menu

#Startup3D : Relativity Space et ses fusées imprimées en 3D

Publié le 5 avril 2018 par Mélanie R.
relativity space

La fabrication additive repousse les limites terrestres et s’invite dans l’espace : Relativity Space en est un parfait exemple! Cette startup américaine a inventé une méthode d’impression 3D pour créer des fusées entières qui pourraient bien prendre leur envol d’ici quelques années. Leur procédé Stargate serait en effet capable de fabriquer une fusée complexe en 60 jours, de façon plus rentable et bien évidemment plus rapidement que les méthodes de fabrication traditionnelles. Le co-fondateur de Relativity, Tim Ellis, est d’ailleurs convaincu que l’impression 3D est l’avenir de la fabrication aérospatiale. Nous l’avons donc rencontré pour en savoir plus sur les ambitions de cette jeune pousse et la technologie utilisée.

3DN : Pouvez-vous vous présenter et nous en dire plus sur Relativity?

Bonjour, je m’appelle Tim Ellis et je suis le co-fondateur de Relativity. C’est une startup qui a développé un tout nouveau procédé pour fabriquer des fusées. Avant de créer Relativity, j’étais ingénieur sur la partie développement propulsion chez Blue Origin, l’entreprise spatiale de Jeff Bezos. Nous avions des délais extrêmement courts pour finir certains projets et pour les respecter, j’ai imprimé en 3D les premières pièces métalliques de Blue Origin. Après avoir observé leur succès, j’ai effectué une étude de cas et une feuille de route afin de commencer une activité de fabrication additive métal chez Blue Origin et j’ai proposé à la direction de l’implémenter. En voyant à quel point ce processus était rapide et moins cher, mon associé, Jordan Noone (SpaceX) et moi-même avons décidé de créer une fusée entière au lieu de s’arrêter à quelques pièces. C’est de là qu’on est parti pour fonder Relativity. Nous avons ensuite obtenu des fonds de Y Combinator et Mark Cuban et avons depuis levé plus de $10 millions dans l’idée d’automatiser la production de fusée grâce à l’impression 3D robotisée.

relativity space

Tim Ellis, co-fondateur de Relativity Space

3DN : Pouvez-vous nous expliquer le processus de fabrication des fusées développé par Relativity?

Nous utilisons la fabrication additive métal pour créer plus de 95% des composants de nos fusées. Cela réduit le nombre total de pièces par rapport aux méthodes traditionnelles (1 000 contre 100 000!) ce qui simplifie non seulement l’assemblage mais également le design, l’analyse, la chaîne logistique et les tests. Afin de fabriquer de très grandes structures comme des réservoirs pour fusée et le fuselage, nous avons inventé notre propre technologie d’impression 3D robotisée que nous avons baptisée Stargate. C’est la plus grande imprimante 3D métal du marché qui utilise des bras robotisés; notre tête d’impression brevetée, nos capteurs, notre logiciel et nos alliages de métaux nous permettent aussi de produire une structure solide de la fusée en aluminium. Nous ajoutons ensuite de petites pièces détaillées réalisées à partir d’imprimantes 3D qui reposent sur une technologie de fusion sur lit de poudre métallique. C’est une approche de fabrication évolutive et rapide pour un produit aérospatial complexe. Une fois entièrement développée, nous serons capable de fabriquer une fusée, la tester, intégrer une charge utile de satellite et le mettre en orbite en moins de 60 jours.

Le nom original de notre fusée était Antoni 1 (du nom d’Antoni Gaudi). Ma sœur a vécu à Barcelone pendant de nombreuses années et j’ai été inspiré par la fusion des mathématiques et de la nature dans son architecture. Tout comme la topologie organique a optimisé les formes imprimées en 3D!

relativity space

La machine Stargate

3DN: Pouvez-vous nous en dire plus sur le projet de la première fusée imprimée en 3D sur Mars?

Le but de Relativity sur le long terme est de soutenir et d’étendre une société interplanétaire. Cela inclut l’objectif ultime de l’impression 3D de la première fusée sur Mars. Nous avons été inspirés par SpaceX qui souhaite envoyer des humains sur Mars pour y vivre de façon définitive. Toutefois, nous pensons que de nombreuses entreprises doivent travailler sur les technologies de base nécessaires pour construire les logements, l’industrie, l’économie, les transports et finalement les fusées pour tout ramener sur Terre. A date, aucune autre entreprise, mis à part SpaceX, n’a été fondée avec comme but premier l’installation sur Mars, et nous croyons qu’il est possible d’aider à faire de cet avenir une réalité. Il s’avère que ce dont on a besoin pour créer des produits sur Mars à partir de matériaux locaux est une petite solution légère, flexible, intelligente et automatisée capable d’être lancée sur une fusée depuis la Terre. Et cette solution pourrait être une imprimante 3D. Du coup, notre objectif de développement à court terme qui vise à lancer des satellites de façon plus rentable et rapide avec des fusées imprimées en 3D s’inscrit dans la même veine que la fabrication de fusées sur Mars.

relativity space

Le partenariat avec la NASA permet à Relativity de profiter de ses installations

3DN : Avec quelles entreprises du secteur spatial travaillez-vous?

Nous sommes très intéressés par les entreprises qui souhaitent mettre des satellites en orbite. Nous avons également contracté un partenariat avec la NASA pour tester nos moteurs de fusées, la structure de nos réservoirs et nos fusées. Ce partenariat nous permet d’utiliser les installations et infrastructures de la NASA et nous fait économiser du temps et de l’argent en nous évitant de construire nos propres installations.

3DN : Quels sont les projets de Relativity Space?

Cette année, nous commencerons à intégrer notre moteur dans les grandes structures imprimées par Stargate. Cela nous rapprochera de notre objectif de vol orbital en 2021 et prouvera que les technologies d’impression 3D développées peuvent permettre la fabrication d’un produit très complexe. Nous avons encore beaucoup de choses à annoncer cette année, notamment une croissance importante dont nous sommes très contents.

relativity space

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs?

Nous sommes convaincus que l’impression 3D est l’avenir de la fabrication aérospatiale. Parce que les produits imprimés en 3D sont conçus à partir de rien, ils s’impriment plus vite et sont moins chers. Traditionnellement, en commençant avec un grand bloc de métal et en le sculptant, cela prend plus de temps et coûte plus cher pour obtenir un composant très mince, optimisé et léger. Nous croyons donc que l’impression 3D est fondamentalement meilleure pour tout ce qui vole. Vous pouvez retrouver davantage d’informations sur notre site internet.

Que pensez-vous de ces fusées imprimées en 3D? Partagez votre opinion en commentaire de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you