menu

Project Chaos : quand une hypercar rencontre l’impression 3D

Publié le 4 mai 2020 par Mélanie R.
project chaos

Spyros Panopoulos est un passionné de voitures de course grec qui a donné son nom à son entreprise : il a récemment dévoilé le nouveau projet sur lequel il travaille depuis deux ans. Project Chaos est une hypercar aux performances très élevées qui devrait être entièrement révélée en mars 2021. Quelques détails ont toutefois été donnés, notamment le fait qu’elle intègre des éléments imprimés en 3D comme les pistons et les bielles, et qu’elle atteindrait les 500 km/h. Avec ses 3 000 chevaux, Project Chaos porte bien son nom et devrait faire beaucoup de bruit sur le secteur de l’automobile. 

Quand il s’agit de fabrication additive, l’automobile fait partie des marchés les plus intéressés car elle offre des hauts niveaux de personnalisation ainsi que des gains de performances. Les consommateurs sont à la recherche de solutions sur-mesure, qui puissent les différencier de leur voisin et l’impression 3D peut répondre rapidement à cette demande. On pense au constructeur MINI qui a lancé son service de personnalisation pour concevoir décorations latérales, éclairages d’encadrement de porte, inserts sur-mesure. Dans le cas du Project Chaos, la fabrication additive a surtout permis de réaliser des pièces très complexes et des réductions de poids et de délais.

Spyros Panopoulos et son hypercar

Project Chaos, une hypercar intégrant l’impression 3D

Deux versions de la voiture devraient être disponibles, toutes les deux basées sur un moteur V10 de 4 litres et doté de 20 injecteurs et 40 soupapes. L’une d’entre elles intègrerait des pistons et des bielles imprimés en 3D en titane, tournant à un régime de 11 000 tr/min. On ne sait pas exactement quel procédé d’impression 3D métal a été utilisé mais au vue des photos publiées par Spyros, on image une technologie de dépôt de matière sous énergie concentréeQuant à la deuxième, elle devrait être dotée de bielles en fibre de carbone et de pistons imprimés en 3D avec un matériau céramique. Celui-ci offrirait une très grande résistance, légèreté et dureté – Spyros Panopoulos explique qu’il revêtait auparavant les navettes spatiales.

Il semblerait que Sypros ait une grande expérience en matière de conception générative ce qui lui permet d’imaginer des composants très complexes, n’utilisant que le minimum de matière pour gagner en performances. Il aurait même développé sa propre méthode de conception baptisée « anadiaplasi » selon laquelle un composant prendrait sa forme en fonction des forces qui s’exercent sur lui. On obtient ainsi des formes organiques, plus légères et moins chères à produire. Sans doute un procédé que l’entreprise grecque a utilisé pour concevoir Project Chaos. En tout cas, pour vous donner une idée, la voiture devrait théoriquement atteindre les 100 km/h en moins de 2 secondes et jusqu’à 400 km/h en environ 7 secondes.

Pièces imprimées en 3D

L’intégralité de la voiture devrait être révélée en mars prochain au salon de l’automobile de Genève, ce qui nous laisse le temps d’imaginer ce qui se cache sous le drap…Les impatients peuvent trouver plus d’informations ICI.

Que pensez-vous de cette hypercar ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you