menu

#Startup3D : 3DQue Systems et son système d’impression 3D continue

Publié le 10 février 2020 par Mélanie R.
3Dque systems

Basée au Canada, la startup 3DQue Systems a développé un système qui offre une production 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Après avoir identifié le besoin croissant d’automatisation sur le marché de la fabrication additive, elle a développé les solutions QPoD et QSuite pour automatiser l’impression 3D de thermoplastiques grâce à un procédé similaire au FDM. QPoD est le système d’impression 3D de 3DQue, alimenté par leur logiciel, QSuite. La solution permet de produire en interne des pièces en plastique avec peu ou pas de maintenance. En fait, l’équipe explique qu’elle peut atteindre 78 840 heures d’impression autonome par an, ce qui représente plus ou moins 864 petites pièces par semaine. Comment peuvent-ils fournir ce niveau d’automatisation ? Nous avons rencontré l’équipe de 3DQue Systems pour en savoir plus sur leurs solutions automatisées de fabrication additive !

3DN : Pouvez-vous vous présenter et nous en dire plus sur votre lien avec l’impression 3D ?

Nous sommes 3DQue Systems, une startup basée à Vancouver, au Canada. Nous construisons des réseaux d’imprimantes 3D automatisées pour créer des usines intelligentes pour la production de pièces en plastique en interne et à la demande. Grâce à notre technologie, les entreprises éliminent le besoin de moulage par injection et de traitement par lots, ce qui réduit les délais d’exécution de 95 % (de mois à heures), diminue les niveaux de stock de 85 % et baisse les coûts associés à l’entreposage, à l’expédition et à la manutention. Ainsi, les entreprises sont en mesure de réduire les coûts, d’accélérer l’innovation et de diminuer leur empreinte écologique en éliminant le carburant, la chaleur, la lumière, l’énergie et les déchets associés à la production de masse.

L’équipe 3DQue. En haut (de gauche à droite) : Steven, Tom, Eric. En bas (de gauche à droite) : Grace, Ruonan, Tavy, Mateo, Steph, Lisa

Notre technologie utilise à la fois notre logiciel propriétaire QSuite et notre hardware VAAPR+Lock pour automatiser l’impression en 3D de thermoplastiques tels que le PLA, l’ABS, le TPU, le PETG et le nylon. Avec le VAAPR+Lock, nous sommes en mesure de faire varier l’adhérence du plateau d’impression, ce qui permet à la pièce de bien tenir au plateau pendant l’impression et son détachement automatique et propre une fois l’impression terminée. En éliminant les tâches manuelles associées à l’impression de type FDM, nous permettons aux entreprises d’effectuer une production sans intervention humaine 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

3DN : Comment avez-vous commencé 3DQue Systems et quelle est votre mission ?

3DQue a vu le jour lorsque le co-fondateur, Mateo, a décidé de transformer son invention en entreprise. Il a réalisé qu’il n’existait aucune technologie capable de faire ce qu’il pouvait faire, alors il a fait appel à l’aide de Steph pour co-fonder la société. Nous voulons transformer la façon dont les entreprises produisent en faisant venir la fabrication en interne. Nous envisageons un avenir de fabrication durable. Nous voulons réduire les déchets et faire en sorte que les pièces soient fabriquées uniquement en fonction des besoins, au lieu de travailler avec un stock important. Nous voulons diminuer l’empreinte carbone de chaque pièce en supprimant le transport et l’entreposage des milliers de pièces produites.

Le logiciel QSuite permet d’automatiser le processus d’impression 3D (crédits photo : 3DQue Systems Inc.)

3DN : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre technologie ?

Le co-fondateur, Mateo, a commencé l’impression 3D comme un hobby et prenait souvent des commandes d’impression de ses amis. Il a rapidement été submergé par la quantité qu’il recevait et avait du mal à les remplir car les imprimantes restaient inactives trop longtemps pendant qu’il devait effectuer des tâches manuelles comme le raclement, le téléchargement de nouveaux fichiers et la recalibrage du plateau d’impression. Il s’est donc dit que supprimer l’intervention humaine résoudrait son problème et qu’il pourrait imprimer en continu, même lorsqu’il n’était pas chez lui.

QPoD est le système d’impression 3D de la startup (crédits photo : 3DQue Systems Inc.)

