menu

TOP 5 des vidéos de la semaine : le premier oeil imprimé en 3D

Publié le 5 décembre 2021 par Philippe G.
premier oeil imprimé en 3D

Cette semaine, on vous présente Steve Verze, un ingénieur quadragénaire londonien, premier patient a avoir reçu une prothèse d’oeil imprimée en 3D. Ensuite, découvrez la dernière structure du studio de design espagnol Nagami. Baptisée The Throne, elle a été construite pour répondre à des besoins particuliers. Enfin, on vous donne rendez-vous au sein du laboratoire Battiston, à Metz, où les technologies 3D permettent d’améliorer la production de prothèses dentaires. On vous souhaite en tout cas un très bon dimanche à tous !

TOP 1 : Le premier oeil imprimé en 3D : Le 25 novembre dernier, Steve Verze, un ingénieur quadragénaire londonien, est devenu le premier patient a recevoir une prothèse d’oeil imprimée en 3D. Bien plus réaliste que les prothèses traditionnelles, le premier oeil imprimé en 3D a été conçu grâce à un scan de l’orbite du patient. Une fois la numérisation effectuée, le ficher a été envoyé à l’entreprise allemande Fit AG afin de pouvoir imprimer en 3D la prothèse en un temps record.  Avec les méthodes de fabrication conventionnelles, la conception d’implant acrylique requiert au minimum 6 semaines. Ce coup-ci, grâce aux technologies 3D, il a fallu seulement deux heures et demi :

TOP 2 : Le studio Nagami et The Throne : On commence à y être habitué, les designers ne cessent de nous surprendre grâce aux technologies 3D. Ce coup-ci, c’est le studio de design espagnol Nagami qui a récemment présenté une structure pour le moins étonnante. Baptisée The Trone, elle a pour objectif de servir de toilettes mobiles. Fabriquée en seulement 3 jours et imprimée à partir de plastique provenant d’hôpitaux, la structure est composée de 3 pièces : un corps principal en forme de goutte, une porte coulissante à double courbure ainsi qu’un seau visant à collecter les détritus : 

TOP 3 : Le laboratoire Battiston : Au sein du laboratoire Battiston, à Metz, de nombreuses solutions 3D sont utilisées afin de réparer des prothèses dentaire et de créer des implants. Grâce aux machines, notamment l’imprimante NextDent, le laboratoire est en mesure d’intensifier sa production tout en conservant la précision nécessaire dans la conception de prothèses. De plus, la numérisation 3D ainsi que l’impression 3D permettent au laboratoire Battiston de réduire les délais et coûts de production :

TOP 4 : Des répliques archéologiques grâce à l’impression 3D : Dans le domaine de l’art, comme ce fût le cas lors de la création de la réplique du David, la fabrication additive rend de précieux servies. Mais ce n’est pas le seul secteur à utiliser la technologie pour fabriquer des répliques. Le groupe Knowledge Visualization de l’université des arts de Zurich a par exemple recours à l’impression 3D afin de reproduire des pièces archéologiques. Une méthode qui offre la possibilités aux étudiants de se rendre compte de la dimension des anciennes pièces, mais qui permet aussi aux archéologues d’imaginer les utilisations possibles des trouvailles :

TOP 5 : Les solutions 3D de Xerox : Entre rachat de start-up et procédé d’impression 3D métal liquide, Xerox, une entreprise spécialisée dans la fabrication additive, fait parler d’elle depuis maintenant quelques années. Et grâce à sa technologie, elle change à son échelle les méthodes de fabrication. Moins cher et plus rapide que les techniques de fabrication traditionnelles, la fabrication additive ouvre de nouvelles perspectives à ses utilisateurs : 

Que pensez-vous du premier oeil imprimé en 3D ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks