menu

Conseils d’experts : Comment recruter et être recruté dans le secteur de la fabrication additive ?

Publié le 12 novembre 2019 par Mélanie R.
recrutement en impression 3D

L’offre et la demande d’emplois liés au secteur de la fabrication additive augmentent rapidement et les entreprises comme les candidats doivent se préparer aux changements en cours. Nous commençons à parler de l’évolution des emplois existants dans l’industrie et de la manière dont la mise en place de technologies de fabrication additive peut les modifier. Selon le rapport «The Future of Jobs» de 2018, 16% de nouveaux postes liés à l’industrie 4.0 et à la fabrication additive ont été créés, un chiffre qui devrait passer à 27% d’ici 2022. Pour nous préparer à ces changements aujourd’hui, nous nous sommes posé plusieurs questions : comment recruter et être recruté dans le secteur de l’impression 3D ? Quelle direction l’avenir professionnel prendra-t-il ? Quels sont les défis du recrutement en impression 3D ?

Afin de répondre à ces questions, nous avons interrogé trois experts du marché de la fabrication additive : Audrey Chikhaoui, fondatrice de RosaParks Consulting, un cabinet de recrutement par approche directe dans les secteurs de l’Informatique Industrielle et de la Fabrication additive ; Eduardo Alonso est le Directeur Général de EOS France, un des fabricants d’imprimantes 3D industrielles leaders du marché ; Clément Moreau, co-fondateur de Sculpteo, l’un des principaux services d’impression 3D sur le marché français.

Quels sont les profils les plus recherchés dans le secteur de l’impression 3D ?

Dans notre étude réalisée cette année sur l’évolution du marché du travail dans l’impression 3D, nous avons constaté que de nombreux emplois sont recherchés dans le secteur, que ce soit des postes de techniciens, d’ingénieurs, de commerciaux ou encore de graphistes, et que plus de 70% d’entre eux sont des postes à long terme. Il nous paraît important de revenir sur les types de profil les plus recherchés aujourd’hui et de comprendre les besoins des entreprises afin que les candidats puissent bien s’y préparer.

EOS et Sculpteo s’accordent à dire que les techniciens sont les plus demandés ; Eduardo Alonso précise : « Nous cherchons principalement des techniciens de service itinérants pour l’installation et la maintenance des imprimantes 3D EOS chez nos clients. Nous cherchons aussi assez fréquemment des profils de commerciaux et d’ingénieurs d’applications. » Audrey Chikhaoui évoque quand même une légère évolution en précisant qu’il y a davantage de profils de managers techniques et de commerciaux qui sont aujourd’hui recherchés alors qu’en 2017, c’était essentiellement des profils techniques et SAV. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise quand on y pense car la fabrication additive fait appel à des compétences techniques pour faire marcher la machine, gérer ses paramètres, la réparer si besoin, etc.

recrutement en impression 3D

Le secteur est aujourd’hui à la recherche de profils techniques

Côté secteurs d’activité, ce sont principalement les industriels de l’aéronautique et de l’automobile qui recrutent le plus, suivis par les fabricants d’imprimantes 3D et les revendeurs. En effet, selon Audrey Chikhaoui, ce sont des entreprises qui ont besoin davantage de main d’œuvre pour leurs services R&D, le SAV et toute la partie commerciale. Elle poursuit : « Bonne nouvelle, le secteur de la Fabrication Additive embauche plus qu’elle ne débauche. Après avoir ralenti la cadence des recrutements en 2017, les effectifs salariés sont repartis à la hausse en 2018. Revers de la médaille, les fortes intentions d’embauches s’accompagnent d’une hausse aussi forte des difficultés de recrutement. »

Quelles sont justement les difficultés de recrutement ?