Après de nombreuses recherches, essais et erreurs, il a finalement mis au point une technologie permettant de faire varier l’adhérence du lit d’impression, puis il a tourné son imprimante sur le côté, de sorte que les pièces puissent tomber après chaque impression, ce qui permet de démarrer immédiatement l’impression suivante.

3DN :  En quoi la technologie 3DQue Systems est-elle différente des autres ?

L’impression 3D traditionnelle de type FDM existe depuis 40 ans, mais elle est toujours reléguée au prototypage fonctionnel ou à la production en petit volume (moins de 500 pièces). Pourquoi ? Il y a trop de « points de contact » dans l’impression 3D. Un opérateur qualifié est nécessaire pour télécharger des fichiers, mettre le plateau à niveau, retirer des pièces, réinitialiser l’imprimante et programmer la production. Cela entraîne non seulement des temps d’arrêt car les imprimantes restent inactives en attendant les opérateurs, mais aussi une augmentation des coûts. Une pièce de $0,97 passe soudainement à $3 lorsqu’un humain est impliqué. Grâce au système automatisé de 3DQue, un seul opérateur peut facilement gérer 10 QPoD (90 imprimantes fonctionnant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7).

On pense souvent que l’impression 3D de type FDM produit des pièces de trop faible qualité pour les prototypes, gabarits, montages et produits finis fonctionnels. La mauvaise qualité dans ce contexte est principalement liée à la finition de la surface (couches visibles, rugosité) ; deuxièmement, aux pièces faibles qui se cassent facilement ; et enfin au manque de détails de la surface. Avec les récentes améliorations apportées au niveau de la qualité des composants, de la conception des remplissages et des matériaux, cela n’est plus vrai.

3Dque systems

La QPoD permet d’automatiser l’impression 3D plastique (crédits photo : 3DQue Systems Inc.)

3DN : Quels sont les facteurs clés à prendre en compte pour réussir ?

Pour réussir, nous voulons être en mesure de répondre aux besoins des clients sur différents marchés. Nous voulons pouvoir travailler avec une variété de matériaux et faire en sorte que notre technologie fonctionne efficacement pour toutes les industries. Cela inclut des améliorations du matériel et des mises à jour de logiciels en cours de route, en ayant une grande équipe de soutien. Nous souhaitons également pouvoir intégrer d’autres services d’automatisation tels que le logiciel de tranchage, la finition, le tri et le conditionnement pour une production sans faille. Comme nous proposons la fabrication en tant que service, nos objectifs sont alignés sur ceux des clients. Si vous n’utilisez pas notre technologie, nous ne sommes pas payés ! Nous voulons nous assurer que votre installation fonctionne parfaitement selon vos besoins.

3DN : Quels sont vos marchés cibles ?

Nous cherchons à nous implanter sur une grande variété de marchés, notamment l’électronique, l’automobile, l’agriculture et l’aérospatiale. De plus, nos clients se trouvent dans la recherche et le développement de nouveaux matériaux, les laboratoires d’impression universitaires, les orthèses et l’orthopédie. Grâce à l’architecture ouverte de notre QPoD (un ensemble de 9 imprimantes), il est facile de le personnaliser pour répondre aux besoins des différentes industries et chaque composant de l’imprimante peut être personnalisé.

3DN : Quels sont les futurs projets de 3DQue Systems ?

Nous n’avons pas seulement un plan sur 10 ans, mais sur 80 ans ! Notre but ultime est de transformer la façon dont les entreprises fabriquent, en offrant une solution d’impression 3D rapide, intelligente et durable. Nous voulons voir notre technologie mise en œuvre dans une grande variété d’industries et devenir un véritable concurrent face au moulage par injection en moyen volume dans les 10 prochaines années.

L’adhérence au plateau peut être modifiée (crédits photo : 3DQue Systems Inc.)

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Nous pensons que le monde ne peut plus se permettre d’utiliser une technologie vieille de 180 ans pour la fabrication. La fabrication numérique et l’utilisation d’usines intelligentes pour assurer une production à la demande proche du client sont essentielles pour réduire notre empreinte écologique tout en augmentant la compétitivité et l’innovation. Vous pouvez retrouver plus d’informations sur notre site internet.

Que pensez-vous de la solution développée par la startup ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you