menu

La numérisation 3D utilisée en Ukraine pour documenter les preuves de crimes de guerre

Publié le 1 septembre 2022 par Philippe G.
numérisation ukraine

Depuis maintenant plus de 6 mois, la guerre fait rage en Ukraine. S’il est toujours difficile de faire des estimations en temps de guerre, plus de 5 500 personnes seraient mortes tandis que 8 000 personnes auraient été blessées suite aux attaques russes contre la population civile. En plus des dégâts humains, de nombreuses infrastructures ukrainiennes ont été atteintes après les différents bombardements. Malheureusement, tant la situation est chaotique, les autorités craignent que les potentielles preuves disparaissent ou soient tout simplement détruites. D’autant plus que les autorités travaillent au nettoyage des villes touchées, ce qui entraîne la perte, la contamination ou même la destruction de preuves.

Pour éviter ce phénomène, Artec 3D, l’un des principaux développeurs et fabricants mondiaux de scanners 3D professionnels, s’est associé avec la police ukrainienne, en travaillant notamment avec le département de conduite des droits de l’homme de la police nationale ukrainienne. La société souhaite fournir à la police ses solutions haut de gamme pour documenter les différents crimes tels que les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis sur le territoire ukrainien. Ruslan Horyachenko, chef du département des droits de l’homme de la police nationale ukrainienne, revient sur les raisons de cette collaboration : « Depuis le début de la guerre, la police nationale ukrainienne a engagé plus de 89 500 procédures pénales fondées sur des faits de crimes commis sous la loi martiale. La police nationale ukrainienne recueille des preuves tous les jours. Et les nouvelles technologies de documentation sont utiles, notamment la technologie 3D. C’est pourquoi nous avons décidé d’entamer cette coopération avec la société luxembourgeoise Artec 3D. »

Artyom Yukhin, PDG d’Artec 3D (à gauche), et Ruslan Horyachenko, chef des droits de l’homme de la police nationale ukrainienne (à droite), lors d’une conférence de presse. (crédits photo : Artec 3D).

Les usages de la numérisation 3D en Ukraine

De diverses manières, les scanners 3D peuvent se révéler bénéfiques dans le conflit en cours. Ils peuvent par exemple être utilisés pour documenter les preuves de crimes de guerre et participer à la reconstruction faciale médico-légale des victimes. Permettant de numériser rapidement et avec précision tous types d’éléments, les autorités et l’entreprise ont opté pour le scanner 3D Artec Leo. Sans fil et portable, il est parfaitement adapté aux zones de guerre. Grâce à lui, les experts médico-légaux peuvent analyser immédiatement les données collectées, sous forme de rendus en couleur.

De plus, le téléchargement rapide et sécurisé des données capturées vers le cloud permet aux enquêteurs, ainsi qu’aux organismes autorisés et aux tribunaux pénaux, d’accéder aux données et de les traiter où qu’ils soient dans le monde. Artyom Yukhin, PDG d’Artec 3D, conclut : « Nous sommes vraiment honorés de pouvoir travailler avec la police ukrainienne, et nous sommes heureux que nos technologies puissent être mises au service d’une application aussi importante. »

numérisation ukraine

Les bâtiments détruits en Ukraine (Crédits photo : Alexander Ermochenko)

Que pensez-vous de l’usage de la numérisation en Ukraine ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

*Crédits photo de couverture : Artec 3D

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks