l’impression 3D. Elles créent de nombreux matériaux destinés à des applications très spécifiques dans l’impression 3D, qu’il s’agisse de thermoplastiques conventionnels reconfigurés pour l’impression 3D, ou de résines qui ne sont pas uniquement pour le prototypage, mais pour des applications très spécialisées, à haute température et haute élasticité. » C’est le matériau qui va permettre d’apporter les propriétés recherchées à la pièce, c’est un élément central du workflow de la fabrication additive qui va sans doute connaître une croissance impressionnante ces prochaines années. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’impression 3D multi-matériaux se développe autant.

Les principales tendances identifiées (crédits photo : Protolabs)

Une autre tendance affichée est celle de l’intelligence artificielle : comment s’appuyer sur cette technologie pour automatiser nos processus, récolter de la donnée, être plus productif ? Elle pourrait aider les utilisateurs à régler leurs imprimantes 3D, améliorer leurs conceptions, éviter les erreurs d’impression, etc.

Enfin, on peut noter que la fabrication hybride devrait prendre une place de plus en plus conséquente sur le marché : l’objectif est de combiner tous les avantages de la fabrication additive avec ceux des procédés soustractifs et de permettre une production plus intelligente. Certaines machines sont d’ailleurs développées dans ce sens là et proposent des têtes outils multiples. En tout cas, c’est une tendance à observer de très près qui pourrait bien changer nos modes de production.

En conclusion, le rapport de Protolabs affiche des résultats plutôt encourageants pour le secteur de la fabrication additive avec de multiples possibilités et innovations. Le futur devrait nous réserver encore quelques belles surprises ! Vous pouvez télécharger l’étude complète ICI.

Quelle est selon vous la tendance la plus marquante pour le secteur de la fabrication additive ? Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou LinkedIn !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks