menu

20 startups françaises qui misent sur l’impression 3D

Publié le 14 avril 2020 par Alex M.
startups françaises impression 3D

On parle régulièrement sur 3Dnatives des géants de la fabrication additive, des fabricants de machines en passant par les services d’impression 3D ou les fournisseurs de matériaux. Il existe toutefois un nombre croissant de startups qui voient dans cette technologie l’avenir de leur filière – on rencontre d’ailleurs une startup du secteur tous les mois ! En misant sur des business modèles innovants, des entrepreneurs se lancent dans des secteurs aussi variés que la médecine, la construction, le sport ou encore l’alimentation. Pour en savoir plus sur ceux qui font bouger l’impression 3D à l’échelle nationale, découvrez les 20 startups françaises les plus innovantes du moment !

Le futur de la construction repose sur l’impression 3D

La firme XtreeE a misé sur l’impression 3D béton à grande échelle dès 2015 et propose aujourd’hui d’extruder le matériau grâce à un bras robotisé à 6 axes permettant de se débarrasser des contraintes géométriques. À son actif, la firme a déjà imprimé de nombreuses structures complexes comme des récifs coralliens, le poteau Krypton (ci-dessous), un pavillon au design organique ou encore le mur de la maison concept Yrys. XtreeE travaille actuellement sur le projet Viliaprint : l’objectif est d’imprimer en 3D les murs de 5 logements sociaux. Récemment, elle a également exporté sa technologie à Dubaï où elle a ouvert un centre d’impression 3D en juin 2019.

Le poteau Krypton imprimé en 3D par XtreeE

> XtreeE : www.xtreee.eu

Constructions-3D entend également bouleverser le secteur de la construction avec sa machine dotée d’un bras téléscopique à 4 axes. Elle est capable de créer des structures en béton directement sur site à partir de son logiciel spécifiquement conçu pour les travaux de construction. Actuellement, la startup basée à Valenciennes est en train d’imprimer en 3D son futur siège social (voir la vidéo ci-dessous) !

Enfin, le projet Yhnova porté par l’Université de Nantes a fait beaucoup de bruit en France avec la réalisation du premier logement social imprimé en 3D, habité depuis juillet 2018. Sa machine dépose deux couches de mousse de polyuréthane et une troisième de béton. Suite à la réalisation de la maison de 95 mètres carrés, la startup BatiPrint3D a été créée : elle s’est fixée comme objectif de révolutionner le secteur de la construction en France grâce à son procédé d’impression 3D.

> Constructions-3D : www.constructions-3d.com
> Batiprint3D : www.batiprint3d.fr

Le sport français pourra compter sur l’impression 3D

Ancien sportif de haut niveau, Clément Jacquelin a fondé Athletics 3D, une startup basée à Grenoble et spécialisée dans la production de composants sur-mesure pour les athlètes de Biathlon, comme par exemple une crosse de carabine personnalisée. Parmi ses faits d’armes, la firme a ainsi équipé les champions Ole Einar Bjoernadalen, Martin Fourcade ou Emilien Jacquelin. Pour y arriver, Athletics 3D a notamment noué des liens étroits avec des leaders industriels comme Zeisse Metrologie, Zortrax, Valla et Owens Corning.

> Athletics 3D : www.athletics3d.com

startup impression 3D

Des composants imprimés en 3D de crosses de Biathlon par Athletics 3D

L’impression 3D a de beaux jours devant elle dans le secteur du surf français ! Les startups Yuyo et HEXA Surfboard ont toutes les deux misé sur les technologies 3D pour concevoir des planches de surf éco-responsables. La première a débuté la vente de ses planches imprimées en 3D en avril 2019, espérant répondre à ce paradoxe du surfeur : Yuyo imprime en 3D la structure interne de ses planches avec du PLA et favorise une fabrication locale. Quant à HEXA Surfboard, elle a opté pour un design transparent, misant elle aussi sur une production locale, plus respectueuse de l’environnement grâce à une réduction de matériaux polluants.

