menu

Une structure alvéolaire imprimée en 3D en moins de 24 heures

Publié le 15 mars 2022 par Mélanie W.
structure japon

Une maison construite en moins de 24 heures et pour moins de 25 500 dollars : fiction ou réalité ? C’est le pari fou relevé par l’entreprise Serendix qui a imprimé en 3D cette petite structure alvéolaire en 23 heures et 12 minutes précisément au Japon. Alors qu’elle révélait un premier prototype en 2015 – qui lui avait d’ailleurs valu la première place du 3D Printed Habitat Challenge organisé par la NASA – elle atteint son objectif avec cette sphère en béton de 20 tonnes, résistante aux intempéries. On reste sur une surface modeste avec seulement 10 mètres carrés, mais l’architecte à l’origine du concept l’a imaginée pour être transportable et répondre à des besoins d’habitation en urgence.

La promesse de l’impression 3D dans le secteur de la construction en fait rêver plus d’un : les acteurs misent sur des formes complexes, des délais considérablement réduits et une diminution de la pénibilité du travail pour les ouvriers. Mais il est parfois difficile de faire la part des choses. Peut-on vraiment miser sur les technologies 3D pour bâtir nos futurs logements ? Quelle est la durabilité d’une telle méthode de construction ? Est-ce un “effet wow” plutôt qu’une réelle innovation ? Certains fabricants de machines révèlent en tout cas de nombreux projets innovants ou affichent une croissance affirmée comme l’américain ICON qui levait 207 millions de dollars l’année dernière. Et sur le continent asiatique, le marché bouge comme en témoigne le projet du cabinet Serendix. 

Couche par couche, le béton a été déposée pour former les murs de cette structure (crédits photo : Serendix)

C’est en 2020 que le cabinet dépose des brevets autour de ce concept de sphère imprimée en 3D. A l’époque, l’idée était de proposer un logement sans armature, rapide à bâtir et accessible, le tout capable de résister à des tremblements de terre et typhons particulièrement nombreux et sévères au Japon. L’objectif étant de proposer des logements d’urgence en temps de crise. Deux ans plus tard, le projet prend enfin vie ; Serendix révèle une première construction imprimée en 3D, la première du pays.

Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’une maison classique – ici, la structure intérieure fait 10 mètres carrés et se caractérise par une ossature en béton de 20 tonnes. Cette petite surface lui permet de ne pas être soumise aux réglementations japonaises en matière de construction. Les murs seraient quant à eux renforcés par des nervures pour bien isoler la sphère et répondre aux performances sismiques des normes du pays.

structure japon

La partie assemblage n’aurait pris que 3 heures (crédits photo : Serendix)

On ne sait pas quelle machine d’extrusion de béton a été utilisée, seulement que l’assemblage final n’a pris que trois heures. Au total, avec la création des ouvertures et la phase d’imperméabilisation, il n’aura fallu que 23 heures et 12 minutes avant que la structure ne soit fonctionnelle. Une prouesse dans ce domaine !

Que pensez-vous de cette structure imprimée en 3D au Japon ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks