menu

Un pavillon imprimé en 3D à partir de PET recyclé

Publié le 12 mars 2021 par Mélanie R.
royal3D

Aux Pays-Bas, la fabrication additive a de nouveau fait ses preuves dans le secteur de la construction : le service d’impression Royal3D a réalisé une sorte d’abri pour un espace de travail modulable imprimé en 3D. Et cette fois-ci, ce n’est pas du béton traditionnel qui a été utilisé mais du PET, ce fameux plastique dont sont composées nos bouteilles d’eau et emballages alimentaires. Cet abri, baptisé R-IGLO, aurait été conçu sur la machine CFAM Prime du fabricant CEAD, un spécialiste de l’impression 3D composite continue.

CEAD est un fabricant hollandais qui a misé sur la fabrication additive composite grand format en développant une machine XXL capable de concevoir des pièces jusqu’à 4 x 2 x 1.5 mètres. Celle-ci vient extruder toutes sortes de polymères sous la forme de granulés et propose donc une impression composite à partir de fibres continues. Dans le cadre de la construction de R-IGLO, c’est du PET recyclé qui a été choisi par le service d’impression Royal3D, à l’image de ce premier pont imprimé en 3D à Rotterdam, réalisé lui aussi avec une machine CEAD.

La machine utilisée pour le projet (crédits photo : Royal3D)

Royal3D inscrit son projet dans une démarche d’économie circulaire

Le prestataire hollandais a travaillé de près avec l’entreprise de design paramétrique ArchiTech Company pour imaginer ce pavillon. Son nom a plusieurs significations puisque le “R” rappelle le côté réutilisable, recyclable mais aussi Rotterdam et Royal 3D. Le “IGLO” quant à lui évoque la forme même du pavillon. Encore en phase pilote, R-IGLO a été réalisé à partir de déchets plastiques, ici du PET, provenant du port de Rotterdam. Un projet qui s’inscrit donc dans une logique de production locale et d’économie circulaire. L’abri est personnalisable et modulable selon les besoins – quatre tailles pourraient être proposées à terme par Royal3D (petit, moyen, grand, très grand). Les créateurs ajoutent : « R-IGLO combine plusieurs fonctions, comme une structure autoportante et une forme de mur intégré optimisé sur le plan acoustique. Et il est même équipé d’un système de ventilation, de chauffage, d’électricité et d’éclairage LED. » Enfin, plusieurs couleurs seront disponibles.

En tout cas, si le projet est concluant, les partes prenantes pourraient chercher à le commercialiser, que ce soit pour des espaces de travail, des stands d’exposition ou encore pour abriter une terrasse. Royal3D précise sur son site que la construction ne prendrait que quelques semaines, avec un montage en deux jours. C’est en tout cas une belle initiative qui montre bien comment l’impression 3D peut s’inscrire dans une démarche d’économie circulaire tout en répondant à des besoins architecturaux. Vous pouvez retrouver davantage d’informations ICI.

R-IGLO est modulable et personnalisable (crédits photo : Royal3D)

Que pensez-vous du R-IGLO ? Comment l’impression 3D influence-t-elle le secteur de l’architecture ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D