menu

Air Liquide crée un réacteur imprimé en 3D

Publié le 5 octobre 2017 par Mélanie R.
réacteur imprimé en 3D

Lors de la 10ème édition du World Congress of Chemical Engineering qui a lieu à Barcelone jusqu’au 5 octobre, la Fédération Européenne du Génie Chimique (FEGC) a récompensé le groupe français Air Liquide pour son réacteur imprimé en 3D, destiné à augmenter l’efficacité de la production d’hydrogène.

Air Liquide a créé grâce à l’impression 3D un réacteur-échangeur conçu spécialement pour la production d’hydrogène; celui est extrait du gaz naturel par vaporeformage. Comment fonctionne ce processus? Le réacteur imprimé en 3D recycle la chaleur à l’origine utilisée pour produire la vapeur excédentaire et augmente le transfert de chaleur entre les flux chauds.    

réacteur imprimé en 3D

Air Liquide travaille sur le projet depuis 2015

Selon Air Liquide, la chaleur recyclée a permis à son réacteur innovant de réduire les coûts opérationnels de 20% et les émissions de CO2 de 12%. “Ce réacteur est une application très intéressante de la fabrication additive et a le potentiel pour devenir une innovation disruptive pour l’industrie” explique l’un des membres de la FEGC. L’élément clé de ce développement a été d’optimiser le design afin d’influer sur les contraintes fluidiques et thermomécaniques. 

Le spécialiste français des gaz industriels a commencé à travailler sur ce réacteur en 2015 et l’a testé avec succès dans son centre de recherche à Saclay : le réacteur a été opérationnel pendant plus de 3 000 heures. Actuellement, Air Liquide construit une usine pilote industrielle qui devrait ouvrir en 2018 ; elle précise que la commercialisation de son réacteur imprimé en 3D devrait se faire en 2020. C’est Matthieu Flim et Raphaël Faure, les représentants du groupe à Barcelone, qui ont reçu le prix. 

réacteur imprimé en 3D

Matthieu Flim et Raphaël Faure

L’entreprise est assez confiante sur le fait que la technologie aura un impact positif sur un certain nombre de secteurs qui utilisent de l’hydrogène mais aussi l’industrie du pétrole et du gaz et du gaz naturel liquéfié flottant. La fabrication additive s’est d’ailleurs déjà invitée dans le secteur de l’énergie au sens large que ce soit l’énergie nucléaire ou l’énergie éolienne. On se souvient en effet de Siemens qui a imprimé en 3D une turbine métallique pour la centrale nucléaire de Krško en Slovénie; ou encore des étudiants de l’Université de Wisconsin-Madison qui ont créé une éolienne grâce à l’impression 3D. Des initiatives qui montrent que la fabrication additive a un bel avenir dans le secteur de l’énergie.

Pour plus d’informations, consultez le communiqué de presse de l’évènement.

Que pensez-vous de ce réacteur imprimé en 3D? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you