menu

Les startups de l’impression 3D qu’il ne fallait pas manquer en 2021

Publié le 14 décembre 2021 par Philippe G.
startup 3D 2021

Depuis plusieurs années maintenant, 3Dnatives vous propose tous les mois de découvrir une startup spécialisée dans le secteur de la fabrication additive. Fabricants d’imprimantes 3D et de matériaux, développeurs de logiciels ou distributeurs de machines, nombreuses sont les jeunes entreprises à développer des solutions qui impacteront l’avenir. Et comme la fin d’année approche, il est temps d’élire celle qui, selon vous, a été la plus innovante sur le marché de la fabrication additive cette année. Pour ce faire, rien de plus simple : rendez-vous en bas de l’article pour sélectionner qui selon vous mérite d’être élue la startup 3D de l’année 2021. Et pas d’inquiétude, si vous avez raté certaines des sociétés présentées au cours de l’année, on vous a préparé un résumé ci-dessous ! Les résultats seront annoncés le 4 janvier sur 3Dnatives.

Votez maintenant pour la startup de l’année

#1 : ICON et l’impression 3D sur la Lune 

Fondé en 2017, ICON s’est spécialisé dans l’impression 3D de bâtiments. Depuis sa première maison imprimée en mars 2018 au Texas, la société américaine a parcouru un long chemin. Aujourd’hui on ne compte pas moins de 20 bâtiments conçus par ICON, alors que de nombreux projets sont encore en cours de réalisation. Élue startup du mois en janvier, l’entreprise collabore notamment avec la NASA afin de réaliser un projet plus qu’ambitieux. Ensemble, les deux sociétés souhaitent imprimer en 3D des bâtiments sur la Lune à partir de régolithe, un matériau provenant de la surface lunaire. Pour ce faire, ICON souhaite utiliser son imprimante 3D de type portique baptisée Vulcan, capable d’imprimer jusqu’à 185 mètres carrés de maison avec un matériau appelé Lavacrete. Vous pouvez retrouver l’ensemble de l’interview avec la startup américaine ICI.

Crédits photo : ICON

#2 : Addiguru et son logiciel de surveillance en temps réel pour l’impression 3D

En 2019, alors que la fabrication additive se démocratise dans plusieurs industries, Shuchi Khurana décide de lancer Addiguru. Afin de limiter les problèmes lors des procédés d’impression et d’automatiser le processus de production, la jeune entreprise a développé une solution logicielle pour surveiller en temps réel le procédé de fabrication. À ses débuts, le logiciel d’Addiguru était seulement compatible avec le procédé de fusion laser sur le lit de poudre. Conçu pour être facilement ajouté à d’autres procédés, Addiguru travaille actuellement sur le dépôt de matière fondue ainsi que sur le procédé DED. Retrouvez l’intégralité de l’interview avec Shuchi Khurana ICI. 

Crédits photo : Addiguru

#3 : xolo et l’impression 3D volumétrique 

Située en Allemagne, la startup xolo souhaite bouleverser les codes de la photopolymérisation grâce à un procédé d’impression 3D volumétrique. Baptisé xolographie, il offre un processus de fabrication beaucoup plus rapide, une surface plus lisse et davantage de possibilité en termes de matériaux. À titre d’exemple, l’imprimante 3D xube, basée sur la xolographie, serait capable de concevoir des pièces en seulement 20 secondes pour les plus petites et 5 minutes pour les plus volumineuses. Compatible avec les mêmes photopolymères que les procédés SLA et DLP, la technologie de xolo s’adresse pour le moment au monde de la recherche et devrait permettre aux chercheurs de réaliser des idées qui ne sont pas envisageables dans le cadre de l’impression conventionnelle couche par couche.