La fabrication additive étant une technologie relativement nouvelle dans les entreprises, elle s’accompagne souvent de défis liés aux compétences des collaborateurs : elle fait appel à des qualifications spécifiques que tous n’ont pas. Eduardo Alonso explique : « Il est difficile de trouver des profils avec de l’expérience en impression 3D. C’est une industrie nouvelle et la base de population qualifiée ne s’est pas encore développée. »

Le secteur est donc confronté à des challenges en termes de formation de la future force de travail. Clément Moreau précise : « Peu de candidats sont formés aux métiers de la fabrication additive, ou alors très partiellement. Les ingénieurs logiciels sont bien sûr en pénurie, comme dans tous les domaines en France actuellement. » On observe toutefois davantage d’écoles et d’universités qui proposent des cours dédiés à la fabrication additive, formant ainsi les jeunes aux technologies 3D – ces initiatives restent quand même marginales aujourd’hui. Il serait intéressant de suivre l’évolution de ces enjeux de formation en impression 3D et voir quelles solutions peuvent être apportées par l’éducation nationale.

recrutement en impression 3D

La formation est un véritable enjeu pour le recrutement en impression 3D

Côté formation continue, il existe des organismes de formation agréés qui peuvent combler ce gap. Clément explique que chez Sculpteo, un suivi régulier est effectué pour tous les collaborateurs : « Nous formons tous nos collaborateurs en interne à nos métiers, dans le cadre de notre démarche qualité. Un suivi permanent des compétences est réalisé, c’est fondamental. » Chez EOS, la tendance est similaire – Eduardo ajoute : « Tous nos nouveaux employés suivent un cycle de formation de plusieurs semaines dans notre siège à Krailling pour se familiariser avec la technologie. Aussi, un programme de formation continue spécifique à chaque poste a été mis en place depuis quelques années. »

Que faut-il à un candidat pour être recruté ?

Nos trois experts s’accordent à dire qu’un candidat qui veut travailler dans la fabrication additive doit être curieux et agile. Pour reprendre les mots d’Audrey Chikhaoui : « Il faut bien connaître les acteurs du marché, toutes les technologies liées à la Fabrication Additive, s’auto-former en continu, être agile et curieux, bien parler anglais et être mobile géographiquement car le secteur de la Fabrication Additive est très mouvant et international.” Eduardo ajoute : « Il faut avoir une curiosité pour les nouvelles technologies et l’innovation. Il faut de la passion pour appréhender et développer une technologie qui est encore en train de se construire. Il faut donc se montrer agile, adaptable et motivé. »

recrutement en impression 3D

Curiosité et agilité sont deux qualités clés pour le recrutement en impression 3D

Si on devait donner quelques conseils à un candidat, nous pourrions donc l’encourager à se renseigner sur toutes les technologies et matériaux qui existent, dresser un tableau des applications aujourd’hui possibles et identifier les principaux acteurs du marché. Clément Moreau conseille lui de « se former aux challenges techniques dans un fablab. » N’hésitez pas à assister à des conférences, salons et Maker Faire faire afin de rencontrer des professionnels du secteur, voir des machines en activité et poser vos questions !

Enfin, à toutes les entreprises qui recherchent à recruter des profils en fabrication additive, il serait judicieux de miser sur des programmes de formation solides et d’intégrer un suivi des compétences de chaque collaborateur. Audrey Chikhaoui conclut : « Le conseil que que je pourrais donner aux dirigeants de sociétés intervenant dans le domaine de la Fabrication Additive seraient de miser sur l’ouverture de leurs propres centres de formations d’apprentis (CFA) à l’instar de plusieurs grands noms de l’industrie qui l’ont déjà fait (Schneider, Safran, Chantiers de l’Atlantique), ce qui vont le faire (EDF) ou ceux qui étudient le projet (Valeo, Vallourec).« 

Quels sont les défis que vous rencontrez en recrutement en impression 3D ? Quels conseils pourriez-vous donner ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. CALMELS dit :

    Bonjour,
    à la demande de l’état, l’Afpa met en place, en collaboration avec des partenaires industriels, une expérimentation de formation de « Technicien Supérieur en Fabrication Additive » (environ 7 mois). A destination des demandeurs d’emploi, dans les centres de 31-Toulouse, 69-Vénissieux, 68-Mulhouse et 59-Maubeuge.
    A faire connaître aux personnes en projet de reconversion/évolution et aux entreprises désireuses de s’investir dans cette expérimentation.
    Contact Afpa: 3936 ou directement sur les centres concernés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you