hexa surfboard

Crédits photo : Mathilde Perriol

> Yuyo : https://yuyo.surf/
> HEXA Surfboard : https://hexasurfboard.com/

La santé améliorée grâce à l’impression 3D

En France, plusieurs startups se sont positionnées sur le secteur médical : il faut dire que la fabrication additive apporte des avantages clés comme une réelle personnalisation et l’apport d’une solution adaptée à chaque patient. Par exemple, Scientifeet, filiale de Prodways, a misé sur la fabrication de semelles et orthèses orthopédiques imprimées en 3D, conçues par rapport à l’anatomie de leurs patients. Elle travaille main dans la main avec des podologues pour peaufiner son offre et comprendre le besoin aujourd’hui des experts et des patients.

> Scientifeet : www.scientifeet.com

startup impression 3D

ScientiFeet et sa solution de semelles imprimées en 3D

Autre pan de la médecine, la bio-impression : elle repose sur l’impression 3D à base de cellules vivantes. Parmi les principaux acteurs de cette technologie de pointe, on retrouve plusieurs américains mais aussi Poietis, une startup bordelaise co-fondée en 2014 par Fabien Guillemot et Bruno Brisson. La firme s’est notamment spécialisée dans la reproduction de tissus de peau et de follicules pileux pour les domaines pharmaceutiques et cosmétiques, signant des partenariats stratégiques avec l’INSERM, BASF ou encore le groupe l’Oréal.

> Poietis : www.poietis.com

Healshape s’est aussi spécialisée dans la bio-impression : très récemment créée, la startup s’intéresse à la reconstruction mammaire et souhaite offrir une prothèse bio-imprimée à toutes les femmes qui ont subi une mastectomie suite à un cancer du sein. Cette prothèse serait constituée des cellules de la patiente et s’appuierait sur un scan 3D très précis de son sein pour que le dispositif médical s’adapte parfaitement à son anatomie. Healshape travaille main dans la main avec LabSkin et a annoncé une probable levée de fonds fin 2020.

> Healshape : https://www.pulsalys.fr/startup/healshape

La chirurgie est une autre spécialité très intéressée par la fabrication additive : la jeune startup parisienne Bone3D en est la preuve parfaite. Issue du savoir-faire d’ingénieurs et chirurgiens, elle réalise différents dispositifs médicaux imprimés en 3D pour les chirurgies maxillo-faciale et plastique, que ce soit pour aider, accompagner ou planifier des opérations diverses. Elle a récemment levé plus d’un million d’euros pour accélérer sa croissance.

> Bone3D : https://bone3d.com/

bone3D

Modèle anatomique maxilla (crédits photo : Bone3D)

Enfin, on peut citer la startup Feelobject qui a recours à l’impression 3D pour produire sa solution Virtuoz, un plan interactif et tactile afin d’aider les les personnes souffrant de déficience visuelle à mieux appréhender leur environnement, que ce soit chez eux, au travail, dans les transports, etc. Grâce à une imprimante 3D FDM et du nylon, la jeune pousse française peut ainsi faciliter le quotidien de plusieurs personnes souffrant d’un handicap

> Feelobject : https://www.feelobject.fr/

Le plan est tactile, interactif et imprimé en 3D

Imprimantes 3D, matériaux et solutions de filtration

Inetyx est un fabricant qui a dévoilé une solution de fabrication additive métallique au 3D Print Lyon Congress & Exhibition 2019. Sa machine AMW300X est basée sur un procédé de micro soudure laser. L’imprimante vient déposer des couches successives de bandes métalliques et n’utilise donc pas de poudres métalliques à l’inverse des procédés de fusion plus traditionnels.