Crédits photo : xolo

#4 : Mobile Smart Factory promeut la fabrication locale

Après de longs mois marqués par la pandémie mondiale, de nombreuses entreprises ont cherché des solutions pour transformer les chaînes d’approvisionnement. Parmi elles, on retrouve la Mobile Smart Factory, une solution développée pour favoriser la fabrication locale et pour fournir des pièces à la demande. La Mobile Smart Factory est une usine modulaire enfermée dans un conteneur équipé de dispositifs d’impression 3D. Cette “mini-usine” permet de réparer et fabriquer des pièces à tout moment, sans avoir besoin d’inventaire ou de stock physique. La solution s’adresse aux industries situées dans des zones reculées où les capacités de logistique sont limitées. Elle peut par exemple être déployée dans des mines ou des plateformes pétrolières et gazières. Johannes Schmidt, acteur du projet, vous en dit plus ICI. 

Crédits photo : Mobile Smart Factory

#5 : One Click Metal veut rendre la fabrication additive métal accessible à tous

One Click Metal souhaite démocratiser l’accès à la fabrication additive métal en proposant une solution d’impression simple à utiliser, un système de poudres moins complexe à manipuler, à un prix plus abordable. Avec des machines basées sur la fusion laser sur lit de poudre, One Click Metal s’adresse à toutes les entreprises, quel que soit leur secteur ou leur taille. Afin de se différencier de ses concurrents, la jeune société mise sur des solutions accompagnant l’utilisateur lors de chaque étape du processus d’impression. À terme, One Click Metal désire rendre la technologie accessible à tous, en un seul clic. (Re)découvrez l’interview avec la startup allemande ICI. 

startup 3D 2021

Crédits photo : One Click Metal

#6 : Readily3D et sa technologie d’impression volumétrique basée sur la tomographie

Readily3D, une jeune startup suisse, a développé une méthode d’impression 3D volumétrique afin de créer des formes organiques complexes en quelques secondes seulement. Dans le cadre du projet européen ENLIGHT, l’entreprise a présenté ses premiers travaux sur le pancréas. À l’aide de sa technologie, Readily3D est parvenu à imprimer en 3D des tissus organiques de l’organe. Capable de solidifier la totalité d’un objet en un seul coup, l’imprimante 3D de l’entreprise est compatible avec une large gamme de matériaux photosensibles, comme les acrylates, les silicones et les hydrogels. Grâce à la bio-impression, Readily3D souhaite produire des bouts d’organes sur lesquels des tests rapides, contrôlés et répétables seront réalisés. 

Crédits photo : Readily3D

#7 : Handddle structure et industrialise les usages de l’impression 3D

Basée à Bordeaux, Handddle est une startup française qui accompagne les professionnels afin qu’ils intègrent la fabrication additive dans leurs activités. Elle propose une micro-usine, baptisée SmartFarm, capable de centraliser un parc de machines, mais aussi les solutions de post-traitement. Conçues pour démocratiser les technologies 3D, les solutions proposées par Handddle permettent une maitrise complète des processus de fabrication ainsi qu’une répétabilité dans tous types d’environnement. La jeune société s’adresse principalement aux entreprises nécessitant des besoins de fabrication interne et à la recherche d’automatisation. Si vous souhaitez en savoir plus sur Handddle et ses solutions, retrouvez l’intégralité de l’interview ICI. 

startup 3D 2021

Crédits photo : Handddle

#8 : Mantle et son procédé de fabrication additive métal à base de pâte

La startup Mantle s’est révélée aux yeux du grand public en dévoilant sa technologie de fabrication additive TrueShape. Ce procédé d’impression 3D métal se différencie des autres technologies présentes sur le marché par sa capacité à utiliser une pâte comme matériau d’impression. Cette méthode a permis d’obtenir un tout nouveau niveau de finition de surface et de précision. Ted Sorom, PDG et cofondateur de Mantle, explique que TrueShape est un procédé hybride, à la fois additif et soustractif, et que les pièces fabriquées à l’aide de ce procédé ne nécessite aucune étape de post-traitement. Toujours selon M. Sorom, utiliser une pâte comme matériau d’impression offre une meilleure précision. 

Crédits photo : Mantle

#9 : ING3D et l’impression 3D de minéraux

Située en Allemagne, ING3D a mis au point une technologie nommée Mineral Direct Laser Sintering (MDLS). S’inspirant du frittage de poudre, ce procédé d’impression 3D permet de concevoir des pièces très légères et ininflammables. De plus, le MDLS réduit par 10 le coût de l’impression et accélère le processus de fabrication. La technologie de ING3D consiste à fritter des matériaux minéraux légers, comme la perlite, à l’aide d’un laser CO2. Ce procédé ne nécessitant aucun additif, la matière première reste pure dans sa forme et peut être éliminée sans problème après la période d’utilisation. Pour le moment, le MDLS est utilisé dans des applications diverses et variées, comme l’isolation des fours ou bien la filtration de l’eau. David Manjura, fondateur d’IGN3D, vous en dit plus ICI.  

Crédits photo : ING3D

#10 : Shapeshift 3D et sa plate-forme de personnalisation pour l’impression 3D

Originaire du Canada, Shapeshift 3D propose une plate-forme permettant de fabriquer des équipements sportifs et médicaux personnalisés. Du scan à l’impression, la solution logicielle de Shapeshift 3D permet de fabriquer différents produits, tels que des orthèses, des prothèses ou encore des casques de vélo. Optimisée par intelligence artificielle, la plate-forme est en mesure de venir en aide aux professionnels. Une fois le fichier 3D entré sur le logiciel, celui-ci le rectifie automatiquement et réalise les ajustements personnalisés. En bref, grâce aux avantages des technologies 3D, la jeune pousse canadienne est en mesure de fournir à ses utilisateurs des pièces parfaitement adaptées.

startup 3D 2021

Crédits photo : Shapeshift 3D

#11 : Des vases aux façades, Concrete 3D mise sur l’impression 3D béton

Dans le secteur de la construction, de plus en plus d’entreprises se tournent vers la fabrication additive. Parmi elles, on retrouve Concrete 3D, une jeune entreprise autrichienne qui utilise l’impression 3D pour bâtir tous types de structures. La startup propose donc à ses clients des éléments de façade et des meubles de maison imprimés en 3D. À l’aide la technologie, Concrete 3D offre à ses clients des constructions plus légères mais surtout plus durables. L’impression 3D permet à l’entreprise d’utiliser seulement la quantité nécessaire de matériau, ce qui réduit considérablement les émissions de CO2. À terme, l’entreprise souhaite offrir aux architectes et autres professionnels du secteur de la construction de nouvelles perspectives grâce aux technologies 4.0. Michael Gabriel, chef de division chez Concrete 3D, revient sur les technologies et ambitions de la société ICI. 

Crédits photo : Concrete 3D

#12 : Exponential Technologies optimise les paramètres d’impression 3D grâce à l’IA

Afin que les entreprises optimisent les processus et les paramètres des machines ainsi que la composition des matériaux, la startup Exponential Technologies (xT) propose une plateforme d’intelligence artificielle (IA) et un système de gestion de la recherche. Grâce à l’apprentissage automatique, la jeune société espère favoriser l’adoption massive de la fabrication additive comme méthode de fabrication traditionnelle. L’IA permet notamment d’optimiser les paramètres des machines afin que ces dernières se montrent le plus perforantes possibles. Matthias Kaiser, PDG de xT, vous en dit plus sur l’intérêt de l’apprentissage automatique ICI.

startup 3D 2021

Crédits photo : Exponential Technologies

Votez sans plus tarder pour votre startup 3D préférée de 2021 ! 

Quelle a été votre startup de l'impression 3D préférée en 2021 ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Que pensez-vous des startups du mois de l’année 2021 ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. DUGUE DANIEL dit :

    bonjour
    je ne mets pas en doute votre sélection des jeunes sociétés innovantes de 2021:
    mais j’ai eu une découverte qui va révolutionner la production industrielle de la 3D
    c’est la société  » SCLUPMAN.COM » je vous laisse découvrir cette avancée technologique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks