menu

Pour fabriquer ses bouteilles, Pepsi opte pour l’impression 3D

Publié le 15 juin 2022 par Philippe G.

L’un des principaux enjeux pour les entreprises développant des biens de consommation est de parvenir à mettre le plus rapidement possible leurs produits sur le marché. Et pour ce faire, la fabrication additive rend de précieux services. Comme de nombreuses sociétés auparavant, Pepsi a opté pour la technologie afin d’améliorer le processus de production de ses bouteilles. Pour intégrer l’impression 3D au sein de son workflow, la célèbre entreprise américaine a fait appel à Dynamism, partenaire de Nexa 3D, avec pour objectif de réduire les coûts et d’accélérer la fabrication de produits. Plus précisément, Pepsi utilise désormais  l’imprimante 3D NXE 400 et le matériau xPEEK147, des solutions idéales pour les applications de moulage par soufflage.

Chaque jour, dans le monde, plus d’un milliard de personnes consomment des produits proposés par l’enseigne Pepsi. Avec un chiffre d’affaires net de plus de 79 milliards de dollars en 2021, l’entreprise new-yorkaise a réussi, en s’appuyant sur l’expertise et le savoir-faire de Dynamism, à relever le défi d’une mise sur le marché toujours plus rapide. Max Rodriguez, directeur principal de la R&D mondiale en matière d’emballage, de l’ingénierie et de la conception avancées chez PepsiCo, explique : « Le temps et le coût sont évidemment importants, mais le plus important est d’avoir la possibilité d’avoir la flexibilité de passer par un certain nombre d’itérations de conception différentes à un rythme record afin que nous puissions évaluer la performance dans toutes les activités en aval. C’est vraiment ce qui nous aide à accélérer. »

L’imprimante 3D NXE 400. (Crédits photo : Nexa 3D)

Pepsi et la fabrication additive

En utilisant l’imprimante 3D NXE400 de Nexa3D, Pepsi a opté pour une imprimante 3D rapide et à haut débit, permettant de réaliser des productions en série. Avec un volume d’impression de 270 x 160 x 380 mm, et basée sur le procédé exclusif du fabricant LSPc (Lubricant Sublayer Photo-curing) qui se rapproche du SLA, la machine serait capable d’atteindre une vitesse d’impression de 600 mm par heure. En l’associant au matériau xPEEK147, capable de résister aux très hautes températures, Pepsi conçoit différents composants de moules.

Pour fabriquer un jeu de moules complet, l’entreprise américaine confie avoir seulement besoin de 12 heures, dont huit heures d’impression et quatre heures de durcissement. Une fois ces deux étapes terminées, Pepsi est en mesure d’utiliser ces moules pour fabriquer près de 10 000 bouteilles. La firme précise que  cette méthode de production permet de réduire les coûts de 96 %. 

Que pensez-vous de l’intégration de la fabrication additive au sein du processus de production de Pepsi ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

*Crédits photo de couverture : Nexa3D

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks