menu

Norsk Titanium fournit de nouvelles pièces pour la construction de Boeing 787

Publié le 5 janvier 2021 par Philippe G.
Norsk Titanium

Le fabricant américain Norsk Titanium US Inc, plus connu sous le nom de Norsk, a commencé à livrer de nouvelles pièces pour le Boeing 787 Dreamliner. C’est l’usine Leonardo de Grottaglie, située dans le sud de l’Italie, qui recevra les derniers composants de Norsk, un des leaders de la fabrication additive de titane pour l’aérospatial. Satisfait, Karl Fossum, directeur des programmes clients pour Norsk explique : « Nous sommes heureux d’être le fournisseur de Leonardo. Cette livraison marque une augmentation significative du nombre de pièces conçues par fabrication additive, auparavant fabriquées à partir de plaques de titane. C’est également une étape importante vers notre mission qui consiste à fournir une alternative aux pièces forgées en titane dans les applications aérospatiales« . Habituée à la fabrication additive depuis de nombreuses années, la compagnie aérienne Boeing renouvelle donc sa confiance dans l’impression 3D pour la production de pièces de série.

Ces nouvelles pièces sont construites via le procédé de Rapid Plasma Deposition (RPD), une technologie qui consiste à faire fondre un fil de titane dans un nuage de gaz d’argon afin que la pièce obtienne une meilleure résistance et une plus longue durabilité. Cette méthode de conception permet également de réduire les besoins de matière première, et donc de limiter l’empreinte écologique des différents composants produits. De plus, la RPD offre l’opportunité de créer des pièces aux formes complexes tout en garantissant une certaine légèreté et solidité. Mais si la technologie RDP est un procédé breveté par Norsk, elle possède plusieurs similitudes avec le dépôt de matière sous énergie concentrée. 

La Merke IV, machine-outil qui produit les pièces pour le Boeing 787 (crédits photo : Norsk Titanium)

Le dépôt de matière sous énergie concentrée et la RDP 

Souvent utilisé pour réparer ou consolider des objets déjà existants, le dépôt de matière sous énergie concentrée (DED) utilise une source d’énergie focalisée, comme un faisceau laser, afin de faire fondre les matériaux. Selon l’application et la méthode choisie, le nom de la technologie varie. C’est pourquoi, il arrive souvent de croiser ce procédé sous une appellation différente, comme EVAM, DMD et CLAD DIRECT. Comme pour le procédé RDP, le procédé de dépôt de matière sous énergie concentrée utilise des métaux, sous forme de fil ou de poudre. La principale différence entre les deux technologies réside dans le moyen exploité pour faire fondre le matériau.

Le procédé utilisé par Norsk emploie lui un faisceau d’électrons et non un laser. Cette méthode permet d’accélérer la fabrication de pièces, le faisceau d’électrons pouvant chauffer la poudre à plusieurs endroits simultanément à la différence du laser. De par cette technologie, Norsk transforme un fil de titane en une structure résistante à la géométrie complexe. Le tout en produisant un minimum de déchet. Enfin, le principal avantage du procédé RPD reste le fait qu’il ne nécessite pas ou très peu de post-traitement, ce qui rend le processus beaucoup plus rapide. 

Que pensez vous du procédé de Rapid Plasma Deposition ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you