menu

Le plus long pont imprimé en 3D pour les cyclistes a été inauguré aux Pays-Bas

Publié le 15 septembre 2021 par Mélanie R.
pont nimègue

Ça y est, la ville néerlandaise Nimègue accueille désormais l’un des ponts imprimés en 3D les plus longs pour les cyclistes après plusieurs mois de travail. Inauguré le 8 septembre dernier, il mesure 29 mètres et a été fabriqué dans le centre d’impression 3D de Saint-Gobain Weber Beamix qui intègre plusieurs bras robotisés BAM. La particularité de cette structure est la façon dont elle a été conçue : le design s’appuie sur un logiciel de conception paramétrique qui permet d’optimiser le matériau, le temps d’impression, etc. en fonction des charges appliquées (nombre de vélos, de piétons, poids).

On vous avait présenté le projet en avril dernier et promis de vous tenir au courant de ses avancées ! A l’image du pont de MX3D enfin installé à Amsterdam, celui de Nimègue a été inauguré il y a seulement quelques jours. Derrière la structure, c’est un travail de longue haleine entre plusieurs partenaires notamment l’université technologique d’Eindhoven (TU/e), ou encore l’architecte Michiel van der Kley. Les équipes ont décomposé le pont en plusieurs blocs imprimés en 3D, assemblés directement sur place par souci de simplicité. Bert Velthuis, du conseil municipal de Nimègue, déclare : « La ville de Nimègue est très honorée de recevoir ce pont innovant imprimé en 3D. Nous sommes une ville de ponts, et cette structure spéciale et innovante est un merveilleux complément. Le pont mène à la connexion : dans la phase de conception et de construction, il a connecté les différents partenaires, et à partir de maintenant, le pont connecte nos résidents. »

Le pont est composé de plusieurs blocs imprimés en 3D (crédits photo : Ville de Nimègue/Michiel van der Kley)

Le pont de 29 mètres de long se fond parfaitement dans la nature, l’architecte ayant souhaité lui donner des formes rondes et naturelles. Celles-ci ne pouvaient d’ailleurs pas être obtenues autrement que impression 3D. En tout cas, les différents membres de l’équipe espèrent amener la technologie d’impression 3D béton plus loin et proposer davantage de constructions imprimées en 3D. Theo Salet, professeur de structures en béton à la TU/e, conclut : “L’impression de béton a un énorme potentiel de croissance. Nous utilisons moins de matières premières, car l’imprimante 3D béton n’ajoute des matériaux que là où ils sont réellement utiles à la construction. Nous pouvons également augmenter considérablement la vitesse de construction. À l’avenir, nous voulons rendre le béton plus durable et le réutiliser. Il y a encore beaucoup à faire. Je suis également fier que les connaissances développées aient trouvé leur chemin vers l’industrie si rapidement.

Vous pouvez retrouver plus d’informations ICI. N’hésitez pas en tout cas à partager vos commentaires sur ce projet dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

*Crédits photo de couverture : Ville de Nimègue/Michiel van der Kley

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you