menu

Un tableau de Picasso reconstitué grâce aux technologies 3D

Publié le 13 octobre 2021 par Philippe G.

Alors que nous évoquions il y a quelques semaines la présence de pièces imprimées en 3D à l’Exposition universelle de Dubaï, la fabrication additive continue de faire parler d’elle dans le domaine de l’art. Des scientifiques sont parvenus à reproduire une oeuvre du célèbre peintre Pablo Picasso, qui était cachée aux yeux du monde depuis 118 ans. Intitulée “The Lonely Crouching Nude” ou “Le nu accroupi solitaire” en français, le tableau a été reconstitué par l’entreprise spécialisée dans les nouvelle technologies, et donc l’impression 3D, Oxia Palus. 

Si l’oeuvre a été dissimulée durant autant d’années, c’est parce que l’artiste espagnol a littéralement peint par-dessus. Il a donc créé une seconde oeuvre baptisée “Le petit-déjeuner des aveugles”, qui elle est bien connue des amateurs d’art. Afin de parvenir à reconstituer le tableau, Oxia Palus a eu recours au procédé XRF, une technologie de fluorescence permettant de mesurer la composition élémentaire d’un matériau grâce à des rayons X. Une fois l’oeuvre à nouveau visible, ils ont utilisé une méthode d’intelligence artificielle pour texturer l’oeuvre. Enfin, même si le procédé de fabrication additive utilisé n’a pas été révélé, ils ont imprimé en 3D l’oeuvre sur une toile. 

“Le petit-déjeuner des aveugles” de Picasso (Crédits photo : BELGAIMAGE)

Les technologies 3D pour restaurer l’art

Si les spécialistes de Pablo Picasso précisent que certains détails permettent de différencier la toile originale et celle imprimée en 3D, le résultat est tout de même remarquable. Interrogé à ce sujet, Ty Murphy, un expert britannique en oeuvre d’art, explique : “Un expert verra certainement la différence entre une impression 3D et un original.” Avant d’ajouter : “Les imprimantes 3D seront de plus en plus performantes à l’avenir et la qualité ne fera qu’augmenter.” Une bonne nouvelle pour le futur de l’impression 3D dans le domaine de l’art, secteur où les projets se multiplient au fil des années.

Ce n’est pas la première fois qu’une pareille initiative voit le jour. Par exemple, en 2016, les technologies 3D avaient permis de reproduire un célèbre tableau de Klimt nommé “Le Baisé”, qui est exposé au musée Belvédère à Vienne. Catalyss, une startup basée à Toulon et spécialisée dans l’impression 3D, a quant à elle imprimé en 3D une sculpture à l’effigie du tableau d’Eugène Delacroix, La liberté guidant le peuple. 

Crédits photo de couverture : Oxia Palus

Que pensez-vous de l’usage des technologies 3D pour restaurer des oeuvres d’art ? N’hésitez pas à consulter notre job board et à nous suivre sur notre page Facebook ! Vous pouvez aussi partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you