menu

Nicole Hone et ses « Hydrophytes », des plantes aquatiques imprimées en 4D

Publié le 12 octobre 2018 par Mélanie R.
hydrophytes

Hydrophytes est un projet qui cherche à montrer à quoi pourraient ressembler les plantes du futur. Créées grâce à l’impression 4D, leurs matériaux de fabrication intelligents leur permettent de développer des mouvements très similaires aux plantes aquatiques réelles. La créatrice de ce projet est Nicole Hone, une designer industrielle néo-zélandaise, qui a présenté Hydrophytes comme un nouveau mode de création grâce à l’impression 3D. Nous avons pu la rencontrer afin qu’elle nous en dise plus et comprendre l’importance de l’impression 4D dans les développements créatifs et industriels.

3DN : Pouvez-vous vous présenter et nous en dire en peu plus sur votre lien avec les technologies d’impression 3D?

hydrophytes

Nicole Hone

Je suis une designer industrielle basée à Wellington, en Nouvelle-Zélande. Hydrophytes a été créé dans le cadre d’un projet de thèse pour mon master en innovation en design de l’Université Victoria de Wellington que j’ai terminé en juillet 2018. J’ai découvert pour la première fois l’impression 3D en tant qu’étudiante en design industriel en 2014. J’apprécie la liberté de création dans les formes offerte par l’impression 3D et la facilité avec laquelle les variations d’un dessin peuvent être traduites en un objet physique. La technologie PolyJet m’intéressait particulièrement, car je pouvais combiner des matériaux avec différents degrés de flexibilité. La possibilité de concevoir les parties internes et les petits détails d’un objet avec une résolution élevée constituait un agréable défi. J’ai également été subjuguée par la façon dont les matériaux numériques se comportaient de la même manière que les organismes vivants.

3DN: Comment est née l’idée « Hydrophytes »?

J’ai toujours été fascinée par la nature, elle m’inspire beaucoup niveau design et esthétique. Pour ce projet, j’étais particulièrement intéressée par la botanique et la vie marine. J’ai été surprise par la façon dont les créatures marines et les coraux se déplacent et j’ai voulu refléter les mêmes qualités dans mes créations. Lors des premières impressions tests, j’ai découvert que les matériaux étaient plus fluides et plus organiques dans l’eau, car les parties fragiles se renforçaient. Au début de mon projet de thèse, j’ai appris qu’on souhaitait revoir la conception de l’aquarium national de Nouvelle-Zélande. Je me suis dit que ça serait l’occasion d’avoir une exposition tournée vers l’avenir avec des modèles en mouvement avec lesquels les visiteurs pourraient interagir. Cette idée, combinée à mes intérêts personnels et aux découvertes de cette phase test, m’a conduite au concept de plantes aquatiques futuristes: les hydrophytes.

3DN: Pouvez-vous expliquer le processus de développement de l’une de vos plantes futuristes?

Le projet a été inspiré de l’étude de livres et de vidéos sur la nature et la biologie, ainsi que par la photographie de plantes. Chaque “hydrophyte” commence par un croquis au crayon pour illustrer sa forme et son mécanisme de mouvement. Le concept est ensuite modélisé en 3D à l’aide d’une combinaison de logiciels pour créer la forme, la texture de la surface et les structures internes. Les designs sont composés de plusieurs parties, la dureté de chacune étant spécifiée sur l’ordinateur. La machine Connex 3D imprime chaque motif sous forme d’objet homogène, dans lequel différents mélanges de résines à base d’acrylique et d’autres similaires au caoutchouc sont polymérisés à la lumière UV.

hydrophytes

Feather Nurse

Les modèles imprimés sont recouverts d’un matériau de support gélatineux qui est éliminé en plongeant l’objet dans de l’eau et en l’essuyant soigneusement. Le processus de nettoyage peut prendre jusqu’à quatre heures pour une impression. Une fois nettoyés, les hydrophytes sont d’abord pompés avec de l’eau pour séparer les deux membranes du matériau et aider à éliminer le matériau de support. Les designs sont immergés dans l’eau et gonflés à l’air pour chorégraphier leur mouvement pour le film. La collection finale d’hydrophytes est le résultat d’environ 50 expériences individuelles, toutes testées et filmées. La lumière colorée est ajoutée par un projecteur à LED qui vient accentuer le sentiment de vie et le caractère de chaque plante.

hydrophytes

Imp Root

3DN: Selon vous quelle est l’importance de l’impression 4D?

L’impression 4D nous permet de créer des objets pouvant se déplacer et changer de forme ou d’apparence. Cela offre des fonctionnalités supplémentaires dans la conception d’objets pouvant être contrôlés et testés numériquement. Ajoutez à cela la possibilité d’imprimer avec plusieurs matériaux et même avec des matériaux « intelligents ». Les applications d’impression 4D sont immenses. Quelques exemples d’applications industrielles incluent la robotique, l’architecture et le domaine médical.

hydrophytes

Le développement 3D d’une hydrophyte

L’application d’impression multi-matériaux 4D présentée par Hydrophytes illustre le concept d’objets générés par ordinateur (ou CGO en anglais), similaire au concept d’effets spéciaux numériques. Dans les deux cas, le sujet est créé numériquement, mais la différence est que les CGO sont des objets physiques pouvant interagir naturellement avec leur environnement. Ce type d’impression 4D offre des avantages pour les secteurs du film et de l’exposition. Les accessoires de film conçus avec l’impression 4D multi-matériaux pourraient aider à provoquer des réactions authentiques chez les acteurs et à créer des interactions convaincantes entre l’objet et l’environnement. Ces accessoires pourraient même être utilisés lors d’événements promotionnels ou de parcs thématiques basés sur le film. On observe aussi une tendance croissante à créer des expériences immersives dans les musées contemporains. Par exemple, les musées d’histoire naturelle ou les aquariums pourraient présenter des animaux imprimés en 4D pour créer des rencontres émouvantes et interactives.

hydrophytes

Modèle imprimé en 3D

3DN: Quels sont vos projets futurs? Où vous voyez-vous dans 10 ans?

Les technologies d’impression 3D / 4D sont en constante évolution. La possibilité d’imprimer en couleur et le développement de nouveaux matériaux pour l’impression PolyJet et la technologie voxel offrent des opportunités de créer des objets imprimés 4D plus complexes, réalistes et plus grands. À l’avenir, j’aimerais concevoir du contenu pour des espaces d’exposition et / ou des films, créer des expériences qui peuvent surprendre et intriguer les gens. Espérons que cela inclura des expériences avec cette technologie de pointe. J’aimerais continuer à donner vie à des objets, qu’il s’agisse d’animaux, de personnages de fiction ou même de dinosaures.

hydrophytes

Arrow Pod

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs?

Je suis très reconnaissante envers l’Université Victoria de Wellington de m’avoir donné la possibilité de travailler avec la technologie d’impression 3D / 4D multi-matériaux. J’espère assister à l’évolution des recherches de l’université dans ce domaine afin de promouvoir le design en Nouvelle-Zélande. 

Retrouvez plus d’informations sur le site officiel de Nicole Hone ici et dans la vidéo ci-dessous :

Que pensez-vous du projet Hydrophytes? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you