menu

Un prototype de vélo à traction intégrale créé grâce à l’impression 3D

Publié le 29 mars 2022 par Mélanie W.
vélo traction intégrale

Imaginez-vous rouler sur un vélo conçu de manière complètement différente de ce que nous connaissons aujourd’hui. Et bien, cela pourrait devenir une réalité : le designer allemand Stephan Heinrich a utilisé la fabrication additive pour donner vie à cette idée. « The Infinity » est un concept qui pourrait briser les règles du design automobile tel que nous le connaissons aujourd’hui. Il s’agit d’une bicyclette à transmission intégrale qui, à première vue, semble être une idée assez futuriste, mais qui pourrait être déployée dans un avenir plus proche que nous le pensons. Pour l’instant, cette innovation n’en est qu’au stade du concept, mais l’impression 3D a permis de réaliser une première version physique pour démontrer sa viabilité à long terme.

Ce n’est pas la première fois que nous voyons l’impression 3D et les vélos se combiner pour un même projet, principalement pour le développement de pièces. Par exemple, la technologie permet de concevoir des cadres optimisés pour réduire le poids final des vélos. Pour ce projet spécifique, l’impression 3D a joué un rôle complètement différent de ce que nous avons l’habitude de voir. Elle a été utilisée pour créer le prototype à petite échelle de ce concept révolutionnaire de vélo à quatre roues motrices. Il reste à voir si l’idée se concrétisera et si l’impression 3D sera finalement mise en œuvre pour créer certaines des pièces.

La conception 3D de « The Infinity »(crédits photo : Stephan Heinrich)

Un futur vélo à traction intégral imprimé en 3D ?

Le vélo à transmission intégrale serait doté d’un système de chaîne monotype qui forme une jante temporaire sur les sections de la roue, ainsi que d’une transmission par courroie crantée dans la rainure intérieure. La méthode qui permet au vélo de se propulser se situe au niveau de la roue centrale, car la manivelle génère la force nécessaire au déplacement des roues. Ainsi, le vélo est mis en mouvement à l’aide de la chaîne courte et d’une boîte de vitesses à 8 rapports qui n’a rien à voir avec celles que l’on trouve habituellement sur les bicyclettes conventionnelles. Pour développer ce prototype à petite échelle, Heinrich a utilisé la technologie de frittage sélectif par laser du fabricant Sintratec.

Le nom du vélo, « The Infinity », provient de la structure même du système de transmission intégrale, qui a la forme du symbole de l’infini. En termes d’amortissement, le designer précise que le vélo sera équipé de systèmes de suspension indépendants à l’avant et à l’arrière. Cela lui permettrait de s’adapter et de faire face à toutes sortes de surfaces irrégulières. Le designer travaille encore au développement de ce concept, mais il n’hésite pas à dire qu’il pourrait révolutionner le marché et rompre avec les normes de conception actuelles : « Si le financement nécessaire est réuni et que les partenaires stratégiques de fabrication le soutiennent, le vélo pourrait bientôt passer du concept au prototype, puis à un produit commercialement viable pour les masses« . Quel que soit l’avenir de cette idée, nous vous tiendrons informés de tout nouveau développement. En attendant, retrouvez plus d’informations dans la vidéo ci-dessous :

Que pensez-vous du prototype de vélo à traction intégrale ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

*Crédits photo de couverture : Stephan Henrich

Les 4 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Itto dit :

    intéressant par contre impossible de tourner avec un truc comme ça XD

  2. MBD dit :

    Trop de perte d’énergie lié à la déformation permanente du pneu. + Plein d’autres détails techniques qui font que ce vélo ne verra jamais le jour. Mais bel exercice de design

  3. Deres dit :

    Un vélo sans la stabilité inertielle des roues, je doute que ce soit stable.

  4. Ioni dit :

    Design complètement irréaliste pour plusieurs raisons :
    – trop de fatigue de la bande de roulement a cause de déformations constantes.
    – angle de braquage visiblement très limité
    – pas de rotation de roue donc pas d’effet gyroscopique pour aider à la stabilité, tout repose donc sur l’équilibre du cycliste.
    – changement de « pneu » qui demande de presque démonter tout le cadre
    – il y a des moyens bien plus simple de faire une transmission intégrale sur un velo, par cardan par exemple

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks