menu

Les caractéristiques du POM en impression 3D

Publié le 9 juillet 2020 par Mélanie R.
POM

Le polyoxyméthylène ou acétal, plus connu sous l’abréviation POM, est un thermoplastique qui appartient à la famille des polyacétals. Découvert en 1920, il est aujourd’hui l’un des matériaux les plus utilisés dans le moulage par injection, après le polypropylène (PP) et le polyamide (PA), mais est également de plus en plus populaire dans l’impression 3D. Le POM est un matériau blanc semi-cristallin, contenant des zones amorphes et cristallines.

Le POM est disponible sous deux formes différentes : en homopolymère (POM-H) et en copolymère (POM-C). La principale différence entre les deux est que le POM-H a de meilleures propriétés mécaniques mais une moindre résistance aux rayons UV. Le POM-C a de meilleures propriétés thermiques et chimiques et réagit donc mieux aux fluctuations de température et aux influences chimiques. Dans le domaine de l’impression 3D, le POM est principalement disponible sous forme de filament et sera donc utilisé pour des procédés d’extrusion, sur des machines FDM. Jean-Charles Vingiano est expert en POM et nous a confié : « Pour moi, le POM est le couteau suisse des polymères thermoplastiques. Grâce à ses propriétés remarquables, le polyéthylène est un matériau est un matériau de choix pour une multitude d’applications dans le secteur de la construction mécanique et automobile, le secteur médical, la production d’emballage et les technologies d’ingénierie de précision. » Mais quelles sont ses caractéristiques ?

POM

Le POM est disponible en blanc et facilement colorable

Les propriétés du POM

Le polyéthylène se caractérise par ses excellentes propriétés chimiques, qui le rendent à la fois résistant à la chaleur et insensible à la température. Ainsi, une pièce imprimée avec du POM reste stable et ne se déforme pas, même lorsqu’elle est exposée à des températures allant de -40 à +140 degrés Celsius. L’absorption d’humidité est également très faible et il dispose d’une bonne isolation électrique. En outre, il se caractérise par sa résistance aux chocs et à l’abrasion et possède également de bonnes propriétés de glissement. La résistance aux chocs des pièces fabriquées en POM est due notamment à la très bonne adhérence  entre les couches. M. Vingiano explique : « Je pense que l’agitation moléculaire augmente la température de fusion de la pièce et l’emmagasine, ce qui permet aux couches préalablement déposées de conserver une température suffisante pour permettre une bonne fusion entre elles« .

Un autre grand avantage est que le POM n’est pas sensible à l’utilisation de produits chimiques, ce qui permet de désinfecter sans endommager la pièce, créant ainsi de nombreuses possibilités d’applications diverses. Le large éventail d’applications possibles favorise également la couleur du matériau : il est disponible en blanc clair, ce qui le rend facile à colorer ou à utiliser pour des parties visibles.

Les applications du polyéthylène

Comme nous l’avons déjà mentionné, le POM convient à un large éventail d’applications. Par exemple, grâce à sa résistance aux chocs et à son faible frottement ainsi qu’à ses bonnes propriétés de glissement, il convient à la fabrication de petites roues dentées et en même temps à la production d’éléments tels que les boucles de sac à dos. Il est également possible d’utiliser le POM pour des pièces telles que les poêles de chauffage qui sont exposées à la chaleur. Grâce à sa couleur blanche, il est adapté à la production de pièces esthétiques, qu’il s’agisse d’aménagements intérieurs de voitures ou même d’implants. En médecine, il est assez prisé non seulement de par ses propriétés mécaniques et chimiques – durabilité et résistance aux désinfectants – mais aussi par sa couleur.

POM et impression 3D

Le processus d’impression 3D du POM n’est pas si facile que ça. Tout d’abord, vous devez vous munir d’une machine équipée d’un plateau chauffant, car l’adhérence à celui-ci est souvent difficile en raison des propriétés de glissement du matériau. Votre imprimante doit également pouvoir atteindre une température d’extrusion de 220 à 230 degrés. Il est également très important d’avoir une bonne gestion de la température pendant le processus d’impression pour obtenir un résultat de haute qualité. Selon M. Vingiano, il est souvent essentiel, surtout pour les débutants, d’imprimer d’abord un prototype afin de connaître les paramètres d’impression nécessaires. Cela s’applique également à ceux qui ont déjà acquis de l’expérience dans l’impression 3D avec d’autres matériaux. Enfin, des émissions toxiques peuvent être dégagées, on vous conseille donc de bien ventiler votre pièce et de vous protéger suffisamment.

Le POM peut être utilisé de nombreuses manières, mais vous devez prendre des précautions de sécurité lors de l’impression (crédits photo : Jean-Charles Vingiano)

On peut donc en conclure que la POM présente de nombreuses propriétés intéressantes et convient à de nombreuses applications différentes. Cependant, vous devez déjà avoir une certaine expérience de l’impression 3D pour savoir comment vous protéger et protéger les autres pendant l’impression et obtenir le résultat souhaité. Coté fabricants, sachez qu’il n’existe pas beaucoup d’entreprises qui produisent du filament mais on peut citer FrontierFila ou le français CapiFil. Le chimiste DuPont est le principal fabricant de la matière brute – il commercialise depuis 1960 le POM sous la marque Delrin. Enfin, si on se penche sur le prix du matériau, comptez environ une trentaine d’euros par bobine.

* Crédits photo de couverture : Sculpteo

Utilisez-vous le POM en impression 3D ? Que pensez-vous de ce matériau ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Bonjour,

    La faible tension de surface de ce matériau le rend particulièrement compliqué à imprimer en FDM.
    J’ai testé le POM CAPIFIL, avec différentes stratégies de primaires d’accrochage pour ne pas warper : elles se sont jusque là toutes soldées par des échecs.
    Si quelqu’un a une recette pour imprimer ce formidable polymère, je suis preneur !

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you