menu

Rencontre avec le fondateur du célèbre magazine MAKE à la Maker Faire Saint-Malo

Publié le 14 octobre 2013 par 3Dnatives

3Dnatives a dédié son week-end à la Maker Faire de Saint-Malo (organisée par leFabshop), événement qui a rassemblé 2800 personnes  petits et grands, amateurs et initiés, nerds ou artistes en herbe mais toutes passionnées par l’envie de créer des objets.

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Dale Dougherty le fondateur du célèbre magazine MAKE en 2005 et aussi de la première Maker Faire au monde à San Mateo en 2006.

MAKE est le premier magazine complètement dédié au  »Do It Youself » et aux Makers, son équipe est aussi à l’initiative de beaucoup de Maker Faire à travers le monde, comme celle de NYC ou de Rome récemment.

Dale nous a fait le plaisir de répondre à nos questions, au sortir de sa conférence.

3DN: A votre avis pourquoi le phénomène des Maker Faire est plus développé aux US que dans les autres pays ?

La raison principale est que nous avons lancé le phénomène aux Etats-Unis en 2006 mais aussi car nous avons eu des financements importants aux Etats unis.  Ceci étant dit, au premier Maker Faire de Rome datant d’à peine 15 jours, 35 000 personnes se sont rassemblées sur l’événement, ce qui montre une engouement important en Europe aussi. L’envie de créer des choses existe dans toutes les cultures et tous les pays, et n’est pas localisée en tant que tel sur certaines zones. J’irai même plus loin, je pense que ce n’est pas une tendance, mais une sorte de tradition. Nombre d’entre nous ont vu leurs grands-parents créer des objets ou tout simplement les réparer. Il s’agit d’un phénomène qui suit les générations et qui est plus présent à nouveau aujourd’hui. Je pense donc que nous sommes encore tout au début de cette phase de rassemblements et que nous allons voir de plus en plus de Maker Faire s’organiser autour du globe comme ici, en local, à Saint-Malo.

3DN: Qui sont les personnes qui viennent au Maker Faire ?

C’est assez intéressant de voir que c’est très hétéroclite, ce ne sont pas seulement des visiteurs ou exposants venant du monde du digital expertes en javascript ou tout autre code, mais aussi des familles qui viennent avec leur enfants, ou tout simplement des personnes avides de découvrir ce qu’on peut fabriquer chez soi ou par soi-même. La tendance la plus marquée est liée au fait que les personnes qui viennent au Maker Faire ne se connaissent pas et pourtant elles finissent toutes par échanger, discuter, apprendre, partager des connaissances et des techniques et ce qui empêchent la seule localisation du phénomène des Makers car il s’appuie sur la rencontre et l’échange.

3DN: Quelles sont les différentes étapes de maturité chez un maker ?

Un maker est une personne qui a une idée et qui décide de la réaliser, c’est l’étape 1 qu’on appelle aussi de « 0 à Maker » (0 to maker). Cette démarche demande de l’énergie, car le maker va rencontrer des difficultés dans sa première réalisation, il faut donc croire en son idée et persévérer. S’en suit une étape importante qui est celle de l’échange avec la communauté afin de trouver des solutions et dépasser les blocages dans la fabrication. Le monde digital est important dans cette phase, car les forums, les chats, les échanges de fichiers et sites de partage permettent de mettre cette énergie en commun afin de réaliser de belles choses, abouties, optimisées. Et la dernière étape, plus rare, est de passer à un niveau industriel de sa fabrication, en concevant des objets pour ses amis ou pour créer un business.

3DN: Voyez vous des différences entre les Makers et ce qu’ils fabriquent dans différents pays ?

Chaque culture a naturellement ses différences, mais avec l’internet on se rend compte que nous nous influençons tous mutuellement et que les tendances et idées finissent par dépasser les frontières. Il est vrai que les Maker Faire sont des vrais catalyseurs de créations lorsqu’ils se produisent quelque part, mais le partage étant inhérent à ces événements, les créations réalisées sur place influencent les prochaines.

3DN: Planifiez vous de lancer votre magazine dans d’autre pays ?

Nous sommes déjà présents dans plusieurs pays en Asie comme le Japon, Taiwan, la Corée et la Chine. C’est vrai que nous sommes parfois distribués par notre version anglaise dans d’autre pays. Nous réfléchissons bien entendu aussi à nous développer en Europe voire en France et pourquoi pas avec des partenaires.

3DN: Voyez vous une augmentation de l’utilisation d’imprimantes 3D dans les Maker Faire ?

Oui absolument! Notamment sur les derniers mois, c’était d’ailleurs très intéressant de constater à la Maker Faire de Rome le fait qu’en Europe vous avez un écosystème d’imprimantes 3D toutes très différentes et provenant d’initiatives de nombreuses sociétés. Cela va être intéressant d’en mesurer l’évolution dans les années à venir.

3DN: A votre avis serons-nous tous équipés d’imprimantes 3D à la maison d’ici quelques années ? 

(rires) A vrai dire je ne sais pas et je ne veux pas tenter de prédire ce genre de choses, c’est à la fois très facile et risqué. Mais nous pouvons constater des similitudes avec des équipements de particuliers existant. Un très grande majorité de personnes ont une machine à café à la maison, et beaucoup d’entre elles ont en particulier une machine à espresso, mais pas tous et ce business de la machine à espresso reste malgré tout un énorme marché. Pour moi, le phénomène des imprimantes 3D est similaire : une grande majorité des personnes ont un ordinateur avec une imprimante 2D, l’imprimante 3D sera elle un peu l’équivalent de la machine à espresso dans l’équipement des foyers. Cela concerne les initiatives et équipements personnels des foyers. Dans l’industrie ou les business B2C,  Il y aura aussi beaucoup de  »copy shops » qui permettront d’imprimer à distance et de se faire livrer ses réalisations 3D. Tout ceci reste encore à créer !

Merci @dalepd pour cette interview !

Quelques photos de la Maker Faire de Saint Malo

Merci aussi à toute l’équipe du Fabshop pour avoir organisé ce superbe événement. Vivement le prochain !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. […] The New Industrial Revolution » ou Dale Dougherty, que l’on interrogeait il y a peu sur 3Dnatives, sont interviewées au cours du documentaire. La vidéo de bande-annonce […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you