> Inetyx : https://www.inetyx.com/

La machine conçue par la startup Plast’if n’est pas ce que l’on pourrait appeler officiellement une imprimante 3D mais elle vous permet de transformer vos déchets plastiques en filament d’impression, offrant alors la possibilité d’imprimer en 3D n’importe quel objet. L’objectif de sa fondatrice, Cassandra Delage, est d’intégrer cette machine dans les bureaux afin qu’une démarche d’économie circulaire soit amorcée au sein de l’espace de travail et que les collaborateurs soient sensibilisés aux problématiques de recyclage.

> Plast’if : www.plastif.com

Côté matériaux d’impression 3D, on peut citer la jeune pousse normande Francofil qui développe une gamme de filaments d’impression 3D plus respectueuse de l’environnement : les matériaux sont conçus à partir de co-produits issus de différentes filières comme l’agriculture, la restauration, etc. Ainsi, vous pourrez trouver du PLA fabriqué à partir de coquilles Saint-Jacques ou encore de marc de café.

> Francofil : https://francofil.fr/

pla biodégradable

Francofil propose des filaments à base de PLA et de co-produits

Créée par Nicolas Roux et Antoine Franz, la startup Zimple propose un système de filtration pour imprimantes 3D permettant de réduire considérablement l’émission de particules fines et de composés organiques pendant le processus de fabrication. Leur solution, baptisée Zimpure, est compatible avec la majorité des imprimantes 3D FDM du marché et pourrait bien devenir l’accessoire indispensable de tous les utilisateurs de machines FDM ! Dans la même veine, citons également Alveo3D, une startup plus jeune qui a développé un boîtier pour filtrer ces émissions.

> Zimple : www.zimple3d.com
> Alveo3D : https://www.alveo3d.com/fr/accueil/

startup impression 3D

La solution Zimpure

La musique revisitée grâce à l’impression 3D

Laurent Bernadac, ingénieur mécanique de formation et violoniste, a imaginé le 3Dvarius, un violon électrique imprimé en 3D qui montre tout le potentiel de customisation et de liberté de design offert par la technologie. Présenté pour la première fois en 2015, le violon rencontrait un vif succès sur Kickstarter en récoltant la jolie somme de 53 231€ en 2016. Le 3Dvarius a convaincu de nombreux violonistes internationaux alors même que le fondateur imagine déjà étendre son concept à de nouveaux instruments.

> 3Dvarius : www.3d-varius.com

La startup française SYOS (pour Shape Your Own Sound) a elle aussi décidé de miser sur l’impression 3D pour un type d’instruments bien précis, à savoir des becs de saxophone. L’intérêt ? Offrir un son différent et personnalisé en fonction du goût du musicien. Lancée par Pauline Eveno, docteur en acoustique, et Maxime Carron, expert en perception auditive, la startup est notamment accompagnée par Dassault Systèmes au sein de son 3DExperience Lab.

> SYOS : www.syos.co

L’impression 3D alimentaire

Les français ont bien évidemment une carte à jouer dans le secteur alimentaire ! La startup 3Desserts Graphiques par exemple a développé une imprimante 3D pour extruder du chocolat et tout autre pâte alimentaire. Baptisée L’impressionnante, cette machine serait capable de travailler tous les pâteux salés ou sucrés : pate d’amande, purée de légumes, pates.

Enfin, notre plus jeune startup de notre sélection est La Pâtisserie Numérique, créée par Marine Coré Baillais pas plus tard que cette année. Elle a développé un slicer 3D adapté à l’impression 3D alimentaire, permettant aux utilisateurs d’imprimer toutes sortes de formes directement sur leurs pâtisseries !

> 3Desserts Graphiques : https://www.3dessertsgraphiques.fr/
> La Pâtisserie Numérique : http://www.lapatisserienumerique.com/fr/home-fr/

Le glaçage a été imprimé en 3D directement sur la tarte au chocolat (crédits photo : La Pâtisserie Numérique)

Que pensez-vous de ces startups françaises qui font bouger le secteur de l’impression 3D ? D’autres sociétés vous viennent à l’esprit ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK