menu

Les startups de l’impression 3D qu’il ne fallait pas manquer en 2020

Publié le 17 décembre 2020 par Mélanie R.
startup 3D 2020

Une startup est une jeune entreprise caractérisée par une idée innovante, un produit qui sort du lot, un service encore jamais imaginé auparavant. Les startups servent de moteur, d’intégrateurs de la numérisation et favorisent la compétitivité et l’innovation. Comme le marché de l’impression 3D a encore un grand potentiel de croissance, les startups sont d’une grande importance dans le développement de l’industrie. C’est pourquoi nous vous présentons chaque mois une nouvelle startup dans le domaine de la fabrication additive, que ce soit un fabricant de machines, un service ou encore un éditeur de logiciels. En cette fin d’année, il est temps pour vous d’élire votre startup préférée : quelle est l’entreprise qui, selon vous, a été la plus innovante ? Celle qui a su casser les codes et proposer une solution pour faire avancer le marché de l’impression 3D ? Nous vous avons donc préparé un récapitulatif des startups 2020 : vous avez jusqu’au 4 janvier pour voter ICI. Nous annoncerons ensuite le gagnant le 5 janvier !

AdditiveLab, la startup de janvier

La startup belge AdditiveLab propose un logiciel de simulation pour la fabrication additive. Celui-ci permet aux clients de créer des modèles spécifiques pour la simulation de processus d’impression 3D. Ils peuvent ainsi se faire une idée des coûts prévus des matériaux et des machines, ainsi que de la durée du processus de fabrication. Cela est particulièrement avantageux pour l’impression 3D métal, car les métaux sont plus chers à l’achat et à la production que les polymères. Le logiciel est disponible en deux options différentes : AdditiveLab RESEARCH et AdditiveLab LITE. AdditiveLab RESEARCH s’adresse aux ingénieurs de simulation avancés et donne accès à des capacités de simulation approfondies. AdditiveLab LITE s’adresse aux ingénieurs sans expérience de la simulation en raison de sa facilité d’utilisation et constitue l’option la plus rentable.

La solution de AdditiveLab

3DQue Systems, la startup 3D de février 2020

La startup canadienne 3DQue Systems a développé un système qui permet une production permanente. Il s’agit de l’imprimante QPod 3D et du logiciel QSuite associé. Cette solution permet de produire en interne des pièces en plastique avec peu, voire pas, de maintenance. Elle permettrait la production à la demande de pièces en PLA, ABS, TPU, PETG et nylon, par exemple.

Startup 2020

3DQue Systems offrirait un processus d’impression 3D continu

Selon le fabricant, les délais peuvent être réduits de 95 % (de quelques mois à quelques heures) et les niveaux de stock de 85 %, ce qui permet de réduire les coûts. Avec cette solution, 3DQue Systems veut montrer que les imprimantes FDM sont tout à fait capables de fabriquer au-delà des prototypes.

6K, la startup du mois de mars

6K est une jeune entreprise américaine spécialisée dans la production de matériaux sous forme de poudre pour la fabrication additive et autres processus de production. Pour la production de poudres, la société a développé son système de plasma micro-ondes, appelé UniMelt. Celui-ci transforme une large gamme de matériaux tels que la céramique, les métaux et les plastiques en poudres de haute qualité à 6 000 degrés. Cela permet, par exemple, de créer des alliages uniques. La solution est également convaincante en termes de durabilité : même les déchets de machines certifiés, la poudre usagée et autres sources de matières premières potentielles peuvent être reconvertis en poudre de qualité.

startup 3D 2020

6K permet de réutiliser différentes poudres et de les convertir en matériaux pour la fabrication additive

MakerOS est la startup 3D d’avril 2020

Notre startup du mois d’avril 2020 était MakerOS. Elle a développé un logiciel en ligne pour les entreprises qui offrent des services d’impression 3D et autres services de fabrication numérique. La plateforme MakerOS vous permet essentiellement de communiquer, de soumettre des projets, de consulter les mises à jour et d’accéder aux fichiers et aux factures depuis un seul endroit central. Elle a donc été conçue pour permettre aux entreprises de contrôler à distance leur chaîne d’approvisionnement et de gérer efficacement l’ensemble de leur flux de travail. Avec la croissance attendue du marché de l’impression 3D et la remise en question des chaînes d’approvisionnement, notamment avec la pandémie du COVID-19, MakerOS considère sa solution comme attrayante et utile, surtout pour les entreprises de ce secteur.

Startup 2020

La plate-forme de MakerOS permet d’optimiser les flux de travail de l’impression 3D

Marklix, la startup du mois de mai

L’impression 3D permet de fabriquer à la demande des pièces à des coûts essentiellement constants et prévisibles, ce qui la rend adaptée à la production à petite échelle. C’est notamment pour cette raison que la startup Marklix a décidé d’utiliser la fabrication additive comme outil de production pour son entreprise. Son activité consiste à produire des pièces de rechange à bas prix pour encourager davantage de gens à réparer au lieu d’acheter de nouveaux objets. C’est pourquoi la société française a développé sa plate-forme en ligne. Celle-ci permet aux gens de rechercher les pièces détachées dont ils ont besoin et de les fabriquer ensuite via un service d’impression 3D.

Marklix veut lutter contre l’obsolescence programmée

dp polar est notre startup 3D de juin 2020

En juin 2020, on vous présentait l’entreprise allemande dp polar qui a développé le premier système de fabrication additive industriel avec une plateforme d’impression à rotation continue, appelé AMpolar® i2. Contrairement aux procédés traditionnels, ce n’est pas la tête d’impression qui bouge, mais la zone sur laquelle on imprime. Selon le fabricant, cela devrait permettre d’imprimer des composants de haute précision jusqu’à 20 fois plus rapidement, en plus grandes quantités et avec un volume de fabrication d’environ 700 litres. De plus, différents matériaux spécifiques aux clients pourraient être traités en un seul passage. Ainsi, le système breveté de dp polar devrait ouvrir la voie du prototypage rapide à la production industrielle en série.

Startup 2020

L’imprimante dp polar intègre un plateau d’impression 3D capable de tourner de façon continue

CASTOR, notre startup 3D de l’été

La société CASTOR, basée en Israël, a développé une solution logicielle pour aider les entreprises manufacturières à réduire leurs délais d’impression 3D et leurs coûts de fabrication. Pour ce faire, le logiciel d’impression 3D effectue une analyse technique et économique des fichiers CAO et fournit un retour d’information détaillé sur les pièces, comme la méthode de fabrication, l’imprimante et le matériau appropriés. Ce faisant, il intègre les exigences de la pièce finale, procède à des optimisations et fournit des informations sur les coûts et les délais de livraison. CASTOR met ensuite en relation le fabricant de la pièce avec un service d’impression 3D approprié. Cette solution convient aussi bien aux débutants qu’aux experts, car elle est facile à utiliser et automatise les processus de contrôle des pièces.

Le logiciel de CASTOR facilite la fabrication

Azul 3D, l’autre startup 3D de l’été 2020

La société américaine Azul 3D était notre startup d’août 2020. Elle est partie d’un simple constat : les imprimantes 3D résine sont trop limitées par leur faible vitesse d’impression et la taille de leur plateau. La startup a donc développé sa propre technologie HARP. Leur imprimante 3D grand format basée sur la stéréolithographie serait capable d’imprimer des pièces de taille adulte en seulement 2 heures. Ce faisant, Azul 3D souligne que le grand format ne désigne pas seulement la production de grandes pièces, mais aussi de pièces de taille moyenne que l’on peut assembler par la suite.

Metallum3D, startup 3D de septembre

Metallum3D est, comme son nom l’indique spécialisée dans la fabrication additive métallique. Pour améliorer les procédés déjà existants, la société a mis au point un procédé de frittage par micro-ondes. Ce processus utilise des guides d’ondes à fentes non résonants à polarisation croisée, ainsi que des matériaux granulaires capables d’absorber de l’énergie électromagnétique et de la convertir en chaleur. On dit que cette combinaison rend la vitesse de chauffage 5 à 10 fois plus rapide et le temps de frittage jusqu’à 80 % plus court que le frittage traditionnel. De plus, la chaleur est répartie de manière beaucoup plus égale. Avec son procédé, Metallum3D veut ouvrir la possibilité d’utiliser commercialement le frittage par micro-ondes à grande échelle.

Startup 2020

Metallum3D veut améliorer les procédés de frittage

Voltera, la startup 3D d’octobre 2020

La micro-impression a permis à la fabrication additive de trouver sa place dans l’industrie électronique. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui a motivé Voltera a développé sa machine V-One, une solution pour permettre l’impression 3D de circuits. Le processus d’impression commence par l’ouverture des fichiers Gerber, le format de mise en page standard pour les PCB, dans le logiciel CAM. Cela permet de convertir les fichiers d’entrée en parcours d’outils, la machine se calibre elle-même et est prête à commencer à créer le circuit. Bien que la V-One soit destinée aux professionnels, sa facilité d’utilisation permet de l’employer également dans les universités et les écoles. Ainsi, Voltera vise à révolutionner le secteur de l’électronique.

La machine de Voltera

Aeditive, startup en novembre

Aeditive est une startup de haute technologie fondée en 2019 et basée à Norderstedt près de Hambourg. Visant à numériser le secteur de la construction avec des solutions d’impression robotisées, la société est spécialisée dans l’impression 3D béton. Leur imprimante béton Concrete Aeditor permet de produire des pièces de dimensions maximales de 11x4x4 mètres sur un plateau en acier en utilisant la méthode du béton extrudé. Dans ce processus, un robot applique le béton couche par couche, tandis qu’un second robot finit les surfaces. De cette manière, Aeditive veut permettre à ses clients d’atteindre un haut degré d’automatisation dans la production de pièces en béton et en même temps des produits plus durables grâce à des économies de matériaux.

iFactory3D pour terminer cette année

Notre startup de décembre, iFactory3D, a développé une imprimante FDM dotée d’un tapis roulant comme plateau de construction. Appelée iFactoryOne, cette imprimante 3D est conçue pour permettre la production en série de pièces de n’importe quelle longueur, sans aucune interruption. Elle convient aux concepteurs, aux ingénieurs, aux étudiants, aux entrepreneurs, aux prestataires de soins de santé et au secteur de l’éducation, avec un prix inférieur à 1 000 dollars. L’entreprise allemande a également équipé l’imprimante 3D de fonctionnalités pour qu’elle fonctionne sans opérateur et qu’elle puisse être contrôlée à distance. Ainsi, iFactory3D automatise le processus d’impression et permet une production en grand volume.

Startup 2020

L’imprimante 3D de iFactory3D

Votez sans plus tarder pour votre startup préférée ICI ! N’hésitez pas non plus à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you