menu

Des chirurgiens implantent des osselets imprimés en 3D dans l’oreille

Publié le 18 mars 2019 par Mélanie R.

En Afrique du Sud, une équipe de chirurgiens de l’hôpital universitaire Steve Biko vient de réaliser une opération unique en son genre : ils ont effectué une greffe d’osselets imprimés en 3D dans l’oreille moyenne : le marteau, l’enclume et l’étrier auraient en effet été remplacés par du titane imprimé en 3D. Une opération délicate qui s’est déroulée avec succès selon l’équipe, menée par le professeur Mashudu Tshifularo.

Quand on parle d’impression 3D médicale, on pense souvent à la création d’organes fonctionnels, de modèles chirurgicaux qui viennent faciliter une opération délicate mais aussi d’implants pour soigner plus efficacement les patients. Et il est rare de voir des implants pour oreille imprimés en 3D en métal ! Quelques progrès ont été réalisés en Inde ou en Australie en 2016 où une petite fille de deux ans et demi avait reçu une prothèse d’oreille imprimée en 3D. Cette fois-ci, une équipe de chirurgiens en sud africains est allée plus loin en greffant certains os de l’oreille moyenne, imprimés en 3D en métal, surement la première opération de ce type dans le monde.

osselets imprimés en 3D

Le marteau fait partie des os les plus petits du corps humain

Le premier patient qui a reçu cette greffe s’appelle Thabo Moshiliwa, blessé à l’oreille moyenne. Celle-ci aurait été scannée en 3D avant l’opération et les données récupérées auraient servi à modéliser les fameux implants osseux afin qu’ils s’adaptent entièrement à la morphologie du patient. Il faut savoir que le marteau, l’enclume et l’étrier sont les plus petits os de notre corps – ce sont les seuls à ne pas grandir après la naissance. Pour vous donner un ordre de grandeur, l’étrier n’est généralement pas plus grand qu’un grain de riz. Leur position, forme et taille sont donc indispensables pour bien faire fonctionner l’oreille.

Le professeur Tshifularo précise : “L’innovation dans cette idée est d’obtenir la même taille, la même position, la même forme, le même poids et la même longueur que l’os – exactement là où il doit être, presque comme si on remplaçait la hanche. En ne remplaçant que les osselets qui ne fonctionnent pas correctement, la procédure comporte beaucoup moins de risques que les prothèses connues et les procédures chirurgicales associées.” Une opération qui engendre également moins de cicatrices et réduit le risque de toucher à certains nerfs et donc une paralysie faciale.

osselets imprimés en 3D

Le professeur Tshifularo

L’équipe de chirurgiens explique qu’elle a choisi le titane comme matériau d’impression en raison de son taux de biocompatibilité et sa rigidité élevés. Peu d’informations ont été dévoilées concernant le processus d’impression mais on imagine qu’une technologie de fusion laser sur lit de poudre a été utilisée. 

Que pensez-vous de ces osselets imprimés en 3D ? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you