menu

Les personnalités qui ont marqué l’impression 3D en 2017

Publié le 1 janvier 2018 par Alex M.
personnalité impression 3D

Chaque jour, on vous parle des dernières imprimantes 3D et équipements des fabricants internationaux et l’on vous présente les applications récentes de la technologie dans des secteurs variés comme l’aéronautique, la mode ou la santé. Mais derrière ces innovations se cachent bien souvent des hommes et des femmes talentueux qui tirent l’impression 3D vers le haut. Afin de revenir sur cette année 2017, retrouvez ci-dessous une liste des personnalités qui ont marqué l’industrie de la fabrication additive !

1. Dion Weisler, HP Inc.

S’il y a un fabricant qui a régulièrement fait la une de l’actualité cette année, c’est bien HP via son CEO, Dion Weisler. Le dirigeant annonçait d’ailleurs clairement les ambitions de HP à travers l’impression 3D, à savoir « révolutionner le marché de la production industrielle estimé à 12 000 milliards de dollars« .

CEO depuis novembre 2015, Dion Weisler dévoilait tout au long de l’année les nouveaux développements et partenariats de la firme : la commercialisation de la nouvelle imprimante 3D HP 4210, l’arrivée prochaine du full-color ou, plus surprenant, le lancement pour 2019 de machines de fabrication additive métal !

Dion Weisler, CEO de HP Inc.

2. Ric Fulop, Desktop Metal

Après une première carrière dans la Finance, qui lui a notamment permis de côtoyer quelques grands noms du secteur comme Dassault Systèmes, Protolabs ou MarkForged, Ric Fulop fondait la société Desktop Metal en 2015. Après 2 ans de développement, la firme basée à Boston, officialisait son arrivée sur le marché de l’impression 3D métal avec un prix de base de $68,000 seulement pour sa solution Studio System, un argument de poids sur un marché où les premiers équipements démarrent généralement autour de $300,000.

Depuis son lancement, le CEO a réussi a convaincre des investisseurs triés sur le volet pour accélérer le développement de Desktop Metal. La firme peut ainsi compter sur un investissement total de $210 millions de la part d’acteurs tels que Stratasys, General Electric, Google ou BMW. Retrouvez également l’interview de la startup réalisé en juillet dernier ICI.

Ric Fulop, CEO de Desktop Metal (à droite)

3. Mohammad Ehteshami, GE Additive

Ancien responsable de la branche Aviation de General Electric, Mohammad Ehteshami a pris la tête de la nouvelle division spécialisée en fabrication additive dénommée GE Additive. Lors de son ancien poste, cet ingénieur de formation fut notamment à l’initiative de la création d’un centre d’impression 3D de General Electric dédié à l’aéronautique, soutenue par un financement de 50 millions de dollars et basé à Auburn aux États-Unis.

Parmi ses premières missions à la tête de GE Additive, celle d’intégrer deux fabricants d’imprimantes 3D industrielles rachetés au cours de l’année 2017 : le suédois Arcam, propriétaire de la technologie e-Beam, et l’allemand Concept Laser. L’objectif ? Créer un géant de la fabrication additive métal, capable de répondre aux besoins de production de l’aéronautique, de l’énergie et plus généralement de l’industrie.

Mohammad Ehteshami, CEO de la nouvelle entité GE Additive

4. Greg Mark, Markforged

Historiquement spécialisée dans l’impression 3D de polymères renforcés en fibres de carbone, la firme américaine a su évoluer en étant l’une des premières à se positionner sur la fabrication additive métal à bas coûts (sous la barre des $100,000). Une transition rendue possible par son fondateur, Greg Mark.

Avec le lancement de la Metal X, cet ancien ingénieur aéronautique issu du MIT a séduit des acteurs tels que Siemens, Microsoft ou Porsche, qui décidaient il y a quelques semaines d’investir plus de 30 millions de dollars dans la société. Markforged fait définitivement partie des nouveaux fabricants à suivre de près !

Greg Mark, CEO et fondateur de Markforged

5. Dinara Kasko

Avec plus de 535 000 fans sur son compte Instagram, Dinara Kasko est devenue la star des réseaux sociaux en 2017. Cette chef pâtissière de 28 ans, diplômée en Architecture et Design à l’Université de Kharkov en Ukraine, s’est fait connaitre du grand public par ses créations uniques et gourmandes. 3Dnatives avait la chance d’aller à sa rencontre en janvier dernier.

Dinara recourt à l’impression 3D pour créer dans un premier temps une réplique de sa future création. Une fois imprimée, la pièce permet de créer un moule en silicone dans lequel sera incorporée la préparation. À la clé, des pâtisseries modernes, complexes et magiques qui donnent un aperçu du futur de la gastronomie !

Dinara Kasko utilise l’impression 3D pour ses pâtisseries uniques

6. Nikita Chen-yun-tai, Apis Cor

Ce nom ne vous dit peut-être rien mais Nikita Chen-yun-tai est à l’origine de la société Apis Cor qui développe une imprimante 3D mobile dédiée au secteur de la construction. En mars dernier, l’entrepreneur russe dévoilait la production d’un premier bâtiment de 38 m² réalisé en moins de 24 heures, pour un coût total d’un peu plus de 10,000 dollars.

L’imprimante 3D de Apis Cor s’installe en moins de 30 minutes sur le site de construction et recourt à un bras mécanique pour déposer les couches successives de béton. Nikita Chen-yun-tai souhaite désormais construire ses bâtiments dans le monde entier et envisage même d’utiliser sa technologie pour créer des premières habitations sur la planète Mars.

Nikita Chen-yun-tai, créateur de Apis Cor

7. Daniele Cevola et Francesco Belvisi, Livrea Yacht

Utiliser l’impression 3D pour réinventer la fabrication des voiliers, c’est le concept imaginé par Daniele Cevola et son associé Francesco Belvisi en 2013 (et que l’on rencontrait il y a quelques mois sur 3Dnatives). Après des premiers tests concluants dévoilés au cours de l’année, la société travaille désormais sur un bateau entièrement conçu grâce à la fabrication additive.

Pour se faire, Daniele et Francesco collaborent avec l’éditeur de logiciels Autodesk et ont développé un bras mécanique équipé d’un extrudeur en partenariat avec l’allemand Lehmann & Voss. Le futur voilier imprimé en 3D devrait participer prochainement à ses premières régates, dont la Mini Transat, une course de 6400 km de la France à l’Amérique du Sud.

Daniele Cevola et Francesco Belvisi, fondateurs de Livrea Yacht

8. Nneile Nkholise, iMedTech Group

Originaire d’Afrique du Sud, Nneile Nkholise a décidé de miser sur l’impression 3D pour lutter contre le cancer du sein. Au travers de sa société iMedTech Group, la fondatrice recourt à des scanners 3D et des imprimantes 3D pour concevoir des prothèses sur-mesure pour des patientes ayant subies une mastectomie.

En octobre dernier, mois de la sensibilisation contre le cancer du sein, iMedTech Group se lançait le défi de créer 1000 prothèses mammaires imprimées en 3D. Un travail qui a notamment permis à Nneile Nkholise d’être élue parmi les innovatrices africaines les plus influentes lors du Forum Économique Mondial de l’Afrique.

La fondatrice de iMedTech Group, Nneile Nkholise

Et pour vous, quelle est la personnalité qui a marqué le secteur de l’impression 3D en 2017 ? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you